Actualité LC

Insatiables Monégasques !

Vainqueur de l’ASVEL au terme d’une finale de haut standing (95-91), l’AS Monaco a conservé son trophée grâce à un Sergii Gladyr de feu.

Monaco bat Lyon-Villeurbanne : 95-91 MVP : Sergii Gladyr

Jamal Shuler, Sergii Gladyr et Yakuba Ouattara et Amara Sy étaient déjà là l’an passé sous les ordres de Zvezdan Mitrovic pour remporter le premier trophée de l’histoire de l’AS Monaco. Le leader incontesté de la Pro A a conservé son trophée, en faisant parler à la fois la profondeur de son banc et la classe pure de Sergii Gladyr, auteur de 17 de ses 22 points dans le dernier quart-temps. Récit.

Les Verts pied au plancher

L’ASVEL était la plus rapide à se mettre en route dans cette finale par l’intermédiaire de Walter Hodge et DeMarcus Nelson, percutants d’entrée (0-6 puis 3-10 avec 4 points chacun de Hodge et Nelson). Cueillis à froid par l’agressivité des Rhodaniens, les Monégasques bafouillaient leur basket et faisaient preuve d’une étonnante fébrilité aux tirs et aux lancers (5/11 sur la ligne pour commencer). De l’autre côté, l’ASVEL signait un 4/7 à trois-points et prenait le large (28-14, 9e minute). Mais la sortie temporaire de Bandja Sy, touché à la cheville, marquait un coup d’arrêt pour les champions de France. La dynamique s’inversait.

Le combat des chefs

Les Monégasques reprenaient la main en termes d’agressivité et de combat, retrouvaient l’essence de leur jeu fait de défense, de jeu rapide et de percussion à outrance. Cinq points à suivre de Jamal Shuler permettaient aux Rouge de limiter la casse à la fin du premier quart (19-28). Amara Sy et Dee Bost (12 points après 12 minutes) prenaient le relais et complétaient un 16-2 (30-30 à la 13e). Tout était à refaire pour les hommes en Vert. On avait droit au combat des chefs attendu.

Les deux équipes se rendaient coup pour coup, au propre (25 fautes à la mi-temps, 39 lancers-francs tentés) comme au figuré, sans que cela nuise à la qualité du spectacle. Au tir primé de Nicolas Lang, Jamal Shuler répondait par une nouvelle arabesque. Le MVP de la finale 2016 (31 points et 33 d’évaluation contre Chalon) semblait reparti sur les mêmes bases que l’an passé (15 points en première mi-temps, il n'inscrira finalement que 17 points).  L’ASVEL regagnait les vestiaires avec deux longueurs d’avance (46-48).

L'ASVEL prend une option...

Economisé avant la pause, Darryl Watkins relançait idéalement les Verts sur un dunk et un contre autoritaire. L’ASVEL s’octroyait un mini-break (48-53) auquel répondait Nik Caner Medley sur un  trois-points et une passe de quaterback en direction de Jamal Shuler. On assistait à de multiples changements de leaders jusqu’à ce que l’ASVEL ne place un 8-0 dans le sillage de Walter Hodge, Nicolas Lang et Nikola Dragovic (14 points à 6/9 pour l’ailier-fort serbe) et pose une option sur la victoire finale (60-67, 28e). Ceci avait le don de mettre en rogne Brandon Davies, qui posait un dunk puissant. La Roca Team avait déjà concédé plus de points en trois quart-temps (66-70) que sur un match de saison régulière (68,8 points en moyenne).

Signé Gladyr !

Dans la dernière période, Mitrovic lançait son unité spéciale (Wright, Gladyr, Aboudou, A.Sy, Fofana) pour durcir le ton défensivement. Plus frais physiquement que leurs adversaires, les Monégasques recollaient aussitôt (70-70 puis 75-75). Débutait alors le show Sergii Gladyr. L’Ukrainien avait déjà planté 17 points dans le troisième quart-temps du quart de finale contre Chalon. Il remettait ça dans ce dernier quart. Incandescent derrière l’arc, Gladyr plantait 12 points en trois minutes dont trois tirs primés coup sur coup, et assommait l’ASVEL (87-79). Monaco filait vers la victoire. Après sa cinquième faute, Gladyr serrait les poings sur le banc lorsque Darryl Watkins ratait ses deux derniers lancers-francs. Auteur de 22 points en 16 minutes, et 19,3 d'évaluation en moyenne sur le tournoi, le numéro 8 n’avait pas volé son trophée de MVP !


Ils ont dit

Sergii Gladyr :« C’est un super week-end pour moi et pour l’équipe. Je veux remercier mes coéquipiers qui m’ont donné de la confiance pendant toute la compétition. Hier, Jamal, Brandon ou Amara ont été excellents. Ce soir, j’ai fait une grosse série au bon moment, tant mieux, ça fait du bien ! A-t-on gagné mentalement ? C’est possible, mais je n’en sais rien. Je suis trop ému pour vous le dire. Ce soir et face à Gravelines, ça a souri, j’ai mis des gros shoots que je ne marque pas toujours. »

Yakuba Ouattara :« On marque encore l'histoire avec ce back-to-back inédit, ça fait plaisir ! La victoire finale est encore plus belle car chaque équipe qu'on a rencontré nous a poussés dans nos derniers retranchements. Ce trophée-là, on le savourer. (...) Sergii, c'est quelqu'un qui se met au service du collectif. Sur le parquet, on connaît ses qualités et, humainement, c'est quelqu'un de bien. On le surnomme "le terroriste" parce qu'il fait de grosses fautes mais c'est un joueur dont chaque équipe a besoin, qui se sacrifie. »

J.D. Jackson : « On a joué les yeux dans les yeux avec Monaco. Ils ont mis 29 points dans le dernier quart-temps, beaucoup sur seconde chance. On fait quelques erreurs, comme la faute sur Gladyr à trois-points. Mais on a découvert ce qu’on peut faire au plus haut niveau. Il faut qu’on transpose ça sur les matches qui ne sont pas couperets. Aujourd’hui, on n’est pas très bien classé et il faut qu’on construise sur les excellents matches qu’on a pu jouer ici. Monaco mérite sa victoire mais on peut être fiers de ce qu’on a fait. Ça a été une belle finale. Il faut avoir le recul de le dire, même si ça n’a pas souri au final. »

Trenton Meacham : « On a mis 91 points contre eux, donc on n’a pas été mauvais en attaque, surtout que Monaco a une défense énorme ! Le problème, c’est qu’on en a pris 95, en concédant 16 rebonds offensifs, ce qui est beaucoup trop…»

Tous les matches de la Leaders Cup 2017

Demi-finales

Lyon-Villeurbanne bat Pau-Lacq-Orthez : 94-80 MVP : Walter HodgeLe résumé complet

Monaco bat Nanterre : 81-76 MVP : Amara SyLe résumé complet

Quarts de finale

Pau-Lacq-Orthez bat Paris Levallois : 76-65 MVP : D.J. CooperLe résumé complet

Lyon-Villeurbanne bat Chalon : 80-62 MVP : Nicolas LangLe résumé complet

Nanterre bat Strasbourg : 77-71 MVP : Hugo InvernizziLe résumé complet

Monaco bat Gravelines-Dunkerque : 90-85 MVP : Sergii GladyrLe résumé complet