Espoirs - 3ème PlaceTerminé
Team Vizade87
Team HayTeam Hay83
18-02-2020 14:30
Espoirs - FinaleTerminé
Team Menard79
Team RomeyerTeam Romeyer96
18-02-2020 16:00
Espoirs - 22ème journée Terminé
Nanterre94
Châlons-Reims Châlons-Reims 90
25-02-2020 17:00
Espoirs - 30ème journée Terminé
Dijon78
Strasbourg Strasbourg 70
26-02-2020 18:30
Espoirs - 24ème journée
Roanne 0
Boulogne-Levallois Boulogne-Levallois 0
28-02-2020 17:00
Espoirs - 24ème journée
Gravelines-Dunkerque0
Pau-Lacq-Orthez Pau-Lacq-Orthez 0
28-02-2020 17:00
Espoirs - 24ème journée
Châlons-Reims 0
Limoges Limoges 0
28-02-2020 17:00
Jeep® ÉLITE - 24ème journée
Roanne 0
Boulogne-Levallois Boulogne-Levallois 0
28-02-2020 20:00
ProB - 21ème journée
Aix-Maurienne0
Nantes Nantes 0
28-02-2020 20:00
Jeep® ÉLITE - 24ème journée
Gravelines-Dunkerque0
Pau-Lacq-Orthez Pau-Lacq-Orthez 0
28-02-2020 20:00
Jeep® ÉLITE - 24ème journée
Châlons-Reims 0
Limoges Limoges 0
28-02-2020 20:00
ProB - 21ème journée
Gries-Oberhoffen0
Fos-sur-Mer Fos-sur-Mer 0
28-02-2020 20:00
ProB - 21ème journée
Lille0
Denain Denain 0
28-02-2020 20:00
ProB - 21ème journée
Vichy-Clermont0
ParisParis0
28-02-2020 20:00
ProB - 21ème journée
Saint-Chamond0
Saint-Quentin Saint-Quentin 0
28-02-2020 20:00
ProB - 21ème journée
Antibes0
Souffelweyersheim Souffelweyersheim 0
28-02-2020 20:30
ProB - 21ème journée
Rouen0
Quimper Quimper 0
28-02-2020 20:30
Espoirs - 24ème journée
Cholet0
Chalon/Saône Chalon/Saône 0
29-02-2020 17:00
Espoirs - 24ème journée
Dijon0
Orléans Orléans 0
29-02-2020 17:00
Espoirs - 24ème journée
Strasbourg 0
Le Portel Le Portel 0
29-02-2020 17:00
Espoirs - 24ème journée
Nanterre0
Boulazac Boulazac 0
29-02-2020 17:00
Espoirs - 24ème journée
Le Mans 0
Bourg-en-Bresse Bourg-en-Bresse 0
29-02-2020 17:30
Jeep® ÉLITE - 24ème journée
Cholet0
Chalon/Saône Chalon/Saône 0
29-02-2020 20:00
ProB - 21ème journée
Nancy0
Poitiers Poitiers 0
29-02-2020 20:00
ProB - 21ème journée
Blois0
Evreux Evreux 0
29-02-2020 20:00
Jeep® ÉLITE - 24ème journée
Dijon0
Orléans Orléans 0
29-02-2020 20:00
Jeep® ÉLITE - 24ème journée
Nanterre0
Boulazac Boulazac 0
29-02-2020 20:00
Jeep® ÉLITE - 24ème journée
Strasbourg 0
Le Portel Le Portel 0
29-02-2020 20:00
Jeep® ÉLITE - 24ème journée
Le Mans 0
Bourg-en-Bresse Bourg-en-Bresse 0
29-02-2020 20:30
Espoirs - 24ème journée
Lyon-Villeurbanne0
Monaco Monaco 0
