Espoirs - 21ème journéeTerminé
Pau-Lacq-Orthez91
BoulazacBoulazac78
15-03-2019 17:00
Jeep® ÉLITE - 21ème journéeTerminé
Pau-Lacq-Orthez97
BoulazacBoulazac95
15-03-2019 20:00
ProB - 22ème journéeTerminé
Poitiers92
CaenCaen80
15-03-2019 20:00
ProB - 22ème journéeTerminé
Lille76
Saint-ChamondSaint-Chamond87
15-03-2019 20:00
ProB - 22ème journéeTerminé
Vichy-Clermont93
EvreuxEvreux83
15-03-2019 20:00
ProB - 22ème journéeTerminé
Gries-Oberhoffen81
ChartresChartres91
15-03-2019 20:00
ProB - 22ème journéeTerminé
Aix-Maurienne93
QuimperQuimper101
15-03-2019 20:00
ProB - 22ème journéeTerminé
Nancy90
ParisParis64
15-03-2019 20:00
ProB - 22ème journéeTerminé
Blois80
OrléansOrléans92
17-03-2019 16:00
ProB - 21ème journéeTerminé
Paris67
RoanneRoanne65
18-03-2019 20:45
Espoirs - 23ème journéeTerminé
Le Portel76
BoulazacBoulazac68
22-03-2019 15:00
Espoirs - 23ème journéeTerminé
Fos-sur-Mer50
NanterreNanterre61
22-03-2019 16:30
ProB - 23ème journéeTerminé
Caen71
LilleLille77
22-03-2019 20:00
ProB - 23ème journéeTerminé
Chartres74
Aix-MaurienneAix-Maurienne80
22-03-2019 20:00
ProB - 23ème journéeTerminé
Saint-Chamond95
Vichy-ClermontVichy-Clermont102
22-03-2019 20:00
Jeep® ÉLITE - 23ème journéeTerminé
Le Portel70
BoulazacBoulazac72
22-03-2019 20:00
Jeep® ÉLITE - 23ème journéeTerminé
Fos-sur-Mer73
NanterreNanterre95
22-03-2019 20:00
ProB - 23ème journéeTerminé
Evreux77
Gries-OberhoffenGries-Oberhoffen89
22-03-2019 20:00
ProB - 23ème journéeTerminé
Paris69
PoitiersPoitiers83
22-03-2019 20:30
ProB - 23ème journéeTerminé
Rouen78
OrléansOrléans74
22-03-2019 20:30
Espoirs - 23ème journéeTerminé
Cholet102
Gravelines-DunkerqueGravelines-Dunkerque93
23-03-2019 14:30
Espoirs - 23ème journéeTerminé
Monaco62
Le MansLe Mans73
23-03-2019 15:00
Espoirs - 23ème journéeTerminé
Pau-Lacq-Orthez72
Châlons-ReimsChâlons-Reims81
23-03-2019 15:30
Espoirs - 23ème journéeTerminé
Levallois53
Bourg-en-BresseBourg-en-Bresse97
23-03-2019 15:30
Espoirs - 23ème journéeTerminé
Lyon-Villeurbanne78
Chalon/SaôneChalon/Saône87
23-03-2019 16:30
Jeep® ÉLITE - 23ème journéeTerminé
Monaco82
Le MansLe Mans65
23-03-2019 18:30
Jeep® ÉLITE - 23ème journéeTerminé
Strasbourg75
AntibesAntibes55
23-03-2019 20:00
Jeep® ÉLITE - 23ème journéeTerminé
Lyon-Villeurbanne106
Chalon/SaôneChalon/Saône104
23-03-2019 20:00
Jeep® ÉLITE - 23ème journéeTerminé
Pau-Lacq-Orthez77
Châlons-ReimsChâlons-Reims67
23-03-2019 20:00
ProB - 15ème journéeTerminé
Blois84
NantesNantes80
23-03-2019 20:00
ProB - 23ème journéeTerminé
Quimper90
