Espoirs - 33ème journéeTerminé
Monaco98
BoulazacBoulazac90
11-05-2019 14:30
Espoirs - 33ème journéeTerminé
Cholet96
Fos-sur-MerFos-sur-Mer83
12-05-2019 14:00
Espoirs - 33ème journéeTerminé
Chalon/Saône78
Châlons-ReimsChâlons-Reims62
12-05-2019 14:00
Espoirs - 33ème journéeTerminé
Strasbourg75
Le PortelLe Portel66
12-05-2019 14:00
Espoirs - 33ème journéeTerminé
Levallois88
AntibesAntibes80
12-05-2019 14:00
ProB - 32ème journéeTerminé
Nancy84
Gries-OberhoffenGries-Oberhoffen88
12-05-2019 15:00
Espoirs - 33ème journéeTerminé
Bourg-en-Bresse71
NanterreNanterre59
12-05-2019 15:30
Espoirs - 33ème journéeTerminé
Pau-Lacq-Orthez84
LimogesLimoges61
12-05-2019 15:30
ProB - 32ème journéeTerminé
Vichy-Clermont102
DenainDenain100
12-05-2019 17:00
ProB - 32ème journéeTerminé
Evreux93
Aix-MaurienneAix-Maurienne84
12-05-2019 17:00
ProB - 32ème journéeTerminé
Caen78
RouenRouen89
12-05-2019 17:00
ProB - 32ème journéeTerminé
Paris81
NantesNantes73
12-05-2019 17:00
ProB - 32ème journéeTerminé
Lille78
QuimperQuimper82
12-05-2019 17:00
ProB - 32ème journéeTerminé
Poitiers79
OrléansOrléans83
12-05-2019 17:00
ProB - 32ème journéeTerminé
Roanne84
BloisBlois78
12-05-2019 17:00
ProB - 32ème journéeTerminé
Saint-Chamond115
ChartresChartres75
12-05-2019 17:00
Jeep® ÉLITE - 33ème journéeTerminé
Monaco90
BoulazacBoulazac78
12-05-2019 17:00
Jeep® ÉLITE - 33ème journéeTerminé
Chalon/Saône66
Châlons-ReimsChâlons-Reims98
12-05-2019 17:00
Jeep® ÉLITE - 33ème journéeTerminé
Strasbourg87
Le PortelLe Portel73
12-05-2019 17:00
Jeep® ÉLITE - 33ème journéeTerminé
Levallois86
AntibesAntibes92
12-05-2019 17:00
Jeep® ÉLITE - 33ème journéeTerminé
Cholet99
Fos-sur-MerFos-sur-Mer83
12-05-2019 17:00
Jeep® ÉLITE - 33ème journéeTerminé
Pau-Lacq-Orthez84
LimogesLimoges69
12-05-2019 18:30
Jeep® ÉLITE - 33ème journéeTerminé
Bourg-en-Bresse75
NanterreNanterre70
13-05-2019 20:45
Espoirs - 33ème journéeTerminé
Dijon85
Le MansLe Mans42
14-05-2019 15:00
Jeep® ÉLITE - 33ème journéeTerminé
Dijon78
Le MansLe Mans70
14-05-2019 20:00
Espoirs - 33ème journéeTerminé
Lyon-Villeurbanne75
Gravelines-DunkerqueGravelines-Dunkerque65
15-05-2019 16:00
Jeep® ÉLITE - 33ème journéeTerminé
Lyon-Villeurbanne95
Gravelines-DunkerqueGravelines-Dunkerque72
15-05-2019 20:00
ProB - 33ème journéeTerminé
Roanne81
Vichy-ClermontVichy-Clermont69
17-05-2019 20:00
ProB - 33ème journéeTerminé
Evreux85
NancyNancy91
17-05-2019 20:00
ProB - 33ème journéeTerminé
Gries-Oberhoffen68
ParisParis73
17-05-2019 20:00
ProB - 33ème journéeTerminé
Aix-Maurienne78
DenainDenain84
17-05-2019 20:00
ProB - 33ème journéeTerminé
Nantes97
Saint-ChamondSaint-Chamond95
17-05-2019 20:30
ProB - 33ème journéeTerminé
Rouen95
LilleLille81
17-05-2019 20:30
Espoirs - 34ème journéeTerminé
Boulazac72
CholetCholet93
18-05-2019 17:00
Espoirs - 34ème journéeTerminé
Nanterre67
Pau-Lacq-OrthezPau-Lacq-Orthez61
18-05-2019 17:00
Espoirs - 34ème journéeTerminé
Limoges74
LevalloisLevallois99
18-05-2019 17:00
Espoirs - 34ème journéeTerminé
Le Portel60
Bourg-en-BresseBourg-en-Bresse94
18-05-2019 17:00
Espoirs - 34ème journéeTerminé
Le Mans107
Chalon/SaôneChalon/Saône108
18-05-2019 17:00
Espoirs - 34ème journéeTerminé
Gravelines-Dunkerque68
StrasbourgStrasbourg67
18-05-2019 17:00
Espoirs - 34ème journéeTerminé
Fos-sur-Mer67
Lyon-VilleurbanneLyon-Villeurbanne79
18-05-2019 17:00
Espoirs - 34ème journéeTerminé
Châlons-Reims73
DijonDijon70
18-05-2019 17:00
Espoirs - 34ème journéeTerminé
Antibes98
MonacoMonaco108
18-05-2019 17:00
Jeep® ÉLITE - 34ème journéeTerminé
Le Portel86
Bourg-en-BresseBourg-en-Bresse92
18-05-2019 20:00
Jeep® ÉLITE - 34ème journéeTerminé
Fos-sur-Mer62
Lyon-VilleurbanneLyon-Villeurbanne85
18-05-2019 20:00
ProB - 33ème journéeTerminé
Quimper71
PoitiersPoitiers76
18-05-2019 20:00
ProB - 33ème journéeTerminé
Orléans78
CaenCaen70
18-05-2019 20:00
Jeep® ÉLITE - 34ème journéeTerminé
Antibes60
MonacoMonaco83
18-05-2019 20:00
Jeep® ÉLITE - 34ème journéeTerminé
Châlons-Reims81
DijonDijon84
18-05-2019 20:00
Jeep® ÉLITE - 34ème journéeTerminé
Boulazac117
CholetCholet92
18-05-2019 20:00
Jeep® ÉLITE - 34ème journéeTerminé
Gravelines-Dunkerque78
StrasbourgStrasbourg87
18-05-2019 20:00
Jeep® ÉLITE - 34ème journéeTerminé
Le Mans88
Chalon/SaôneChalon/Saône74
18-05-2019 20:00
ProB - 33ème journéeTerminé
Blois88
ChartresChartres65
18-05-2019 20:00
Jeep® ÉLITE - 34ème journéeTerminé
Limoges106
LevalloisLevallois78
18-05-2019 20:00
Jeep® ÉLITE - 34ème journéeTerminé
Nanterre74
Pau-Lacq-OrthezPau-Lacq-Orthez82
18-05-2019 20:00
ProB - 34ème journée
Caen0
RoanneRoanne0
24-05-2019 20:00
ProB - 34ème journée
Vichy-Clermont0
RouenRouen0
24-05-2019 20:00
ProB - 34ème journée
Paris0
Aix-MaurienneAix-Maurienne0
24-05-2019 20:00
ProB - 34ème journée
Lille0
OrléansOrléans0
24-05-2019 20:00
ProB - 34ème journée
Nancy0
BloisBlois0
24-05-2019 20:00
ProB - 34ème journée
Poitiers0
Gries-OberhoffenGries-Oberhoffen0
24-05-2019 20:00
ProB - 34ème journée
Chartres0
QuimperQuimper0
24-05-2019 20:00
ProB - 34ème journée
Saint-Chamond0
EvreuxEvreux0
24-05-2019 20:00
ProB - 34ème journée
Denain0
NantesNantes0
24-05-2019 20:00

