Sixième homme

#DLSIxiemeHomme - J1 : Axel Bouteille (Limoges)

Avec 22 points à 66% aux tirs et un impeccable 10/10 sur la ligne, Axel Bouteille (1,97 m, 23 ans) a été très précieux en sortie de banc dans la victoire des Limougeauds sur le parquet d’Antibes. Interview du premier DLSIxiemeHomme de la saison.

Axel Bouteille, DLSIxièmeHomme - J1

©Limoges CSP 


Axel, tu as signé ton record de points et égalé ton record à l’évaluation (25) à Antibes. La victoire a été longue à se dessiner puisque vous étiez encore mené de huit points à quatre minutes de la fin. Qu’est-ce qui a fait la différence sur la fin ? 

On a resserré en défense, on a réussi à faire des stops défensifs et on a trouvé pas mal d’adresse. On doit mettre 22 points dans les quatre derniers minutes (…) Cela s’est bien passé pour moi. J’ai essayé d’apporter de l’énergie et de l’agressivité. Je suis content d’avoir pu aider l’équipe à gagner. 

 
Les Sharks vous ont posé des problèmes par leur adresse à trois-points et vous ont embarqué dans un match d’attaque… 

C’est sûr. Sur les trois premiers quart-temps on a encaissé beaucoup de points. Et sur les cinq dernières minutes, on a enfin rectifié le tir. On les a moins laissé imprimer leur rythme, et cela nous a souri sur la fin de match. 


Est-ce que tu définirais le CSP 2018-19 comme une équipe d’attaque ? 

Oui, il y a beaucoup de bons joueurs offensivement. Chacun peut être dangereux dans cette équipe.

Cela veut dire qu’il faudra forcer votre nature et faire les efforts en défense… 

On va essayer de travailler pour être meilleurs défensivement et en même temps garder notre qualité en attaque. Parce que c’est important que tout le monde puisse apporter offensivement.

Tu as l’air de bien t’accommoder de ton rôle de sixième homme. La saison dernière, tu as été titulaire seulement 10 fois en 34 journées. Est-ce important pour toi de sortir du banc ? 

Pas vraiment. C’est sûr que je me sens bien dans ce rôle, mais sur le banc ou dans le cinq, c’est pareil pour moi.

La plupart des joueurs ont l’habitude de répondre que l’important est de terminer les matches… 

C’est ça. C’est bien d’être sur le terrain à la fin, quand ça se joue. Mais de toute façon, j’essaie toujours d’apporter le maximum, dans le cinq ou en sortant du banc.

Il y a aussi du monde au poste 3 cette saison au CSP, avec William Howard, Sekou Doumbouya et toi. De ce fait, est-ce que tu vas essayer d’élargir ton registre pour jouer 2 et 3 ? 

Oui, on est trois joueurs de grande taille à l’aile donc si je joue au poste 2 ça m’ira aussi. Cela dépend des associations sur le terrain. 

Tu vas devoir élargir ton panel parce qu’au départ tu es plutôt un finisseur. Est-ce que tu travailles en particulier ton jeu sur pick-and-roll ? 

Bien sûr, j’essaie de m’améliorer là-dessus, sur la création. Je dois encore travailler là-dessus mais je ne m’inquiète pas pour cela.

Quelle est la plus grande différence entre l’équipe du CSP de cette année et celle de l’année dernière. On peut penser à votre densité sur le poste 5 avec trois joueurs qui pourraient être titulaires dans beaucoup d’équipes de la Jeep® ÉLITE ? 

C’est vrai que c’est différent d’avoir trois postes 5. Des fois on joue avec deux grands sur le terrain en même temps. L’année dernière, on le faisait un peu avec Brian Conklin mais c’était plus un 4-5.

Cette force intérieure est intéressante dans la perspective de l’EuroCup ? 

Oui, parce que l’EuroCup a un très bon niveau. On va s’appuyer là-dessus pour engranger des victoires dans cette compétition.

Comment abordes-tu ce premier match à Beaublanc contre Gravelines-Dunkerque ? 

Je l’aborde bien. On a eu du mal à s’imposer à Antibes mais on l’a fait, c’est le plus important. Gravelines a une bonne équipe avec beaucoup de bons joueurs. On va essayer de faire un meilleur match.

Tu vois Gravelines comme l’une des bonnes surprises de la saison ?

Oui, parce qu’ils ont du monde. Je les vois en playoffs cette année.