Jeep® ÉLITE - Playoffs - Finale Episode 1Terminé
Lyon-Villeurbanne81
MonacoMonaco71
15-06-2019 18:30
ProB - Playoffs Accession - Finale AllerTerminé
Orléans68
RouenRouen62
16-06-2019 16:30
Jeep® ÉLITE - Playoffs - Finale Episode 2Terminé
Lyon-Villeurbanne73
MonacoMonaco67
17-06-2019 20:45
ProB - Playoffs Accession - Finale RetourTerminé
Rouen78
OrléansOrléans63
19-06-2019 20:45
Jeep® ÉLITE - Playoffs - Finale Episode 3Terminé
Monaco97
Lyon-VilleurbanneLyon-Villeurbanne62
20-06-2019 20:45
Jeep® ÉLITE - Playoffs - Finale Episode 4Terminé
Monaco89
Lyon-VilleurbanneLyon-Villeurbanne81
22-06-2019 20:30
ProB - Playoffs Accession - Finale BelleTerminé
Orléans80
RouenRouen62
23-06-2019 16:30
Jeep® ÉLITE - Playoffs - Finale Epilogue
Lyon-Villeurbanne0
MonacoMonaco0
25-06-2019 20:45

Actualité

Bon vent Boris !

Figure emblématique du basket français, Boris Diaw, a décidé de tirer sa révérence après une dernière saison à Levallois. La LNB rend hommage à cet immense champion.

Il l’a annoncé à travers une vidéo. Installé confortablement à l’arrière de son bateau, entouré de Tony Parker et Ronny Turiaf, ses copains de toujours. Boris Diaw, 36 ans, est officiellement un jeune retraité des parquets. La décision n’était pas claire à la fin de la saison écoulée à Levallois. Au début de l’été, Babac a enfilé le maillot bleu pour la 246eet la 247e face à la Bosnie-Herzégovine et la Russie. Il a égalé au passage le total de sélection de sa maman, Elisabeth Riffiod. Puis il est parti en vacances sur son bateau. Sa décision a mûri à ce moment-là. L’équipe de France sur une voie royale pour rallier la Coupe du Monde 2019, il s’est arrêté avec le sentiment du devoir accompli. Et puis, ajoute-t-il « par respect pour ma mère et ce qu’elle a fait je préfère m’arrêter à 247 sélections en équipe de France. »



Il referme ainsi un long chapitre de 16 années sous le maillot tricolore. Boris aura été de toutes les grandes aventures depuis 2002. Il aura vécu les grandes épopées des Bleus, cinq fois médaillés en 2005, 2011, 2013, 2014 et 2015. En équipe de France, Boris était un facilitateur sur le terrain, un fédérateur en dehors. Son aura, son charisme en ont fait une sorte de garant de l’esprit bleu. En club, «Babac» aura conclu sa magnifique carrière, là où elle avait commencé il y a 18 ans, sur les parquets de la LNB. Chez les Métropolitans de Levallois, où il avait répondu à la sollicitation de son ami et ex-coéquipier Freddy Fauthoux, il était encore le deuxième meilleur joueur français à l’évaluation lors de la saison écoulée. La vidéo de son buzzer beater à Bourg-en-Bresse avait fait le tour du globe.



Double champion de France en 2001 et 2003 avec Pau, MVP français en 2003, le gracile ailier a changé de registre et de morphologie en NBA. Au fil des années, il s’est rapproché du cercle tout en préservant ses qualités propres. Boris était un deuxième meneur à l’intérieur. Un profil unique dans la grande ligue US, où il aura connu cinq franchises en 14 ans et ramassé le Graal en 2014 chez les San Antonio Spurs aux côtés de Tony Parker.


Le «président» - surnom hérité après qu’il eut pris la présidence des JSA Bordeaux – a été un modèle pour nombre de basketteurs. Les hommages du basket français ont afflué sur la toile après l’annonce de sa retraite. On ne reverra plus le légendaire Babac sur un terrain. En revanche, il pourrait jouer un rôle sur le bord des parquets. C’est ce qu’a laissé entendre Jean-Pierre Siutat, le président de la FFBB (voir ci-dessous). En attendant un éventuel come-back au chevet des Bleus, merci pour tout Boris, et bon vent !