Sixième homme

#DLSIxiemeHomme - J9 : Paul Lacombe

Avec 13 points, 4 rebonds et 9 passes décisives pour 25 d'évaluation en sortie de banc, Paul Lacombe a su dynamiser l'attaque de la SIG Strasbourg et est ainsi élu #DLSIxiemeHomme de la 9ème journée de Pro A.

 

Paul, tu as été élu #DLSIxiemeHomme cette semaine, qu’est-ce que cette récompense t'inspire ?

Ça fait plaisir ! C’est un clin d’œil sympa par rapport à mon match, où j’ai été l’un des instigateurs de notre victoire face à Limoges. Et puis, moi qui ai très souvent tenu ce rôle dans ma carrière, c’est bien d’être reconnu en tant que 6e homme. C’est bon pour le moral !

Existe-t-il une réelle différence entre le fait d’attaquer un match dans le 5 de départ ou depuis le banc ?

Oui. Pour moi, c’est même presque mieux parce que je vais avoir les ballons et que je vais gérer la création du jeu. Contre Limoges, c’est typiquement ce qu’il s’est passé. J’ai laissé le jeu venir à moi dans le premier quart-temps, puis je suis monté en pression dans la période suivante, comme j’essaye de le faire à chaque fois.

Face à Limoges, vous étiez menés (15-24 à la fin du premier quart-temps) et vous êtes revenus. C’est un peu votre marque de fabrique cette saison. Comment l’expliques-tu ?

On sait que, si rien ne change là-dessus, on va au-devant de gros problèmes. Si on démarre comme ça contre Monaco par exemple, on va en prendre vingt, si ce n’est plus ! Il faut tout de suite donner le tempo en défense pour casser le rythme adverse. Derrière, offensivement, ça roulera tout seul. Aujourd’hui, on attend trop souvent la deuxième lame, c’est-à-dire Matt Howard et moi, pour se mettre en route. L’avantage pour Matt et moi, c’est qu’on connaît les attentes du coach. Maintenant, à nos nouveaux joueurs d’assimiler cette culture.

Qu’est-ce que change le retour de Vincent Collet ?

Avant l’arrivée de Vincent, on a perdu tous nos matches plus ou moins de la même façon : on fait jeu égal et puis, à un moment, on se met à jouer avec le frein à main. L’arrivée de Vincent nous a permis de tourner la page. Aujourd’hui, dans les moments compliqués, on va savoir où mettre le ballon, quel joueur trouver… Et puis, avec lui, on est bien mieux organisés aussi bien en attaque qu’en défense. Honnêtement, son retour était, pour moi, la meilleure solution.

 

"Je connais tellement bien Vincent qu'à l'entraînement, j'anticipe ce qu'il va dire, sur telle ou telle situation !"


Tes stats sont en hausse sur un même temps de jeu. Comment expliques-tu le fait d’être plus efficace ?

Je pense faire moins d’erreurs qu’avant. Aujourd’hui, je comprends peut-être mieux le jeu, j’ai gagné en expérience. Dans les stats, on voit d’ailleurs que je perds moins de ballons (1,1 vs 1,9 l’année passée, ndlr). C’était le gros point noir dans mon jeu, avec mon shoot. Cette année, je me prends moins la tête et ça marche mieux (54 vs 49% aux tirs entre cette année et la saison passée, 33 vs 18% à 3 points, ndlr)… même s’il suffit que je dise ça pour tout rater pendant un mois ! (rires)

Qu’est-ce que le coach attend de toi ?

Je dois apporter de l’énergie dès mon entrée. Et puis, il attend de plus en plus que je sois son relais sur le terrain. Ca fait maintenant sept ans que je joue pour lui et je le connais tellement bien qu’à l’entraînement, j'anticipe ce qu’il va dire, sur telle ou telle situation !

Tu as joué en équipe de France A’ et, avec le nouveau calendrier FIBA, tu pourrais avoir ta chance avec les Bleus.

J’espère ! Malheureusement, je n’ai pas pu participer à la campagne des A’ cet été car j’étais blessé mais franchement, j’avais très envie d’y aller. Je sais très bien ce que ça représente. Pour les A, c’est vrai que mon profil peut être intéressant pour Vincent, qui me connaît et qui sait ce que je peux apporter. Affaire à suivre…