Espoirs - 1ère journée
Châlons-Reims 0
Pau-Lacq-Orthez Pau-Lacq-Orthez 0
20-09-2019 17:00
Espoirs - 1ère journée
Dijon0
Le Portel Le Portel 0
20-09-2019 17:00
Espoirs - 1ère journée
Boulogne-Levallois0
Orléans Orléans 0
20-09-2019 17:00
Jeep® ÉLITE - 1ère journée
Dijon0
Le Portel Le Portel 0
20-09-2019 20:00
Jeep® ÉLITE - 1ère journée
Châlons-Reims 0
Pau-Lacq-Orthez Pau-Lacq-Orthez 0
20-09-2019 20:00
ProB - 1ère journée
Aix-Maurienne0
Antibes Antibes 0
20-09-2019 20:00
ProB - 1ère journée
Vichy-Clermont0
Saint-Chamond Saint-Chamond 0
20-09-2019 20:00
ProB - 1ère journée
Quimper0
Nantes Nantes 0
20-09-2019 20:00
ProB - 1ère journée
Nancy0
Souffelweyersheim Souffelweyersheim 0
20-09-2019 20:00
Jeep® ÉLITE - 1ère journée
Boulogne-Levallois0
Orléans Orléans 0
20-09-2019 20:30
ProB - 1ère journée
Evreux0
Rouen Rouen 0
20-09-2019 20:30
Espoirs - 1ère journée
Lyon-Villeurbanne0
Limoges Limoges 0
21-09-2019 15:00
Espoirs - 1ère journée
Cholet0
Roanne Roanne 0
21-09-2019 17:00
Espoirs - 1ère journée
Chalon/Saône 0
Nanterre Nanterre 0
21-09-2019 17:00
Espoirs - 1ère journée
Bourg-en-Bresse 0
Strasbourg Strasbourg 0
21-09-2019 17:00
Espoirs - 1ère journée
Boulazac0
Le Mans Le Mans 0
21-09-2019 17:00
Espoirs - 1ère journée
Monaco 0
Gravelines-Dunkerque Gravelines-Dunkerque 0
21-09-2019 18:30
Jeep® ÉLITE - 1ère journée
Monaco 0
Gravelines-Dunkerque Gravelines-Dunkerque 0
21-09-2019 18:30
Jeep® ÉLITE - 1ère journée
Boulazac0
Le Mans Le Mans 0
21-09-2019 20:00
Jeep® ÉLITE - 1ère journée
Chalon/Saône 0
Nanterre Nanterre 0
21-09-2019 20:00
Jeep® ÉLITE - 1ère journée
Cholet0
Roanne Roanne 0
21-09-2019 20:00
ProB - 1ère journée
Saint-Quentin0
Denain Denain 0
21-09-2019 20:00
Jeep® ÉLITE - 1ère journée
Bourg-en-Bresse 0
Strasbourg Strasbourg 0
21-09-2019 20:30
Jeep® ÉLITE - 1ère journée
Lyon-Villeurbanne0
Limoges Limoges 0
22-09-2019 16:00
ProB - 2ème journée
Blois0
Vichy-Clermont Vichy-Clermont 0
24-09-2019 20:00
ProB - 2ème journée
Denain0
Lille Lille 0
24-09-2019 20:00
ProB - 2ème journée
Souffelweyersheim0
Gries-Oberhoffen Gries-Oberhoffen 0
24-09-2019 20:00
ProB - 2ème journée
Rouen0
Paris Basketball Paris Basketball 0
24-09-2019 20:30
ProB - 2ème journée
Nantes0
PoitiersPoitiers0
24-09-2019 20:30
ProB - 2ème journée
Fos-sur-Mer0
Aix-Maurienne Aix-Maurienne 0
25-09-2019 19:00
Jeep® ÉLITE - 14ème journée
Lyon-Villeurbanne0
Boulazac Boulazac 0
25-09-2019 20:00
Espoirs - 2ème journée
Roanne 0
Orléans Orléans 0
27-09-2019 17:00
ProB - 3ème journée
Gries-Oberhoffen 0
Nancy Nancy 0
27-09-2019 20:00
ProB - 3ème journée
Blois0
Saint-Chamond Saint-Chamond 0
27-09-2019 20:00
ProB - 3ème journée
Lille0
Saint-Quentin Saint-Quentin 0
27-09-2019 20:00
Jeep® ÉLITE - 2ème journée
Roanne 0
Orléans Orléans 0
27-09-2019 20:00
ProB - 3ème journée
Poitiers0
Quimper Quimper 0
27-09-2019 20:00
ProB - 3ème journée
Antibes0
Aix-Maurienne Aix-Maurienne 0
27-09-2019 20:30
ProB - 4ème journée
Evreux0
Paris Basketball Paris Basketball 0
27-09-2019 20:30
Espoirs - 2ème journée
Strasbourg 0
Lyon-Villeurbanne Lyon-Villeurbanne 0
28-09-2019 14:30
Espoirs - 2ème journée
Cholet0
Boulogne-Levallois Boulogne-Levallois 0
28-09-2019 17:00
Espoirs - 2ème journée
Limoges0
Le Portel Le Portel 0
28-09-2019 17:00
Espoirs - 2ème journée
Nanterre0
Gravelines-Dunkerque Gravelines-Dunkerque 0
28-09-2019 17:00
Espoirs - 2ème journée
Pau-Lacq-Orthez 0
Bourg-en-Bresse Bourg-en-Bresse 0
28-09-2019 17:00
Espoirs - 2ème journée
Chalon/Saône 0
Monaco Monaco 0
28-09-2019 17:00
Espoirs - 2ème journée
Le Mans 0
Châlons-Reims Châlons-Reims 0
28-09-2019 17:00
Espoirs - 2ème journée
Boulazac0
Dijon Dijon 0
28-09-2019 17:00
Jeep® ÉLITE - 2ème journée
Chalon/Saône 0
Monaco Monaco 0
28-09-2019 20:00
Jeep® ÉLITE - 2ème journée
Limoges0
Le Portel Le Portel 0
28-09-2019 20:00
Jeep® ÉLITE - 2ème journée
Le Mans 0
Châlons-Reims Châlons-Reims 0
28-09-2019 20:00
Jeep® ÉLITE - 2ème journée
Boulazac0
Dijon Dijon 0
28-09-2019 20:00
Jeep® ÉLITE - 2ème journée
Cholet0
Boulogne-Levallois Boulogne-Levallois 0
28-09-2019 20:00
Jeep® ÉLITE - 2ème journée
Pau-Lacq-Orthez 0
Bourg-en-Bresse Bourg-en-Bresse 0
28-09-2019 20:00
Jeep® ÉLITE - 2ème journée
Strasbourg 0
Lyon-Villeurbanne Lyon-Villeurbanne 0
28-09-2019 20:30

