Actualité

Qui sera à la Disneyland Paris Leaders Cup LNB ?

À deux journées de la fin des matches aller, la lutte fait rage pour la qualification à la Leaders Cup. Analyse des chances des prétendants.

Mam' Jaiteh (Strasbourg) et Will Yeguete (Le Mans) ont de bonnes chances de retrouver Monaco, Chalon, Nanterre et Pau-Lacq-Orthez à la Disneyland Paris Leaders Cup 2017.

 

Ils sont quatre à avoir déjà validé leur billet pour le grand rendez-vous de la Disneyland Paris Leaders Cup LNB, programmé du 17 au 19 février. Un représentant de la Pro A en Basketball Champions League et trois autres opérant en Fiba Europe Cup. Monaco, vainqueur de la Leaders Cup 2016 et actuel leader du championnat (13V-2D), Chalon (12V-3D), Nanterre (10V-4D) et Pau-Lacq-Orthez (10v-5D) seront présents à la Disney Events Arena du 17 au 19 février.

Ce sera une première pour l’Elan Béarnais depuis que l’ancienne « Semaine des As » s’est installée à Disneyland Paris en 2013. Sept autres formations sont à la lutte pour les quatre places restantes. Pour toutes celles-là, on peut estimer que neuf victoires seront sans doute nécessaires – mais pas forcément suffisantes – pour faire partie du grand huit. Les prétendants ont également tout intérêt à soigner leur quotient points marqués / points encaissés*, seul juge de paix en cas d’égalité (plus que probable) de victoires.

Le Mans (8V-7D, quotient : 1,014)

Calendrier : déplacement à Antibes, réception de Gravelines-Dunkerque

Le MSB s’est bien relevé après sa série de quatre défaites en octobre. Les retours en forme de Petr Cornélie et Mouphtaou Yarou ont fait le plus grand bien à la formation sarthoise, qui a enchaîné par la suite cinq victoires en six matches, tout en confirmant son bon parcours en Basketball Champions League, où elle pointe à la première place de son groupe. Les deux dernières défaites à Antarès, face à Limoges et Chalon, ont quelque peu terni ce bon bilan. Néanmoins la qualification à la Leaders Cup reste dans les cordes du vainqueur de l’édition 2014. Une victoire à Antibes mettrait les Manceaux à l’abri de toute mauvaise surprise avant de recevoir un adversaire direct, le BCM, à Antarès.

Les chances du MSB : 70%

Gravelines-Dunkerque (8V-7D, 1,016)

Calendrier : réception du Portel (lundi 17 janvier à 20h30, en direct sur SFR Sport 2), déplacement au Mans

Entre une vague impressionnante de blessures (Raposo, Pietrus, Cel…) et les contre-performances de certains cadres (Shawn King et Steven Gray ont quitté l’équipe), la première partie de la saison n’a pas été de tout repos dans le Nord. L’équipe a été largement reconfigurée et le BCM vient tout juste de faire signer son... quinzième joueur, Rudy Jomby, sur les 16 contrats pros autorisés. Malgré ces péripéties et un parcours européen décevant (0V-3D au deuxième tour de la FEC), ce BCM à géométrie variable à su remonter la pente en championnat en réalisant quelques belles perfs à Sportica (+1 contre Strasbourg, +3 contre Chalon). L’équipe de Christian Monschau va devoir confirmer sa solidité à domicile (5 victoires de suite) face au Portel – match télévisé sur SFR Sport 2 – pour aller chercher sa qualification. Celle-ci serait alors envisageable, même en s'inclinant ensuite au Mans.

Les chances du BCM : 70%

Kyle Gibson (BCM Gravelines-Dunkerque), le top-scoreur de la Pro A (18,6 points) sera-t-il au grand rendez-vous ?

Paris Levallois (8V-7D, 1,044)

Calendrier : réception de Strasbourg, déplacement à Hyères-Toulon

L’équipe la plus imprévisible du championnat. Ce PL n’est jamais où l’attend. Capable de s’incliner à Marcel Cerdan face à Orléans et une semaine plus tard d’aller taper le leader monégasque sur le Rocher (98-83 le 4 décembre). La formation de Freddy Fauthoux est inexplicablement fébrile dans sa salle où elle a perdu ses trois derniers matches en scorant 50 puis 51 puis 47 points. Cela n’augure rien de bon avant de recevoir la SIG. En cas de défaite et quoi que présentant un bon quotient, les Franciliens joueront sans doute leur qualif’ à Toulon le 20 janvier – pas nécessairement l’endroit le plus accueillant de la Pro A, Gravelines, Le Mans, Pau y ont laissé des plumes. Une non-qualification serait une grosse désillusion pour les Parisiens.