Actualité

Vincent Poirier (Vitoria) : « J’essaie juste de continuer à bosser à fond »

Révélation de la Pro A ces deux dernières saisons avec le Paris-Levallois, Vincent Poirier (2,13 m, 24 ans) continue de grandir à Vitoria. Entretien.

Le 14 décembre dernier, Vincent Poirier a réalisé un match énorme sur le terrain de l’Anadolu Efes Istanbul. Ses 16 points à 7/10 au tir, 12 rebonds, 3 passes et 5 contres pour 35 d’évaluation, plus ses deux lancers-francs pour offrir la victoire à Vitoria (81-82) lui ont valu le trophée de MVP de la 12e journée d’Euroleague. Confiné au banc en début de saison, l’ancien du Paris Levallois prouve, à 24 ans, qu’il progresse encore et pourrait bien un jour faire partie du gotha des pivots mondiaux…

Vincent, au Paris Levallois, Antoine Rigaudeau ne veut pas de toi, on t’envoie jouer avec l’Insep et, dès ton retour ou presque, tu deviens dominant en Pro A. A Vitoria, ton premier coach te laisse sur le banc et, dès qu’on te donne des minutes, te voilà MVP de la 12e journée d’Euroleague. Si on t’envoie jouer en Championnat Départemental de Mini-Basket, tu finis All Star NBA, c’est cela l’idée ?

