Sixième homme

DLSIxiemeHomme - J34 : Obi Emegano (Dijon) : "le ciel est notre limite"

Obi Emegano (1,89 m, 26 ans) a établi son record de points de la saison (27) dans la victoire de la JDA à Châlons-Reims, synonyme de 3e place au classement pour les Dijonnais. Interview.

Deuxième meilleur marqueur de Pro B la saison dernière sous les couleurs du Rouen Métropole Basket, Obi Emegano a changé de rôle à Dijon. En montant d’un étage, Le Nigérian a perdu des minutes, mais a gagné en efficacité (8,1 points, près de 44% de loin). Il joue à merveille son rôle de shooteur-défense dans l’équipe surprise de la saison. À Reims ce week-end, Emegano a planté 16 points dans le seul deuxième quart-temps pour ramener son équipe dans le match. Preuve s’il en est de son importance dans le dispositif de Laurent Legname. 


 

Obi, pour ce dernier match de la saison régulière, l’équipe de Châlons-Reims vous a dominé pendant une quinzaine de minutes avant que la JDA ne réagisse sous votre impulsion. 

Cela n’a clairement pas été facile. Avant ce dernier match de la saison, on avait déjà sécurisé notre place en Playoffs, alors inconsciemment on était peut-être moins concentré et on a démarré doucement. Et comme vous le savez, chaque équipe de la ligue est assez forte pour battre n’importe qui. Ils étaient prêts à jouer et on a eu jusqu’à 18 points de retard. Il a fallu se focaliser sur notre défense pour commencer à revenir dans le match. Cela a été une belle bataille. 


Vous avez scoré 27 points dont 16 dans le deuxième quart-temps, et 10 dans le dernier. Diriez-vous que c’est votre meilleur match avec Dijon cette saison ? 

C’est clairement l’un de mes meilleurs matches en attaque. C’est vrai que j’étais chaud. Mes coéquipiers ont fait du bon travail pour me mettre en position. Je dois les remercier pour cela. 


Surtout, vous n’avez tenté que neuf tirs pour arriver à ce total. Votre pourcentage a été très bon, comme sur l’ensemble de la saison d’ailleurs. Est-ce que vous vous définiriez plus comme un shooteur que scoreur ? 

Je ne dirais pas ça forcément. Je dirais que mon rôle dans cette équipe est de ne jamais refuser les tirs ouverts. J’essaie d’exceller dans ce rôle. 


Grâce à cette victoire, vous avez décroché une troisième place historique pour la JDA. Imaginiez-vous en début de saison que votre équipe soit capable de terminer aussi haut au classement ? 

Je n’ai jamais vraiment réfléchi à cela. Je savais qu’avec le talent que nous avons, nous pouvions être l’une des meilleures équipes de la ligue. Ensuite, notre travail au quotidien à l’entraînement a rendu cela possible. On travaille dur au quotidien, et avec cette équipe, le ciel est notre limite. On a tellement de talent qu’on peut tout accomplir. 


La saison dernière, vous avez terminé deuxième meilleur scoreur de la Pro B avec Rouen. On se souvient également de vos 47 points inscrits en Playoffs contre Orléans. Vous aviez déjà l’habitude de sortir du banc. Ce rôle vous plaît ? 

Que je sois dans le cinq ou que je commence sur le banc, ce n’est pas très important. J’essaie d’entrer et d’amener de l’impact, de jouer mon jeu et de donner le meilleur que je peux. La différence cette année, c’est que notre équipe comporte 9 ou 10 gars qui peuvent vraiment jouer, donc on me demande de faire moins de choses que la saison dernière. À Rouen, je devais un peu tout faire tandis qu’à Dijon, on me demande d’être très performant sur des choses spécifiques. Mon rôle n’en est pas moins important dans l’équipe, parce que chaque joueur est comme une pièce d’un puzzle. Chacun doit donner le meilleur de lui-même pour que l’équipe soit la plus performante possible. 


Votre coéquipier David Holston a été élu MVP hier (lundi). Une juste récompense après sa belle saison en Bourgogne ?

C’est certain qu’il mérite ce trophée de MVP. C’est un grand joueur, un grand leader, un énorme travailleur, donc ce n’est pas une surprise pour moi qu’il soit devenu MVP. Il a travaillé dur pour cela. Chaque jour, il est là avant et après l’entraînement pour travailler son jeu, prendre soin de son corps. Il a été récompensé pour cela et j’en suis heureux. 


Maintenant, vous préparez votre quart de finale face à Strasbourg (match 1 samedi à 20h30). Que pensez-vous de votre adversaire ? 

C’est une belle équipe, l’une des meilleures de la ligue. On les a joués 3 fois (+25 à domicile, -13 à l’extérieur et -10 en quart de finale de la Leaders Cup). C’est une équipe difficile à jouer avec beaucoup de bons joueurs. Cela va être une belle opposition, une série très difficile et ce sera un beau spectacle si les deux équipes jouent à leur meilleur niveau… mais je crois en notre équipe.