Actualité

Serge Crèvecoeur : "on avait une main dans la figure sur tous leurs shoots"

Retour sur les déclarations clés après la deuxième journée de Pro A

Sur la lancée de sa victoire au Colisée, l'Elan Béarnais a assuré une prestation solide face à Nanterre. Les Palois ont déposé leurs adversaires à la faveur d'un 15-0 au début du troisième quart-temps. Une victoire très encourageante pour la suite du championnat, qui a ravi l'entraîneur, Serge Crèvecoeur et Alain Koffi. 

Serge Crèvecoeur : " A mon avis, Nanterre est une des équipes du championnat qui joue le mieux offensivement, qui sait très bien faire bouger le ballon sur le jeu avec écrans et on a pourtant tout contrôlé. Ils n'ont pas trouvé beaucoup de solutions, on avait une main dans la figure sur tous leurs shoots et on a aussi contrôlé le rebond (...) Je voudrais féliciter d'abord toute l'équipe mais aussi le jeune Elie Okobo pour la maturité dont il a fait preuve ce soir justement pour sa gestion du match : 1 balle perdue, 5 passes décisives, s'il peut garder ce ratio toute la saison, je signe tout de suite."  (source : elan-bearnais.fr)

Alain Koffi : "Si on continue comme cela, nous allons être compliqués à jouer. Au vu du début du calendrier, on s'est dit que ce n'était pas gagné d'avance. Nous sommes maintenant dans une situation plus confortable mais il ne faut pas se relâcher pour autant car samedi on est au Mans et on connait le style de jeu d'Eric (Bartecheky) : ça va être du sérieux !" (source : elan-bearnais.fr)

Heiko Schaffartzik :"Félicitations à Pau qui a vraiment très bien joué. L'an dernier Pau c'était avant tout DJ Cooper, joueur MVP de la Ligue vraiment fort mais cette saison, l'Elan est plus une vraie équipe comme on a pu le voir aujourd'hui. Ils ont très bien défendu et cela a changé notre rythme. Nous on doit apprendre de ce match et on ne dispose pas de beaucoup de temps car on joue vendredi à Minsk avec au bout la qualification pour la Champion's League." (source : elan-bearnais.fr)


Cholet a raté son premier rendez-vous à la Meilleraie. Les Choletais ont laissé filer une avance de 18 points à la mi-temps (46-28) face à Hyères-Toulon, pour s’incliner au final 73-79. C’est la deuxième défaite des Choletais avant un déplacement périlleux à l’Astroballe samedi. 

   
Philippe Hervé : « On a pris la pression du premier match sur la gueule. Le groupe manque de repères. On n’est pas stable. On a des jeunes joueurs. Il ne faut pas qu’ils se mettent trop de pression. La réalité, c’est qu’on n’est pas mieux aujourd’hui qu’on ne l’est il y a 15 jours. » (source : cholet-basket.com)

Manu Schmitt (entraîneur du HTV) : « On n’était absolument pas dans l’intensité en première mi-temps, battus sur tous les duels. Il y a eu un vrai changement d’attitude (après la pause). Jordan Tolbert a été l’ombre de lui-même en première mi-temps. Cowells (32 points) c’est un garçon qui peut marquer des paniers, je n’avais pas de doute. » (source : cholet-basket.com)



Châlons-Reims a décroché sa première victoire à domicile, après avoir redressé la barre en deuxième mi-temps contre Antibes. 

Cédric Heitz : « J’étais vraiment inquiet avant ce match mais les joueurs m’ont rassuré. Tout n’a pas été parfait. On peut critiquer certains joueurs qui ont pris beaucoup de tirs (3/16 pour Ben Bentil)mais ils ont fait preuve d’agressivité. L’équipe ne s’est pas désunie. La défense sur (Tim) Blue a clairement fait la différence (9 points en 2e mi-temps sur ses 27 unités). » (source : ccrbasket.com)

Julien Espinosa : « Je ne sais pas si dans le match nous avons joué 5 systèmes de jeu dans les standards d’exécution que nous avons défini. On n’a vu que des un-contre-un, des individualités et ce n’est pas comme ça qu’on veut jouer nos matches. On n’a pas été suffisamment disciplinés. »  (source : ccrbasket.com)


La JL Bourg a créé la surprise en écrasant l'équipe du Portel à Ekinox (+38). Il faudra compter sur ce promu cette saison...

Mérédis Houmounou : « On a pris du plaisir à jouer ensemble. On a défendu fort, partagé fort, fait des extra-passes. On a développé le basket qu’on aime. On a eu de la réussite à mi-distance qui nous a permis de faire l’écart et de leur mettre la tête sous l’eau. On va mettre ça derrière nous pour essayer de réitérer une bonne prestation à Dijon. » (source : jlbourg-basket.com)

Eric Girard : « Quand une équipe fait 10 sur 10 en match amical et qu’elle a failli battre Nanterre à Nanterre, c’est qu’elle est déjà bien en place. Aujourd’hui ils ont été dominants à tous les niveaux. Au niveau basket et malheureusement au niveau de l’état d’esprit qui est normalement une marque de fabrique du Portel. Je vais être très observateur dans les jours qui viennent. Comme je le dis souvent à mes joueurs, le haut niveau c’est une question de mental. L’année dernière on n’avait pas le talent mais on avait un mental à toute épreuve. J’espère qu’ils n’ont pas pris la grosse tête. A Antibes, on va voir ceux qui vont baisser la tête et ceux qui vont réagir comme des compétiteurs. J’attends une réaction d’état d’esprit, d’orgueil, même si on sait que cela ne sera pas facile. » (source : jlbourg-basket.com)


Le Limoges CSP n'a pas fait de détail face à Chalon (90-65). Plus encore que l’ampleur du score, le GM, Olivier Bourgain était satisfait de l’état d’esprit affiché : " L'état d'esprit du groupe est irréprochable. Evidemment, il y a la victoire, mais de l’extérieur, on voyait qu'ils avaient plaisir à jouer ensemble et à se passer la balle. On voit des joueurs sur le banc qui se lèvent et qui sont contents de voir le copain marquer. Après un mois et demi de travail, ce sont des choses supers positives. Je suis très satisfait du comportement de l'équipe." (source : France Bleu Limousin)

Côté Elan, Jean-Denys Choulet tire la sonnette d'alarme après cette troisième défaite de plus de 20 points, en incluant le Match des Champions  : « Les gens sont perdus, tétanisés en attaque et en défense. Ce soir, nos deux meilleurs joueurs sont des joueurs de Pro B (Arthur Rozenfeld et Bastien Pinault). Les gars sont complètement perdus. Que Limoges soit meilleur que nous en ce moment, on le sait mais là, on est dans le néant total. Changer ? Oui mais qui ? Ce soir, on peut en changer un paquet. On est au fond, on ne peut que remonter et on va remonter en bossant. » (via Twitter de Matthieu Marot, journaliste au Populaire du Centre).