Les chances du PL : 50%


Jason Rich (Paris Levallois) veut conduire le PL à la Leaders Cup (Photo : Karen Mandau)

Lyon-Villeurbanne (8V-7D, 0,971)

Calendrier : Réception de Nancy, déplacement à Orléans

A l’approche de la mi-saison, l’ASVEL cherche encore de la régularité. Les diverses blessures (Trent Meacham, Nikola Dragovic, Charles Kahudi…) ont retardé la mise en place du collectif rhôdanien. En effectif réduit, le champion de France a laissé de la gomme sur le front européen dans une BCL qu'il joue à fond (9V-2D, 1er de son groupe). Ceci explique que l’ASVEL n’ait jamais réussi à enchaîner plus de deux victoires en championnat et ait connu quelques sérieux trous d’air. La lourde défaite concédée au Colisée le 10 décembre fait tache (98-68) et a sérieusement grevé le point-average. Ceci contraint les Verts à gagner au moins un de leurs deux derniers matches de la phase aller. L’ASVEL aurait tout intérêt à faire le métier samedi 14 janvier face au SLUC Nancy, seule lanterne rouge, pour aborder le déplacement à Orléans sans pression.

Les chances de l'ASVEL : 80%

Strasbourg (8V-7D, 1,042)

Calendrier : déplacement au Paris Levallois, réception de Châlons-Reims (lundi 23 janvier à 20h30, en direct sur SFR Sport 2)

Fin octobre, quand Vincent Collet a remplacé Henrik Dettmann (1V-4D), la Leaders Cup était loin d'être une priorité pour la SIG. On s’attendait davantage en Alsace à un long marathon pour essayer de rallier les playoffs. Sauf que l’effet Collet a opéré plus vite que prévu. Le collectif s’est mis en place. En quelques semaines, Strasbourg s'est replacé dans la course au Top 8. Les deux défaites concédées à Monaco et à Chalon n’ont pas altéré les chances des SIG Men, qui ont soigné leur quotient. Une victoire au PL les propulserait à Disney. Sinon, il faudra attendre la dix-septième journée et la réception de Châlons-Reims, une formation rarement dangereuse loin de ses terres champenoises - six défaites de suite à l’extérieur. Sauf cataclysme, le quadruple finaliste sera au rendez-vous de la Leaders Cup.

Les chances de la SIG: 80%

Le Portel (7V-8D, 0,986)

Calendrier : déplacement à Gravelines (lundi 17 janvier à 20h30, en direct sur SFR Sport 2), réception d’Antibes

Il lui a fallu un temps d’adaptation pour s’adapter aux exigences de la Pro A (2V-6D pour commencer) mais depuis son hold-up à Nancy fin novembre, le promu pète le feu ! L’ESSM a remporté cinq de ses sept derniers matches, cédant simplement dans son Chaudron face aux deux leaders, Monaco (-4) et Chalon (-9). Oui, depuis plusieurs semaines, l’équipe d’Eric Girard joue comme une équipe de playoffs. Elle l’a encore prouvé juste avant la trêve en s’imposant avec autorité à Levallois (62-47). Et s’est donné le droit de croire en sa qualification pour la Leaders Cup. Celle-ci passera inéluctablement par une victoire à Sportica dans le derby du Pas-de-Calais. Pas simple certes, mais pas impossible pour ces diables de Stellistes même si la blessure de Mo Hachad est venue compliquer la donne. Le Portel sera-t-il la surprise du chef de la mi-saison ?

Les chances de l'ESSM : 40%

Limoges (7V-8D, 0,989)

Calendrier : déplacement à Pau (dimanche 15 janvier à 18h30, en direct sur SFR Sport 2), réception de Monaco (dimanche 22 janvier à 18h30, en direct sur SFR Sport 2)

La grosse cote. Mathématiquement, la qualification est encore possible. Maintenant, dans les faits, le CSP va devoir réaliser deux sacrés exploits coup sur coup. Il s'agira d’abord d'aller gagner le classico chez la seule équipe de Pro A toujours invaincue à domicile. Et ensuite de taper le leader à Beaublanc. Un sacré programme pour une équipe en pleine restructuration après les départs de deux étrangers. Le meneur US Zamal Nixon a laissé sa place à JR Bremer (1,89 m, 36 ans), un meneur référencé sur le vieux continent qui opérait en Turquie ces deux dernières saisons, tandis que l’ailier-fort fuyant Ernest Scott n’a pas encore été remplacé. Dule Vujosevic devra conduire son groupe de huit joueurs vers deux exploits. Mission impossible ? Après tout, les Limougeauds ne sont jamais aussi bons que lorsqu’ils sont dos au mur...

Les chances du CSP : 10%

 

Le chiffre : 4

Seules deux équipes, Le Mans (vainqueur en 2014) et Strasbourg (vainqueur en 2015), ont joué les quatre premières éditions de la Leaders Cup.