LDC

Actualités Disneyland Paris Leaders Cup LNB

La Roca Team écrabouille la « Jeu

Monaco a déroulé son basket et défendu le plomb pour ne faire qu’une bouchée de la JL Bourg en ouverture de cette Leaders Cup…

 

Sergii Gladyr (AS Monaco) auteur de 10 points et 7 rebonds face à la JL

Double tenante du titre, l’AS Monaco a littéralement marché sur Bourg en première période (+25 à la pause, 66-17 au niveau de l’évaluation). On pensait pourtant les Monégasques, privés toujours de Bangaly Fofana et surtout d’Amara Sy, dominés par Nanterre (-30), Karsiyaka Izmir (-7) en BCL, puis remontés par Le Mans le week-end dernier, arrivant à Marne-la-Vallée moins conquérants.

Et paradoxalement, ce sont deux joueurs parvenus à la pause sans avoir scoré le moindre point, Georgi Joseph et Aaron Craft, qui firent le plus mal à Bourg en première période. L’Haïtien isolant et muselant totalement le MVP officieux de Pro A lors des matches aller (4 points seulement à la pause), et Craft (4 steals, 3 assists en 10 minutes à la mi-temps) mettant une énorme pression sur Garrett Sim et Lance Jeter, les meneurs adverses. Bilan des courses pour Craft : 12 pertes de balles côté JL à la mi-temps (22 au total), des promus empêchés de mettre en place leur jeu, et surtout nombre de paniers faciles offerts en transition à Gerald Robinson (ses 21 points tous scorés dès la 22e minute), Elmedin Kikanovic et consorts.

Résultat : 26-12 en dix minutes, puis 27-16 sur les dix suivantes, des Burgiens plus que dans les cordes (53-28), et un Savo Vucevic un peu désabusé (voir la décla). Mais le coach monténégrin de la JL n’a pas dû être très heureux de la reprise de ses joueurs, qui semblaient poursuivre aussi une opération portes-ouvertes en défense et se retrouvaient à -33 à la 26e minute (68-35). Ce n’était plus un match plié, mais un festival d’origami… Le troisième quart allait d’ailleurs se terminer sur deux nouveaux ballons volés parachevés par un panier plus faute puis un trois points à 10 mètres de Chris Evans. Le score ? Anecdotique : 80-43 pour l’ASM et… 109-24 à l’évaluation.

Le quatrième quart-temps fut bien sûr moins fascinant, avec une Roca Team faisant tourner pour reposer ses cadres et une « Jeu » essayant tant bien que mal de terminer dignement avec Zach Peacock (14 pts, 9 rbds), Youssou Ndoye (15 pts à 6/6) et Garrett Sim (17 pts mais 8 ballons égarés en route) soignant leurs stats. Pour du beurre malheureusement, même si cela rendait le score un peu plus flatteur (93-66)… Côté Monaco, ce sont Gerald Robinson (21 points) et Paul Lacombe (16 pts à 6/8 et 3 passes pour 15 d’évaluation en autant de minutes) qui ont produit les meilleures stats.

Deux hommes dans le match

Aaron Craft et Ali Traoré

Quand on dispose, dans son effectif, du MVP de la Pro A 2016-17, D.J. Cooper, actuel top-passeur de l’élite (7,2 pds), et qu’on ne tourne qu’à 7,6 points de moyenne, on peut facilement passer pour un joueur de l’ombre. Pourtant, c’est bien lui, Aaron Craft (en photo ci-dessus), formé à Ohio State et élu meilleur défenseur de la Lega la saison dernière avec Trento, qui a donné le ton et contribué à sortir totalement Bourg de sa zone de confort. Une défense étouffante sur les meneurs adverses récompensée par 7 interceptions, plus 6 caviars distribués en attaque, voilà qui fait d’Aaron un MVP de la rencontre malgré un zéro pointé côté scoring. Un tableau à peine terni par 6 ballons perdus, la plupart dans le garbage-time final… De l’autre côté du terrain, on a eu plaisir à retrouver Ali Traoré, licencié au Pôle Emploi BC tout l’automne, à ce niveau. « Bomayé » s’est régalé des offrandes de Craft et Cooper pour terminer le match avec 14 points et un superbe 7 sur 7 aux tirs… « Ce qui est marrant, c’est de voir que vous avez élu Aaron Craft MVP alors que vous auriez entendu ce que coach Mitrovic lui a passé pendant tout le match ! », rigolait après la rencontre Ali Traoré, sur le plateau de SFR Sports 2. Qui aime bien châtie bien, dit on…

La décla

"Ils ont joué à fond"

Savo Vucevic (Bourg-en-Bresse) : « Pour nous, c’était déjà un accomplissement d’être là. Il nous a manqué beaucoup de choses. On peut parler de l’adresse, des balles perdues mais il y a d’abord une différence de niveau entre les deux équipes. Il y avait en face une équipe qui maîtrise le jeu, qui est pratiquement imbattable en Europe et est première du championnat. Quand ils jouent à ce niveau-là, c’est très difficile. Ils ont joué à fond. »

La stat

+27

Monaco a réalisé le plus grand écart de l'histoire de la Leaders Cup. Le précédent était détenu conjointement par les Monégasques (+25 en finale 2015 contre Chalon) et le Paris-Levallois (+25 en 2014 contre Orléans).