01-03-2020 13:00
Jeep® ÉLITE - 24ème journée
Lyon-Villeurbanne0
Monaco Monaco 0
01-03-2020 16:00
Espoirs - 27ème journée
Orléans 0
Bourg-en-Bresse Bourg-en-Bresse 0
03-03-2020 17:00
ProB - 25ème journée
Lille0
Quimper Quimper 0
03-03-2020 20:00
Espoirs - 25ème journée
Boulogne-Levallois0
Gravelines-Dunkerque Gravelines-Dunkerque 0
06-03-2020 17:00
ProB - 22ème journée
Quimper0
Aix-Maurienne Aix-Maurienne 0
06-03-2020 20:00
ProB - 22ème journée
Nancy0
Lille Lille 0
06-03-2020 20:00
ProB - 22ème journée
Poitiers0
Vichy-Clermont Vichy-Clermont 0
06-03-2020 20:00
ProB - 22ème journée
Saint-Quentin0
Antibes Antibes 0
06-03-2020 20:00
ProB - 22ème journée
Fos-sur-Mer0
Rouen Rouen 0
06-03-2020 20:00
Jeep® ÉLITE - 25ème journée
Boulogne-Levallois0
Gravelines-Dunkerque Gravelines-Dunkerque 0
06-03-2020 20:30
ProB - 22ème journée
Evreux0
Denain Denain 0
06-03-2020 20:30
ProB - 22ème journée
Nantes0
Saint-Chamond Saint-Chamond 0
06-03-2020 20:30
Espoirs - 25ème journée
Lyon-Villeurbanne0
Le Mans Le Mans 0
07-03-2020 13:15
Espoirs - 25ème journée
Le Portel0
Pau-Lacq-Orthez Pau-Lacq-Orthez 0
07-03-2020 15:00
Espoirs - 25ème journée
Orléans 0
Roanne Roanne 0
07-03-2020 16:30
Espoirs - 25ème journée
Chalon/Saône 0
Strasbourg Strasbourg 0
07-03-2020 17:00
Espoirs - 25ème journée
Boulazac0
Châlons-Reims Châlons-Reims 0
07-03-2020 17:00
Espoirs - 25ème journée
Monaco 0
Dijon Dijon 0
07-03-2020 17:00
Espoirs - 25ème journée
Limoges0
Cholet Cholet 0
07-03-2020 17:00
Espoirs - 25ème journée
Bourg-en-Bresse 0
Nanterre Nanterre 0
07-03-2020 17:00
Jeep® ÉLITE - 25ème journée
Le Portel0
Pau-Lacq-Orthez Pau-Lacq-Orthez 0
07-03-2020 18:30
ProB - 22ème journée
Souffelweyersheim0
Gries-Oberhoffen Gries-Oberhoffen 0
07-03-2020 20:00
Jeep® ÉLITE - 25ème journée
Orléans 0
Roanne Roanne 0
07-03-2020 20:00
Jeep® ÉLITE - 25ème journée
Limoges0
Cholet Cholet 0
07-03-2020 20:00
Jeep® ÉLITE - 25ème journée
Chalon/Saône 0
Strasbourg Strasbourg 0
07-03-2020 20:00
Jeep® ÉLITE - 25ème journée
Boulazac0
Châlons-Reims Châlons-Reims 0
07-03-2020 20:00
ProB - 22ème journée
Paris0
Blois Blois 0
07-03-2020 20:30
Jeep® ÉLITE - 25ème journée
Monaco 0
Dijon Dijon 0
07-03-2020 20:30
Jeep® ÉLITE - 25ème journée
Bourg-en-Bresse 0
Nanterre Nanterre 0
08-03-2020 16:00
Jeep® ÉLITE - 25ème journée
Lyon-Villeurbanne0
Le Mans Le Mans 0
08-03-2020 18:00

