LDC

Actualités Disneyland Paris Leaders Cup LNB

Leaders Cup 2019 : Strasbourg la tête dans les étoiles !

Quatre ans après son premier sacre, La Sig décroche la Leaders Cup au terme d'un match époustouflant face à une formation de Bourg-en-Bresse renversée après la pause (98-97). Avec ses 26 points (dont un joli 7/10 à 3 points), 6 rebonds, 2 passes décisives et 29 d'évaluation, c'est le sniper Jarell Eddie qui a été nommé MVP.

Quel match ! Il fallait bien un duel à la hauteur de ce week-end haut en couleurs pour clôturer cette Leaders Cup 2019. Les deux formations ont livré un spectacle exceptionnel jusqu'à la dernière seconde, mais après avoir fait basculer la rencontre en fin de troisième quart-temps, Strasbourg a fait le nécessaire pour tenir jusqu'à la fin. Pour la Sig, ce succès vient récompenser le travail d'un groupe malmené en championnat ces dernières semaines. Pour Bourg-en-Bresse, même si la défaite est dure à avaler, cette finale est le signe que le club du président Julien Desbottes est sur la bonne voie et continue de progresser.


Zack et Zach à la manœuvre


Comme lors de son quart de finale face à Lyon-Villeurbanne, Bourg-en-Bresse prend le match par le bon bout. Zack Wright est une fois de plus intenable et Youssou Ndoye s'impose dans le choc des titans face à Youssoupha Fall en provoquant la deuxième faute du pivot de la Sig. Zach Peacock est lui aussi dans le coup en inscrivant un 3 points devant Flo Pietrus pour permettre à la JLB de mener 21-9. Youssou Ndoye fait parler sa puissance avec un dunk plus la faute d'Ali Traoré (24-14), mais Strasbourg réagit en terminant le premier acte par un 10-4 alimenté par deux paniers à 3 points de Jarell Eddie (28-24).


Le poste 4 américain de la Sig fait à nouveau mouche de loin pour ramener les siens à 30-29. Les Bressans répondent alors par deux missiles signés Mike Moser et Zach Peacock. Jérémy Nzeulie monte en puissance et score trois paniers de suite tandis que Youssoupha Fall sonne son retour avec un panier sous le cercle (39-38). Dans la foulée, ce dernier, assailli par LaMonte Ulmer, concède sa troisième faute qui le renvoie sur le banc.



Bourg-en-Bresse en profite pour finir fort avec Zach Peacock, auteur d'un magnifique fade-away, Zack Wright, qui s'arrache en contre-attaque puis Mike Moser qui inscrit un 3 points avec la planche en transition au buzzer de la deuxième mi-temps pour redonner 8 longueurs d'avance à sa formation (50-42).



Jarell Eddie, roi de Disney


Bourg-en-Bresse maîtrise mais Strasbourg refuse d'abdiquer et va se relancer grâce à son extraordinaire adresse à 3 points (9/12 jusqu'en milieu de troisième quart-temps) et au passage remarqué de Youssoupha Fall qui enchaîne un panier à l'intérieur et une claquette (63-59). Après un nouveau 3 points de Jarell Eddie, Mike Green l'imite et lance un 10-0 qui inverse complètement la tendance. Au lancer-franc, Mike Green et Ali Traoré portent ainsi la marque à 67-72 pour boucler le troisième quart-temps.


La rencontre est sur le point de basculer lorsque Jarell Eddie s'y reprend à deux fois pour inscrire son septième panier à 3 points de la soirée (68-77). En sortie de temps mort, Zachery Peacok tente de remettre la pression sur la formation alsacienne d'un panier derrière l'arc puis avec deux lancers (73-79). Mais les hommes de Vincent Collet ne craquent pas. Mike Green maintient l'écart pendant que «Magic Zach» Peacock rejoint le banc en boitillant.


Zack Wright récolte ensuite sa cinquième faute personnelle et le rejoint dans la foulée. Avec un lancer puis un 3 points dans le corner, Jérémy Nzeulie met Strasbourg dans les meilleures conditions. Face au coup de chaud de Youssou Ndoye à l'intérieur et de la paire Sim-Moser à 3 points qui ramène Bourg-en-Bresse à 86-88, Jarell Eddie fait preuve d'un grand sang-froid en inscrivant deux floaters qui parachèvent le succès strasbourgeois (97-98), le deuxième de l'histoire de la compétition ! A l'image des 3 points de Zachery Peacock puis de Théo Rey à la dernière seconde, les Bressans s'inclinent la tête haute, avec le sentiment d'avoir tout donné.



Le MVP : Jarell Eddie, symbole d'un collectif retrouvé


S'il a tiré son chapeau à son meneur Mike Green qui a été d'une grande constance sur les trois matchs et qui a encore été à la hauteur en finale malgré des symptômes grippaux qui ont perturbé sa préparation, le coach strasbourgeois Vincent Collet n'a pas tari d'éloge sur son poste 4 shooteur qui a permis à Strasbourg de venir à bout de la formation burgienne.