(Il rit) Non, mais dans le décollage de la carrière d’un joueur, il y a beaucoup de détails qui entrent en jeu. Et, bien sûr, la confiance que peut t’accorder ton coach est un élément essentiel. Je ne me sentais pas forcément en confiance avec Pablo (Prigioni, l’ex-international argentin et joueur emblématique de Vitoria, passé ensuite par le Real Madrid, New-York, Houston, devenu head-coach cet été mais remercié quelques mois plus tard, ndlr). En plus, le début de saison difficile, avec une série de défaites, le fait que l’équipe ne se trouve pas, ne facilite pas l’intégration d’un nouveau joueur comme moi. C’était un peu compliqué… Après, je suis rentré dans une spirale négative, un peu en manque de confiance et dès que je faisais une action négative je ressortais immédiatement. Ensuite, à l’arrivée de Pedro (Martinez, qui a remplacé Prigioni fin octobre), tous les compteurs ont été remis à zéro. Là, j’ai pu enfin saisir ma chance, en ayant l’impression que je ne traînais plus de passif dans la tête du coach, et j’ai pu montrer qu’on pouvait compter sur moi. Tu sais, je ne sais pas si c’est le cas de tous les joueurs, mais j’ai quand même besoin de sentir qu’on me fait un minimum confiance. Avec Pablo, je rentrais, mais à la moindre erreur, je ressortais immédiatement. Avec Pedro, je sais que je dispose d’un petit crédit qui fait qu’on me permet une petite marge d’erreur. Sur un match de 40 minutes, personne ne peut être parfait, et si tu sens qu’au moindre faux-pas tu te retrouves sur le banc pour le restant du match, ça a tendance à te paralyser…

Est-ce que Nando De Colo, auteur de 33 d’évaluation la veille contre le Maccabi et à qui tu as « volé » ce trophée, t’a passé un coup de fil ?

Non, mais ça me fait plaisir de lui être passé devant sur le fil. Nando, c’est quelqu’un que j’apprécie et surtout que je respecte énormément en tant que joueur. Donc faire mieux que lui pour une fois, dans mon esprit, ça représente quelque chose à mes yeux. J’espère qu’il ne m’en veut pas trop, mais des trophées de MVP de la journée d’Euroleague, il en a déjà plein, c’est le recordman !

Sur quel plan estimes-tu avoir déjà progressé depuis ton arrivée à Vitoria ? Dans l’appréhension du niveau et des exigences que celui-ci implique ?

Oui, sans doute, parce que je n’ai pas l’impression d’avoir pris 15 kilos de muscles ou d’être devenu plus rapide en quelques semaines. C’est donc plus dans le placement, la lecture et l’intelligence de jeu, effectuer le bon déplacement au moment idéal, tout cela, que tu effectues les bons ajustements. Je me sens plus à l’aise à ce niveau-là en tous cas. Et quand ta compréhension du jeu augmente, tu as moins besoin d’être un monstre athlétique. Je n’ai rien changé à mon corps mais plus gagné un peu en Q.I. basket.

"On ne passe pas" disent Vincent Poirier et Tornike Shengelia à Adrien Moerman

On oublie souvent que tu as commencé le basket très tard…

Oui, j’ai commencé à 17 ans dans un petit club à côté de chez moi, puis à 18 ans, j’ai intégré le Paris Levallois. Le plus étonnant, c’est aussi que même si le coach avait voulu me mettre sur le terrain, il ne le pouvait pas, parce qu’en ayant commencé si tard, je n’avais pas mes quatre années de licence avant ma deuxième année espoir, je crois, donc je n’étais pas considéré comme JFL. Quand Christophe Denis était le head-coach, je ne pouvais même pas prendre place sur le banc. Il a fallu attendre l’année suivante et que le PL demande une dérogation en argumentant sur le fait que j’avais été sélectionné en équipe de France U20 pour obtenir le statut de JFL.

Comment s’est passée ton adaptation à la Liga Endesa et à l’Euroleague ?

Le premier mois, c’était vraiment compliqué, très intense, avec beaucoup de matches à l’extérieur. D’autant que les adversaires sont à un très haut niveau, que ce soit en championnat ou en Euroleague. Donc si tu n’es pas encore prêt, individuellement comme collectivement, tu paies cash. On a eu des blessés en plus, donc l’équipe était bancale, et sur le plan individuel, la vie était agréable, mais quand tu perds et qu’en plus tu ne passes pas beaucoup de temps sur le terrain, ça joue un peu sur le moral. Mais comme je ne suis pas quelqu’un de compliqué, j’ai géré ça au jour le jour en évitant de me poser trop de questions…

En plus, tu as raté la préparation physique avec Vitoria tout en n’ayant pas un gros temps de jeu avec les Bleus. On dit souvent que c’est compliqué, dans ce cas-là, de gérer la reprise en club…

Oui, c’est vrai. Je suis passé de presque rien côté temps de jeu avec les Bleus à devoir être performant de suite à Vitoria parce qu’on était que deux postes 5 avec Ilimane Diop (2,10 m, 22 ans), Johannes Voigtmann étant encore avec l’Allemagne à l’EuroBasket. Le club m’a demandé d’arriver aussi vite que possible après l’élimination de l’équipe de France. Dès le lendemain, j’étais à Vitoria, sans le moindre jour de vacances. Sans repos, sans une petite plage pour souffler, c’est compliqué c’est vrai. J’ai dû intégrer tous les systèmes en quelques jours. En plus, Pablo Prigioni avait une méthode inspirée de la NBA, avec un rythme de travail allégé par rapport à ce que j’avais pu connaître. La transition a été… pas évidente !