Actualité

Sergii Gladyr, l’atout maître de Nanterre

Arrivé cette saison en Pro A après un Euro très réussi, Sergii Gladyr (1,96 m, 25 ans) n’a pas mis longtemps à faire son trou à Nanterre.

Depuis le mois de juin dernier, quelque chose a changé à la JSF Nanterre. Longtemps catalogué comme le petit poucet de la division du fait de moyens limités et d’une histoire dans l’élite toute récente, le club des Hauts-de-Seine a changé de statut en remportant le titre de champion de France, un peu à la surprise générale. Un exploit retentissant dans le monde du sport français qui a permis à Nanterre d’accéder à de nouveaux moyens et de s’offrir des joueurs auparavant hors de portée, à l’image de Sergeii Gladyr.

L’histoire entre l’Ukrainien et la JSF date d’ailleurs, en réalité, d’un peu avant ce titre de champion de France. Une rencontre qui doit un peu au hasard comme cela arrive parfois. « On avait déjà discuté de lui et de son profil avec son agent parce que c’était un joueur qui possédait des caractéristiques qui m’intéressaient », explique Pascal Donnadieu, l’entraîneur de la JSF qui ne pouvait sans doute pas prévoir que son futur poulain serait présent un peu plus tôt que prévu. Car en juin dernier, à l’occasion des deux derniers matches des finales gagnées contre Strasbourg, Gladyr était confortablement assis dans les travées de Coubertin pour assister au sacre de ses futurs coéquipiers.

« C’est assez marrant comme histoire », note le joueur. « Mon agent m’avait proposé des entraînements aux Etats-Unis et m’avait proposé de venir passer une semaine à Paris avant. J’arrive donc à Paris et il me demande si je veux voir la finale de Pro A entre Nanterre et Strasbourg. Je n’avais jamais vu de basket français donc j’ai dit tout de suite oui et j’ai beaucoup apprécié l’ambiance, avec les supporters de Nanterre qui étaient très chauds. » Il ne le savait pas encore mais ces supporters allaient bientôt scander son nom.

« Je suis très fier de ce qu’on a fait à l’Euro »

 

Avec l'équipe d'Ukraine face à l'équipe de France de Mickaël Gelabale lors du dernier Euro.

 

Mais en ce mois de juin, Sergii Gladyr a une autre destination que Nanterre à l’esprit. Sélectionné au sein de l’équipe nationale d’Ukraine, l’homme a les yeux tournés vers la Slovénie où se dispute le championnat d’Europe 2013. Si pour le basket français, la compétition gardera à jamais une saveur particulière avec une première médaille d’or obtenue sur la scène internationale, pour Gladyr aussi l’Euro 2013 restera gravé à vie.

Considérée comme une équipe plutôt faible avant le début de la compétition, l’Ukraine sera finalement la grande révélation de l’Euro slovène. Entraînés par Mike Fratello, légende du coaching passé par la NBA, les jaunes et bleus décrochent une inespérée 6e place – le meilleur résultat de l’histoire du basket ukrainien – et valident par la même occasion leur qualification au championnat du monde 2014, une première pour le pays. Dans cette équipe surprise, Sergii Gladyr est le deuxième meilleur marqueur (12,0 points) derrière l’américain naturalisé, Eugene Jeter. « Cet Euro reste inoubliable », avoue Sergii. « On s’est battu à chaque seconde, chaque match, je suis très fier de ce qu’on a fait à l’Euro. »

Devant ses exploits tant personnels que collectifs, le joueur s’attend à recevoir de nombreuses propositions, mais ce ne sera pas le cas. « C’était la toute fin septembre et presque toutes les équipes étaient complètes », se remémore-t-il. « J’ai été un peu déçu de ne pas avoir plus de propositions après mon Euro mais je me suis rendu compte que j’arrivais vraiment tard. Mais Nanterre me voulait vraiment et il y avait l’Euroleague. » C’est donc la JSF qui récupère le shooteur, à la grande joie de Pascal Donnadieu.

« Quand tu te prives de ton meilleur atout, ça devient délicat. » Pascal Donnadieu

 

Le joueur se montre souvent plus à l'aise sur la scène européenne qu'en Pro A

 

Après une préparation poussive, la JSF entame son championnat du feu de Dieu avec six victoires en six matches et un Sergii Gladyr à son avantage. Toujours meilleure évaluation de Nanterre à l’heure actuelle (12,4), le joueur marche aussi très bien en Euroleague, où la JSF impressionne sur la phase aller avec notamment une victoire de prestige à Barcelone. On pense alors à une possible qualification au Top 16 du côté de Nanterre.