DenainDenain88
23-03-2019 20:00
Jeep® ÉLITE - 23ème journéeTerminé
Cholet84
Gravelines-DunkerqueGravelines-Dunkerque81
23-03-2019 20:00
Espoirs - 23ème journéeTerminé
Dijon89
LimogesLimoges51
24-03-2019 15:30
ProB - 23ème journéeTerminé
Roanne80
NancyNancy74
24-03-2019 17:00
Jeep® ÉLITE - 23ème journéeTerminé
Dijon109
LimogesLimoges87
24-03-2019 18:30
Jeep® ÉLITE - 23ème journéeTerminé
Levallois85
Bourg-en-BresseBourg-en-Bresse96
25-03-2019 20:45
Espoirs - 24ème journée
Gravelines-Dunkerque0
LimogesLimoges0
29-03-2019 16:30
Espoirs - 24ème journée
Levallois0
Pau-Lacq-OrthezPau-Lacq-Orthez0
29-03-2019 17:00
Espoirs - 24ème journée
Antibes0
Fos-sur-MerFos-sur-Mer0
29-03-2019 17:30
Espoirs - 24ème journée
Dijon0
Le PortelLe Portel0
29-03-2019 17:30
Jeep® ÉLITE - 24ème journée
Gravelines-Dunkerque0
LimogesLimoges0
29-03-2019 20:00
ProB - 24ème journée
Aix-Maurienne0
CaenCaen0
29-03-2019 20:00
ProB - 24ème journée
Gries-Oberhoffen0
BloisBlois0
29-03-2019 20:00
ProB - 24ème journée
Denain0
NancyNancy0
29-03-2019 20:00
ProB - 24ème journée
Lille0
RoanneRoanne0
29-03-2019 20:00
ProB - 24ème journée
Saint-Chamond0
PoitiersPoitiers0
29-03-2019 20:00
ProB - 24ème journée
Evreux0
QuimperQuimper0
29-03-2019 20:00
ProB - 24ème journée
Rouen0
ParisParis0
29-03-2019 20:30
Jeep® ÉLITE - 24ème journée
Dijon0
Le PortelLe Portel0
29-03-2019 20:30
Jeep® ÉLITE - 24ème journée
Antibes0
Fos-sur-MerFos-sur-Mer0
29-03-2019 20:30
Jeep® ÉLITE - 24ème journée
Levallois0
Pau-Lacq-OrthezPau-Lacq-Orthez0
29-03-2019 20:30
Espoirs - 24ème journée
Bourg-en-Bresse0
Lyon-VilleurbanneLyon-Villeurbanne0
30-03-2019 15:00
Espoirs - 24ème journée
Nanterre0
StrasbourgStrasbourg0
30-03-2019 15:30
Espoirs - 24ème journée
Le Mans0
BoulazacBoulazac0
30-03-2019 17:00
Espoirs - 24ème journée
Chalon/Saône0
CholetCholet0
30-03-2019 17:00
Jeep® ÉLITE - 24ème journée
Nanterre0
StrasbourgStrasbourg0
30-03-2019 18:30
ProB - 24ème journée
Vichy-Clermont0
ChartresChartres0
30-03-2019 20:00
ProB - 24ème journée
Orléans0
NantesNantes0
30-03-2019 20:00
Jeep® ÉLITE - 24ème journée
Le Mans0
BoulazacBoulazac0
30-03-2019 20:00
Jeep® ÉLITE - 24ème journée
Chalon/Saône0
CholetCholet0
30-03-2019 20:00
Jeep® ÉLITE - 24ème journée
Bourg-en-Bresse0
Lyon-VilleurbanneLyon-Villeurbanne0
31-03-2019 18:30
Espoirs - 24ème journée
Châlons-Reims0
MonacoMonaco0
01-04-2019 17:30
Jeep® ÉLITE - 24ème journée
Châlons-Reims0
MonacoMonaco0
01-04-2019 20:45
Espoirs - 23ème journée
Strasbourg0
AntibesAntibes0
03-04-2019 14:30