Quel est le pivot qui t’a le plus impressionné pour le moment, en ACB ou en Euroleague ?

(Longue hésitation) Bonne question ! Plus jeune, je ne connaissais aucun joueur ou presque. Fred Fauthoux m’avait dit de regarder le jeu d’Ante Tomic, et j’avais essayé de m’inspirer de quelques-uns de ses moves. Mais ce n’était pas une idole non plus. Mais franchement, depuis que je suis ici, je n’ai pas non plus rencontré un pivot qui m’ait impressionné plus que ça. Personne que j’aurais pu trouver injouable.

En défense sur le Barcelonnais Ante Tomic

L’an dernier, au PL, entre Louis Labeyrie et toi, on vous regardait comme des OVNIs, déployant une énorme énergie, mais trop chiens fous pour le plus haut niveau. Aujourd’hui, tu t’imposes en Euroleague et Louis est top-rebondeur et n°2 à l’évaluation de Pro A dans le basket très structuré de Collet. Qu’est-ce que cela t’inspire ?

Et bien… Qu’on n’était pas si mal et surtout que Louis comme moi sommes sur la bonne voie. Nous avons tous les deux une énorme marge de progression. Une carrière, comme je l’ai dit, cela tient aux détails. Si on continue à travailler et qu’on ne se perd pas, nous avons tous les deux un bel avenir devant nous. Mais j’ai confiance, parce que Louis est comme moi, c’est un bosseur. Et nous ne nous laissons pas vraiment marcher dessus.

Mis à part Vitoria, quelles étaient les touches que tu avais cet été ?

Vincent (Collet) voulait que je vienne à Strasbourg. Il y avait aussi l’ASVEL, Limoges… A l’étranger, j’avais une offre ferme de Bamberg. Il me semble aussi que Kaunas s’était renseigné. Mais mon agent ne m’a pas trop gavé d’information sur le sujet. Il m’a dit que la meilleure option pour moi était Vitoria. Et là, on a foncé…

Tu nous le confiais l’an dernier, tu es un pivot qui court, denrée très prisée en NBA. Quand aimerais-tu y tenter ta chance ?

Oui et non. C’est vrai que j’ai ça dans un coin de la tête, mais c’est loin d’être une obsession. Pour le moment, j’ai mes trois ans à effectuer ici, à Vitoria. J’ai fait un match référence en Euroleague que j’essaie de confirmer peu à peu, mais je ne me prends pas pour un autre non plus. C’est le début. Il faut bosser sans surtout s’enflammer et garder les pieds sur terre. La suite ? Si je continue à bosser correctement, de jolies choses pourraient se passer. Mais il faut remettre les choses dans l’ordre. Si je continue comme ça, je devrais avoir des opportunités intéressantes à l’avenir, ça s’arrête là…

Une première sélection avec les A, un rôle en Euroleague, les choses ont quand même été vite pour un joueur relégué en N1 il y a à peine deux ans… Est-ce difficile de garder la tête froide quand les choses vont aussi vite ?

Est-ce dur de garder la tête froide ? Humm… Oui et non. A partir du moment où tu t’enflammes, tu es sur une mauvaise voie. Ce n’est pas parce que tu parviens à tirer ton épingle du jeu en Pro A qu’il faut commencer à te la péter ! C’est vrai aussi que dès que tu commences à gagner un peu d’argent, certaines personnes, dans ton entourage, changent aussi. Le danger, c’est de se mettre à déraper à ce moment-là, de se prendre pour un autre alors que tu n’as encore pas prouvé grand chose. Si j’adopte ce comportement, je cours à ma perte. Moi, j’essaie juste de continuer à bosser à fond, en sachant bien que plus tu progresses, plus les opportunités de gagner plus d’argent vont arriver et… que ça te mettra à l’abri. Mais sans croire que tu es devenu une star parce qu’une fois, tu as fait un gros match en Euroleague. Mais je ne crois pas être quelqu’un de compliqué, avec un entourage qui m’aide à garder les pieds sur terre même si j’ai de quoi me payer une plus grosse voiture et quelques autres trucs…