Actualité

Daniel Perez (président de la Chorale de Roanne) : « On avait la boule au ventre »

Finaliste malheureuse en 2018, la Chorale de Roanne n’a pas eu besoin cette fois de passer par la case des Playoffs d’Accession pour décrocher sa montée. L’aboutissement d’un plan élaboré en 2016.

Daniel Perez est un président comblé. Celui qui s’apprête à laisser sa place au printemps prochain vient de vivre sa deuxième montée avec la Chorale. En effet, il était déjà à la barre du club lorsque l’équipe de Jean-Denys Choulet emmenée par Jimmal Ball avait gagné les Playoffs en 2002. Puis Emmanuel Brochot lui avait succédé, et avait connu la joie du titre en 2007, la finale de 2008, l’Euroleague, avant de se retirer en 2013. Un an plus tard, la Chorale redescendait en Pro B. Daniel Perez était rappelé au chevet du club, en grande difficulté financière. Avec le soutien de l’agglomération, la Chorale a pu repartir en Pro B. L’équipe a d'abord fait le dos rond (16e en 2016, 15e en 2017) puis a retrouvé des ambitions sportives. À la rentrée prochaine, le public roannais pourra à nouveau apprécier les joutes de l’élite.


Daniel Perez, avez-vous passé une bonne soirée lundi, lors de la présentation du trophée aux Roannais ? 

C’était super. On a passé une très belle soirée, organisée par l’agglo roannaise et le conseil départemental. C’était une belle communion avec le public. 


Cela vous a ramené dix-sept ans en arrière, avec la montée de 2002, quand vous étiez déjà président ? 

Oui, ça m’a rappelé bien sûr cette montée. On avait gagné les Playoffs et on était parti tout de suite à la mairie. Il y avait un peu moins de monde en 2002, parce qu’il était plus tard et cela n’avait pas été organisé. Là, c’était organisé quelques jours avant pour qu’il y ait le maximum de monde et qu’ils puissent en profiter. 


L’an passé, la montée avait échappé à la Chorale en finale des Playoffs d’Accession contre Fos-sur-Mer. Comment avez-vous vécu la fin de saison ? Les derniers matches contre Blois, Vichy-Clermont ont été stressants jusqu’au dénouement heureux à Caen ? 