Actualité

Jean-Marc Dupraz : « La vie continue »

Alors qu’il reprend du service samedi après-midi sur SFR Sport (ASVEL-Chalon, 18h30), on a parlé de l’actualité de la Pro A, de coaching et de son retour au micro avec Jean-Marc Dupraz...

Alors qu’il reprend du service samedi après-midi sur SFR Sport (ASVEL-Chalon, 18h30), on a parlé de l’actualité de la Pro A, de coaching et donc de son retour au micro avec Jean-Marc Dupraz, qui a vécu un deuil familial fin 2016. Rencontre tout en pudeur.


Ses derniers mois

Comment allez-vous ?


Aujourd’hui, ça va. Je suis passé par une période très douloureuse, avec la perte de mon épouse, en octobre dernier. Les derniers mois de sa vie n’ont pas été évidents non plus, du fait de la maladie… Mais la vie continue, et doit continuer pour elle, qui était une femme formidable, mais aussi pour moi et pour ma fille. Elle va fêter ses 5 ans dans deux jours (entretien réalisé lundi), elle est pleine de vie. Ensemble, on se tire vers le haut, on affronte ce moment-là tous les deux. Elle m’aide à avancer. Ce n’est pas facile tous les jours mais je fais face. Petit à petit, le temps fait son œuvre. Le chagrin ne s’estompe pas, mais se vit d’une autre manière. J’ai aussi la chance d’être bien entouré. Je suis retourné auprès de ma famille, dans la région lyonnaise, et son soutien est important.

Avez-vous gardé des contacts avec des acteurs du milieu du basket durant cette période ?

Tout à fait. J’ai trouvé des appuis, et j’ai même été agréablement surpris par des soutiens que je ne soupçonnais pas. Je ne veux pas mettre en avant une personne plus qu’une autre, mais j’ai eu beaucoup de messages de sympathie… et dans ces moments-là, ça fait du bien.

Vous n’avez plus entraîné depuis avril 2015. Lorsqu’un joueur est sans club, il continue à s’entretenir, techniquement et physiquement. Mais que fait un coach pour rester opérationnel ?

D’octobre à décembre, je n’ai pas trop eu la tête au basket. Aujourd’hui, petit à petit, je m’y remets. Je regarde beaucoup de matches, de vidéos sur internet. Par exemple, je me focalise sur une thématique de défense ou d’attaque, et je vais chercher sur Internet toutes les archives que je peux trouver sur le sujet. Je regarde aussi pas mal de vidéos d’équipes que j’ai coachées. Ça m’arrive même de regarder des matches de Pro A des années 90 ! Je me suis aussi procuré des matches d’équipes de l’ex-Yougoslavie, ou encore de championnat panaméricain, époque Oscar Schmidt… Même si les règles ont évolué, il y a des choses à prendre de cette période-là.





On a aussi pu vous croiser dans des salles de Pro A ou encore à la Leaders Cup.


Oui. Ces derniers temps, je suis allé voir pas mal de matches de Pro A, de Pro B… Fin janvier, j’ai aussi suivi une formation en management. Dans les prochaines semaines, je vais aller voir les entraînements de certains collègues, et j’envisage aussi d’aller à l’étranger. J’ai notamment des contacts en Allemagne et en Italie, ça va me permettre de me sensibiliser à une autre vision du jeu. Et puis, le fait de reprendre le commentaire avec SFR Sport me permet de rester au plus près du terrain.


Son rôle de consultant

Comment s’est fait votre retour à SFR Sport ?

J’avais été sollicité au début de la saison, en commentant notamment l’Appart City Cup. La saison a démarré et ma vie personnelle ne m’a pas permis de reprendre ce rôle-là. Mais, lors de la Leaders Cup, Patrice Dumont est revenu vers moi. A moi de m’intégrer à leur équipe, même si je n’ai pas plus d’appréhension que cela par rapport à l’antenne. L’année passée, j’avais vraiment apprécié les personnes avec lesquelles j’avais travaillé, que ce soit celles à l’antenne ou toutes les autres que l’on ne voit pas. Pour être honnête, j’appréhende davantage le fait de revoir beaucoup de monde d’un coup par rapport aux événements que je viens de vivre, mais ça va aller.