Malheureusement, la vie d’un sportif est aussi faite de coup d’arrêt et Sergii Gladyr va en connaître un. L’Ukrainien se blesse mi-novembre pour une durée de deux mois et, en son absence, la JSF va plonger, à l’image de ce match perdu à domicile face à Barcelone alors que les hommes de Donnadieu ne pointaient qu’à deux longueurs des Catalans à quelques secondes de la fin du match. « C’est pour ça que j’avais demandé un tir à trois-points, ce qu’on a pas fait d’ailleurs », se souvient l’entraîneur. « Ce ballon-là lui serait certainement revenu. Ca ne veut pas dire qu’il l’aurait mis mais je pense que c’est lui qui aurait eu le tir de la gagne contre Barcelone. »

Mais l’histoire ne repasse jamais les plats comme on dit et en l’absence de son tireur d’élite, la JSF voit la qualification au Top 16 lui passer sous le nez. Car après son match contre Cantu en Eurocup, juste après son retour de blessure (30 points, 5 rebonds), les supporters de Nanterre ne pourront s’empêcher de penser que les choses auraient pu être différentes avec Gladyr dans les rangs. « C’est clair que son intelligence, son sens tactique, son adresse extérieure et son expérience sur la scène européenne nous ont manqué, ça a été un handicap indiscutable », regrette Pascal Donnadieu. « C’était notre meilleur marqueur avant sa blessure donc c’était un joueur d’impact dès le début et quand il s’est blessé, on a baissé le pied. On était déjà au taquet en Euroleague, quand tu te prives de ton meilleur atout, ça devient délicat. »

« A l’Euro, on sait qu’on va jouer 5 matches en six jours. Mais à la Leaders Cup, on ne sait pas combien de match on va jouer ! »

 

Gladyr n'a pas mis longtemps à séduire le public nanterrien

 

Aujourd’hui un peu plus en difficulté au classement, la JSF a perdu de sa superbe sur ce début d’année 2013 et, à l’image de son équipe, Gladyr est moins en vue en Pro A ces derniers temps. Des difficultés logiques selon son entraîneur, pour qui l’Ukrainien est plus à l’aise au niveau européen qu’en Pro A. « C’est un arrière européen moderne de grande taille, avec de très bons fondamentaux et on sait tous que le niveau athlétique et physique de la Pro A peut surprendre les nouveaux joueurs », analyse Donnadieu. « Il y a une dimension athlétique au-dessus de la moyenne mais peut-être un peu moins basket, un peu moins technique et pour Segii c’est plus facile de s’exprimer en compétition européenne qu’en Pro A, d’autant qu’il sort de quatre ans d’Espagne où le championnat se rapproche de très près de ce qui se fait en compétition européenne. »

A quelques encablures de la Leaders Cup, le moment est cependant parfaitement choisi pour Nanterre comme pour Gladyr de revenir au premier plan. Bien qu’handicapé par un match européen quelques jours avant le début de la compétition à Disneyland Paris, la JSF et son effectif fourni possède peut-être un avantage dans l’optique de jouer trois matches en trois jours, surtout avec Gladyr. « Il a géré au championnat d’Europe cette faculté à enchaîner les matches tous les jours », souligne toujours Donnadieu. « Encore une fois, son vécu européen, je pense, peut nous être utile sur cette compétition. »

Le joueur de son côté prend la chose avec recul. « Je ne dirais pas que c’est un avantage parce qu’un Euro, c’est différent. A l’Euro, au premier tour, on sait qu’on va jouer 5 matches en six jours. Mais à la Leaders Cup, on ne sait pas combien de match on va jouer ! Donc c’est différent. Mais si on doit jouer trois matches en trois jours, je sais que c’est très, très dur. » On dit souvent que c'est dans la difficulté que les grands joueurs se révèlent. Et après son dernier Euro, tout le monde sait maintenant que Sergii Gladyr en est un.