Car non seulement le joueur arrivé en cours de saison a été impressionnant dans son adresse derrière l'arc tout au long de la rencontre, mais il a surtout inscrit deux paniers en pénétration qui ont fait le plus grand bien aux Alsaciens dans un méga money-time sous haute tension. Après avoir traversé des moments compliqués avec son équipe ces dernières semaines, Vincent Collet a vu en Jarell Eddie un magnifique symbole d'un état d'esprit retrouvé. « C'est le MVP, mais c'est aussi un symbole parce qu'il a besoin des autres pour mettre ses flèches. Ses partenaires ont réussi à le trouver ce soir. Quand on voit le nombre de positions pour lesquels l'équipe a travaillé, ça démontre un autre état d'esprit », a-t-il souligné.



« On a été capables de trouver notre rythme en jouant ensemble, en équipe, des deux côtés du parquet, a poursuivi le héros de la soirée. Notre alchimie a grandi au fil des matchs. On a enchaîné trois beaux matchs, trois matchs durs qui nous ont permis d'être prêts pour arriver à gagner ».



Pour Jarell Eddie, cette victoire peut permettre à Strasbourg de se relancer en championnat et de finir fort cette exercice 2018-2019 qui aura été tout sauf un long fleuve tranquille sur les bords du Rhin. « Oui, ça peut être le début d'une nouvelle ère quand on voit la façon dont on s'est battus en tant qu'équipe malgré l'adversité. On ramène le trophée à Strasbourg. Je sens que c'est un nouveau départ pour nous ». D'un point de vue personnel, l'Américain a enchaîné les grosses performances ce week-end avec un sublime 14/25 à 3 points pour 17.7 points, 6.3 rebonds, 2.3 passes décisives pour 21 d'évaluation en moyenne sur les trois matchs. « Je n'ai pas souvenir d'une telle performance dans un tournoi comme ça en étant aussi constant. J'ai été en mesure de mettre des paniers, mais mes coéquipiers m'ont beaucoup aidé, en faisant de bons écrans et en me trouvant dans de bonnes positions ».



La réaction de Youssou Ndoye (JL Bourg)

« On a manqué un peu d'expérience sur cette finale. On est devant presque tout au long du match, mais à un moment on a lâché. On a aussi manqué d'organisation en défense. Je pense que les deux équipes ont livré une très bonne performance. Ce sera une bonne expérience pour nous et ça va nous permettre de repartir avec cette mentalité pour le championnat qui, je pense, reste le plus important. On est restés trois jours ensemble. Ça va nous aider à être plus soudés. Personne ne nous pensait aller en finale, mais on a battu le leader, on a vaincu une très bonne équipe de Levallois et on échoue de peu en finale face à Strasbourg. La leçon a retenir, c'est que lorsqu'on est soudés comme ça, on est capables de faire de belles choses ».



La réaction de Savo Vucevic, coach de la Bourg-en-Bresse :

« Félicitations à Strasbourg pour le titre. Ils ont une équipe d'expérience et ils l'ont montré ce soir. Avec des joueurs qui ont déjà gagné des titres, ça fait la différence. Je suis très fier de mes joueurs, c'est dommage de s'arrêter comme ça mais c'est peut-être aussi notre limite après trois matchs en trois jours. On a manqué de concentration sur la fin, ce qui est dû à la fatigue, l'usure. Strasbourg en a profité, mais encore une fois, je félicite cette équipe. Ça a été une très belle finale, un super match à regarder. L'expérience a parlé. On a montré qu'on pouvait rivaliser avec tout le monde. Cette Leaders Cup confirme qu'on est bien installés dans ce championnat et qu'on a une équipe qui joue bien au basket. C'est le principal pour moi, d'avoir cette philosophie. On va continuer comme ça ».



La réaction de Vincent Collet, coach de Strasbourg :

« On a eu des difficultés parce qu'on a joué contre équipe magnifique. Le niveau de la JL Bourg en début de match a été très bon, avec une adresse au tir largement supérieur à la moyenne. On a eu la bonne idée de ne pas s'affoler en revenant progressivement dans le match malgré une erreur en toute fin de première mi-temps, car on ne doit pas rendre la balle à Bourg alors qu'on avait la dernière possession avec 18 secondes à jouer. Bourg-en-Bresse était globalement meilleur que nous et on était moins bien en place que lors des deux jours précédents (…). La gestion de la fatigue est importante dans ce format de compétition et à partir du milieu du troisième quart-temps, Bourg-en-Bresse a commencé à fatiguer davantage que nous. On se devait d'enfoncer le clou et pendant les temps-morts, on disait aux joueurs que chaque stop défensif allait nous rapprocher de la victoire finale (…) On s'est prouvé des choses sur ces trois joueurs. Les joueurs savent maintenant qu'en respectant certaines conditions, on pouvait faire de belles choses (…). Clairement, avec l'arrivée en plus de nouveaux jours très prochainement, on va être mieux armé pour performer en deuxième partie de saison ».