« Etre consultant me permet de progresser en tant qu’entraîneur, notamment sur le dialogue avec les medias »


Est-ce que ce rôle médiatique ne vous dessert pas pour redevenir entraîneur ? Vous devenez un consultant, et pas un entraîneur…

Je ne pense pas. Au contraire, je reste visible grâce à ce rôle et c’est toujours gratifiant qu’un média fasse appel à moi pour mes compétences. Et puis, quand on arrive parfois la veille du match, ça me permet d’aller voir des entraînements, d’échanger avec des confrères… Consultant, ce n’est pas mon métier, mais ça me plaît. C’est une réelle expérience, qui me permet de gagner en compétences en tant qu’entraîneur, notamment sur l’approche, le dialogue avec les médias.

Toujours dans votre démarche de coach, cela vous permet aussi de voir en direct les attitudes et comportements des joueurs, que l’on ne voit pas forcément à l’écran.

Oui, c’est toujours mieux d’être dans la salle pour observer. Même si je suis consultant, je suis toujours dans la peau de l’entraîneur donc être sur place pour voir tel ou tel joueur, c’est l’idéal… surtout quand tu penses recruter par la suite ! (rires) En plus, à notre poste, on a les avantages des téléspectateurs avec les images en plus, le son, les ralentis… et ceux des spectateurs, dans la salle. 


Deux ans sans coacher

Comment expliquez-vous le fait que vous ayez des difficultés à retrouver un club ?

Des difficultés, je ne sais pas. Ce genre de moment fait partie du métier, il faut savoir l’accepter. J’ai quand même été en contact avec plusieurs clubs depuis mon départ de Limoges (Jean-Marc Dupraz a été démis de ses fonctions début avril 2015, à la suite de la 27e journée de Pro A, alors que le CSP était 3e, ndlr). J’ai eu trois, quatre projets que l’on m’a proposés, en Pro A et Pro B. J’ai rencontré des dirigeants, passé des entretiens… mais ça n’est pas allé au bout. Tout récemment, fin 2016, j’ai été en contact avec des clubs de Pro A. Même si ça ne s’est pas concrétisé, j’ai quand même eu des touches, sans doute grâce au travail que j’ai pu effectuer par le passé. Et j’espère vraiment avoir d’autres opportunités pour la saison prochaine.


« Fin 2016, j’ai été en contact avec des clubs de Pro A »


Le fait que vous ayez été limogé au Paris-Levallois puis à Limoges peut-il rendre les choses difficiles au moment de discuter avec d’autres clubs ?

Je ne crois pas. Je pense que les gens savent dans quels contextes j’ai évolué à l’époque, dans ces deux clubs. Je n’ai pas été le premier coach à être coupé à Limoges ! (rires) Finalement, je suis passé par deux des clubs les plus compliqués de France, pour un entraîneur. Je pense que les dirigeants que je rencontre ont conscience de ça.





On voit apparaître en Pro A une « nouvelle vague » de coaches (Espinosa, Legname, Milling, Bartéchéky). Comment vous situez-vous par rapport à cela ?


Je suis encore jeune (43 ans) mais c’est vrai que je suis un peu entre la nouvelle et l’ancienne génération, car je coache depuis un moment (il a commencé à coacher en Pro A en 2007). Quand l’entraîneur principal est remercié, c’est souvent l’assistant qui prend la suite, pour des raisons économiques et relationnelles, puisque c’est quelqu’un de la maison, qui connaît la culture du club. D’ailleurs, c’est comme ça que j’ai démarré ma carrière ! Maintenant, ce n’est pas parce que je n’ai plus ce statut que c’est un handicap. Je pense que mon vécu et mon expérience peuvent attirer des dirigeants. Après, tout est une question de rencontre, de feeling, au-delà du rapport entraîneur-président.


