All Star Game

Actualité ASG

La soirée de tous les records

Record d’affluence, de points cumulés (181-175 !), de trois-points réussis par un joueur… le All Star game 2017 a été à la hauteur des attentes.

Trois quart-temps pour s’amuser. Un quatrième pour durcir (un peu) les défenses et prendre le match. Le scénario du All Star Game 2017 n’a pas failli à cette vieille tradition. A ceci près que cette année les deux sélections ont poussé le spectacle pendant 45 minutes. Battue sur le fil lors de la dernière édition, la sélection française a pris une belle revanche en s’imposant après prolongation sur le score fleuve de 181-175. Oui, 356 points inscrits. L'un des nombreux records de la soirée.

Amara Sy MVP

Louis Labeyrie, auteur de 35 points, le quatrième total individuel de l’histoire du ASG, aurait pu prétendre au trophée de MVP. Le Strasbourgeois a été devancé par Amara Sy. L’Amiral a compilé un triple-double du plus bel effet, le premier dans un All-Star Game LNB (20 points, 15 rebonds, 12 passes) et a raflé à 36 ans le trophée de MVP pour la troisième fois de sa carrière. On notera également dans le camp tricolore les 17 passes du rookie palois, Elie Okobo, pas loin du record all-time d’Andrew Albicy (21).

 

Chez les étrangers, qui ont artillé comme des petits fous de loin (25/62 !), Gerald Robinson a pour sa part effacé des tablettes le vieux record du nombre de 3-pts réussis. Hervé Dubuisson en avait planté 8 à Tours en 1994. L’arrière de la Rocca Team en a réussi 9 !

Une mention enfin à l’un des grands animateurs du match. D.J. Stephens n’a pas seulement régné sur le concours de dunk. Le marsupilami du MSB s’est fendu de quelques arabesques monstrueuses pendant le match. Comme ce « Rider » posé sans élan au début du dernier quart-temps. Un phénomène. Et une bien belle soirée. Ce All-Star Game 2017 fera date.

Amara Sy (MVP) : "Ce qui me fait le plus plaisir, ce sont mes 12 passes, forcément. Les points, les rebonds, je les mets en championnat. (...) Ce All-Star Game était moins défensif que les années d'avant, surtout la première mi-temps. Je me tuais à dire qu'il fallait défendre pour donner de l'intérêt au match. J'ai réussi à motiver les gars pour avoir une fin de match plus intéressante, notamment en prolongation, où tout le monde était à fond. (...) Stephens, c'est un phénomène, je n'ai jamais vu ça. J'ai joué avec des gars qui ont de la détente, des dunkeurs fou, mais lui... il m'a impressionné. Il a mis le feu, ça a été l'attraction du All-Star Game."