Les matches dans le courant de la saison n’ont pas été trop stressants parce que très rapidement on s’est installé en haut du championnat, en tous cas dans les trois premiers. Mais, quand en 2016 on monte un plan de montée sur trois ans, et que l’année dernière, on l’avait ratée… je peux vous dire que dans les derniers matches, on avait un peu la boule au ventre. Pour nous, c’était quart de finale, demi-finale et finale. A partir du moment où on avait perdu à Gries (31e journée), on savait qu’on ne devait pas perdre un match si on voulait être sûr de monter sans passer par la case Playoffs. (Orléans a fini à une seule victoire et avait le point-average).

 

Cette accession récompense d’un groupe qui a été préservé à 80% l’été dernier. Cela a été un bon choix du club d’avoir renouvelé sa confiance à ces joueurs… 

On avait dit que si on voulait monter, il fallait garder une base avec des joueurs. On a regardé l’aspect humain autant que l’aspect sportif. Une équipe s’est formée, a été solidaire tout au long de ces deux années. On l’a vu sur le terrain, quand il y avait des blessés, des joueurs absents, que tout le monde était impliqué pour faire en sorte de continuer à performer. Ils n’ont jamais paniqué, ils savaient ce qu’ils avaient à faire et ont été respectueux des consignes du coach. Ils ont été vraiment très forts dans leur tête pour avancer tous ensemble. Ils se voyaient en dehors du terrain, ils allaient manger les uns chez les autres. On sentait qu’ils avaient envie de vivre ensemble. 


C’est l’aboutissement d’un plan élaboré en 2016 mais aussi d’un gros travail de restructuration du club opéré après la descente en 2014, l’année de votre arrivée. Il a fallu assainir la situation financière. C’est là que l’expert-comptable que vous êtes est intervenu ? 

Tout à fait. Je suis intervenu en 2014. Il n’était pas du tout envisagé que je reprenne les rênes, parce que je venais d’être élu à la mairie de Roanne. Et on nous a appris que la situation financière de la Chorale était très délicate, pratiquement au bord du dépôt de bilan. Avec le maire, le président de l’agglo, il m’a dit qu’on ne pouvait pas laisser tomber. On venait de faire une salle en 2011. On n’allait pas faire tomber le club en Nationale 3. Il fallait mettre les moyens pour s’en sortir et chercher un président. Je n’étais pas le premier choix, en tant que deuxième adjoint en charge des finances. On a été très prudent, et on a d’abord demandé à Emmanuel Brochot, l’ancien président (2006-2013), de revenir. Il a hésité mais il n’a pas voulu. J’ai accepté de revenir si on me donnait un coup de main. 


C’est-à-dire ? 

L’agglo a fait une subvention exceptionnelle au club, moyennant une réduction d’un tiers des futures subventions pendant trois ans. On a fait une campagne de dons, une campagne auprès des partenaires, une restructuration du club et de 2014 à 2016, mon axe principal de travail a été de retrouver des finances saines. Il fallait se maintenir sportivement. On savait qu’on ne pouvait pas viser le haut du tableau. Après, j’ai choisi Laurent Pluvy comme entraîneur et on a fait un plan de remontée sur 3 ans, avec des moyens financiers en augmentation chaque année. (673 000€ de masse salariale prévisionnelle en 2016-17, 764 000€ en 2017-18 et 952 000€ en 2018-19). On a respecté ce plan. Cela a failli être une année plus tôt. Que cela soit arrivé cette année correspond totalement au plan qu’on a mis en place. 


Autre motif de satisfaction, le public est revenu en masse à Vacheresse avec une affluence moyenne de 3 769 spectateurs cette saison. Un record dans l’histoire du club (Le précédent record était de 3465 en Pro A en 2013-14)… 

Oui, alors qu’on était 3200 la saison dernière. Cela ne fait que progresser. Je suis sûr qu’en Jeep® ÉLITE on va être aux alentours de 4200 – 4300. 


Au-delà des excellents résultats, le jeu et l’état d’esprit de l’équipe ont séduit ? 

C’est ce qu’on a voulu. Cette équipe joue les matches à fond. Elle mouille le maillot. Le public s’est identifié de plus en plus à cette équipe. On n’avait pas des superstars qui allaient marquer 25 points mais on avait une équipe collective qui se battait, qui récupérait les ballons qui traînaient, qui faisait des prises à deux… Ils ont bien joué le jeu et le public leur a rendu. 


Cet état d’esprit pourra-t-il perdurer en Jeep® ÉLITE, où il est parfois plus difficile de créer une telle alchimie ? 