« Je voulais juste faire ma place par mon travail, pas par mes paroles »


Qu’est-ce qui vous pousse à vouloir revenir alors que vos expériences passées ne se sont pas bien terminées, que c’est un métier chronophage, où on est en première ligne en cas de souci… ?

Pour moi, les bons côtés du métier sont bien plus nombreux que les moins bons ! (rires) Même les tâches qui paraissent fastidieuses m’intéressent, comme la vidéo, par exemple. J’aime participer à la construction d’un projet avec des dirigeants, des joueurs… J’aime le travail en équipe, avec le staff au sens large du terme (médical…). J’aime impliquer tout le monde et mettre les compétences de chacun au service du collectif. J’ai suivi des formations en management qui m’ont permis d’appliquer cette philosophie. Et puis, j’ai « l’esprit club ». Quand je m’investis, je porte les couleurs ! J’étais comme ça quand j’étais joueur, et je l’ai gardé.

Votre discours est très positif, votre CV est plus que correct et on sent une réelle volonté de vous inscrire dans du moyen/long terme. C’est à se demander pourquoi un dirigeant ne mise pas sur vous !

Lors de ma période au PL, on m’a catalogué comme étant un peu austère et cette étiquette est restée. Cette image-là vient peut-être du fait que j’étais un jeune coach et que je respectais beaucoup les institutions, les aînés, les personnes en place… J’avais ce côté discret, ça a pu me desservir. Je voulais juste faire ma place par mon travail, pas par mes paroles. Je n’ai pas cherché à entretenir une image, et c’est peut-être un tort que j’ai eu. Depuis, je me suis beaucoup plus ouvert, notamment à Limoges. Et mon passage à la télé m’a aussi permis de progresser là-dessus.


Son regard sur la Pro A

Gardez-vous un œil sur les résultats du PL et de Limoges ?

Je suis toujours attaché à ces clubs. J’ai passé 11 ans au PL, j’ai vu passer des gamins qui sont aujourd’hui dans l’équipe, comme Ada (Sane), Giovan (Oniangue)… ça me fait plaisir ! Limoges, idem. L’air de rien, le titre de 2014 est encore frais. Il y a encore des joueurs que j’ai eus et que j’apprécie là-bas, comme Fréjus Zerbo par exemple. Les liens sont encore très forts. Cette saison est plus compliquée, mais ça reste Limoges, avec une ambiance exceptionnelle. Je leur souhaite de participer aux playoffs.





Voyez-vous un autre club que Monaco devenir champion de France, en juin prochain ?


Ils sont vraiment impressionnants. Mais le premier de la saison régulière n’a pas été champion depuis un moment (depuis Cholet, en 2010, ndlr) ! Cela prouve à quel point notre championnat est indécis, peut-être le plus ouvert en Europe. Les huit qualifiés ont leurs chances ! Il faudra garder un œil sur l’ASVEL, par exemple, qui va retrouver Charles Kahudi. Nanterre a aussi une belle équipe, surtout si Mykal Riley redevient lui-même. Pascal Donnadieu a vraiment une capacité à recruter des forts joueurs à petits prix comme Butterfield, Zanna, Conklin… Et puis Strasbourg, évidemment. Et je n’oublie pas Pau non plus, qui pourrait ramener le titre en Béarn (le dernier remonte à 2004), comme on l’a fait en 2014 avec le CSP.

Quel joueur vous a le plus surpris jusque-là ?

J’apprécie vraiment Vincent Poirier. Il m’impressionne. L’histoire est belle ! L’année dernière, il joue en N1 avec le Centre Fédéral et quand je vois ce qu’il fait cette année, c’est une très belle surprise. En plus, il a l’air d’avoir une bonne mentalité. Après, il y a aussi Fall, ou même Koffi, qui fait vraiment une superbe saison alors que beaucoup le voyaient perdu pour le basket.