Sixième homme

DLSIxiemeHomme - J31 : Cameron Clark (Le Mans)

Depuis quelques matches, le MSB a repositionné l’ex-meilleur scoreur de Jeep® ÉLITE en joker de luxe. Une option payante.

Cameron Clark sur le banc des remplaçants ? Personne n’aurait imaginé pareil scénario lorsque l’ailier-fort américain (1,98 m, 27 ans) a signé au MSB. S’il sortait d’une saison blanche en Turquie en raison d’une fracture du plateau tibial, on se souvient que Clark avait dominé la Jeep® ÉLITE lors de son premier passage, à l’Elan Chalon. Chez le champion 2017, il avait fini top-scoreur du championnat (18,6 points), troisième à l’évaluation (19,2) et terminé sur le podium à l’élection du MVP de la saison.

Ses statistiques en baisse au MSB laissent à penser que « Cam » n’a pas retrouvé la plénitude de ses moyens (13,8 points à 49,8%, 3,5 rebonds, 12,6 d’éval en 25 minutes). 



En vérité, le natif de Phoenix réalise une saison très correcte. Simplement, il est utilisé différemment, explique son coéquipier Antoine Eito : « Au Mans, ce n’est pas le basket de Jean-Denys Choulet, c’est complètement différent. La balle est beaucoup moins dans ses mains que ce qu’il avait chez Jean-Denys, où il était la première ou la deuxième option en attaque avec Roberson, donc ça peut être un peu frustrant mais il arrive à s’adapter. C’est un mec qui n’a besoin de personne pour marquer ses points. Il faut juste qu’il trouve ses mouvements. » 


Des mouvements comme son « signature move », ce fadeaway jumper a 45 ou à 0 degrés pratiquement incontrable. « Des fois, on va beaucoup appuyer sur lui, il va être gavé de ballon mais d’autres fois, il ne va pas toucher de ballons pendant plusieurs minutes. Dans ces cas-là, il faut qu’il prenne des rebonds et qu’il défende. Surtout, la différence avec Chalon, c’est qu’il avait un gars de 2,18 m qui attirait toutes les défenses. Chez nous, on ne l’a pas cette année. C’est plus compliqué mais cela montre qu’il a des énormes qualités de scoreurs. » 


Depuis la 29e journée, Eric Bartéchéky a choisi d’associer Wilfried Yeguete et Richard Hendrix dans son cinq de départ et d’utiliser les talents de scoreur de Clark en sortie de banc. Une option payante puisque le MSB a gagné tous ses matches et le numéro 23 s’est avéré encore plus rentable : 16,3 points à 55,1%, 4,5 rebonds, 16,8 d’éval en 26 minutes. Dans la victoire à Fos-sur-Mer - la quatrième victoire d'affilée du MSB - Clark a planté 24 points à 9/15, 5 rebonds pour une évaluation de 24. Fort d’un tel joker, le champion en titre arrive lancé à un peu plus de deux semaines du début des Playoffs. Attention au MSB et à Cam Clark !