D’abord on va essayer de préserver une partie de l’équipe. Bien sûr, ils ne seront pas tous là demain. Il y a des joueurs qu’on prêtera peut-être en Pro B pour qu’ils finissent de se former, parce qu’ils n’auraient pas assez de temps de jeu en Jeep® ÉLITE. Et on va renouveler nos quatre joueurs étrangers, d’abord parce que certains arrivent à un certain âge. On veut trouver des joueurs plus athlétiques mais en gardant cet état d’esprit, y compris chez les joueurs étrangers. Il faut qu’ils comprennent le basket et aient de bonnes relations humaines. Je ne veux pas de fortes têtes qui vont faire les vedettes. Ce n’est pas l’esprit de la maison. On veut des joueurs qui se battent pour l’ensemble du groupe. 

Quels sont les joueurs toujours sous contrat la saison prochaine ? 

Ferdinand Prénom est sous contrat avec une possibilité pour lui de lever l’option. Pierre Brun également mais on devrait vraisemblablement le prêter. On a bien avancé dans les négociations avec Clément Cavallo, Thomas Ville et Mathis Keita. On n’a encore rien signé tant qu’on ne savait si on serait en Jeep® ÉLITE ou en Pro B. 


Quelles sont les nouvelles de Mathis Keita, qui s’est blessé lors du dernier match à Caen ? 

Le premier diagnostic établi par notre médecin indique vraisemblablement une rupture du ligament croisé du genou gauche. Ce mercredi (29 mai), il va voir un spécialiste à Lyon pour avoir confirmation. S’il doit être opéré, il sera indisponible environ six mois et il reprendra en janvier. On est couvert par les assurances. Il faudra trouver quelqu’un pour la saison. On partira peut-être avec neuf joueurs plus Mathis Keita qui ne reprendra qu’en janvier. 


Vous avez évoqué un futur budget autour de 4M€ contre 3,25M€ cette saison. Avez-vous bon espoir d’atteindre cet objectif ? 

Oui, pour deux raisons. Il faut aller chercher environ 700 000€. Entendons-nous bien, 4M€ c’est avec le budget de l’association qui est de l’ordre de 500 000€ et couvre les espoirs. On a déjà vu avec nos commerciaux sur le plan local et des recettes billetteries, on devrait avoir couvert entre 400 et 450 000€. Il faut rechercher les 300 000 € restants. On a des touches pour trouver le maillon manquant. J’ai grande confiance. La mairie va nous donner un coup de main de nouveau, pour qu’on ne fasse pas le yoyo. Les partenaires locaux sont prêts, ainsi que les investisseurs dans l’augmentation de capital qu’on envisage. On a déjà des contacts avec BPI. Ils nous mettent deux personnes à disposition pour développer des partenariats régionaux ou nationaux, qui sont dans leur portefeuille. Ils vont nous aider à pouvoir les capter et à contractualiser. 


Vous vous apprêtez également à laisser votre place de président au printemps prochain… 

Au mois de mars. Les formalités sont un peu compliquées pour changer de statut et passer en SASP à partir d’avril 2020. Certains de nos actionnaires sont très anciens et n’ont pas fait les formalités. On est obligé de faire un gros travail juridique pour expurger tout cela et que l’augmentation de capital soit sereine pour les investisseurs. Les nouveaux investisseurs vont choisir leur président et leur équipe de direction. 


Derrière, il y a la volonté de s’installer dans le Top 10 français… 

Oui. Pendant deux ans, on veut assurer le maintien, surtout l’année prochaine où il y aura trois descentes. L’augmentation du partenariat va aller vers le sportif pour avoir la meilleure équipe possible et qu’elle puisse éviter les trois dernières places. Ensuite, on veut continuer à augmenter le budget chaque année pour le situer autour de 5 millions d’ici trois-quatre ans. À partir de là, on visera le Top 10 de la Jeep® ÉLITE. 


On se souvient que la Chorale a sorti des joueurs comme Marco Pellin, Adrien Moerman ou Guershon Yabusele. Souhaitez-vous de miser sur la formation ? 

Bien sûr. On accentue beaucoup sur la formation. Si un club comme nous veut y arriver, il doit sortir des pépites, soit qu’on arrive à garder chez nous ou en cas de départ, pour qu’on touche des indemnités. Ce n’est pas facile en Pro B parce qu’il n’y a pas de championnat espoirs et moins de lisibilité en Nationale 3. On a de fortes chances de retrouver des jeunes de grande qualité, parce qu’on a de belles structures pour former des joueurs en devenir.