Jeep® ÉLITE - 33ème journéeTerminé
Bourg-en-Bresse75
NanterreNanterre70
13-05-2019 20:45
Espoirs - 33ème journéeTerminé
Dijon85
Le MansLe Mans42
14-05-2019 15:00
Jeep® ÉLITE - 33ème journéeTerminé
Dijon78
Le MansLe Mans70
14-05-2019 20:00
Espoirs - 33ème journéeTerminé
Lyon-Villeurbanne75
Gravelines-DunkerqueGravelines-Dunkerque65
15-05-2019 16:00
Jeep® ÉLITE - 33ème journéeTerminé
Lyon-Villeurbanne95
Gravelines-DunkerqueGravelines-Dunkerque72
15-05-2019 20:00
ProB - 33ème journéeTerminé
Gries-Oberhoffen68
ParisParis73
17-05-2019 20:00
ProB - 33ème journéeTerminé
Roanne81
Vichy-ClermontVichy-Clermont69
17-05-2019 20:00
ProB - 33ème journéeTerminé
Aix-Maurienne78
DenainDenain84
17-05-2019 20:00
ProB - 33ème journéeTerminé
Evreux85
NancyNancy91
17-05-2019 20:00
ProB - 33ème journéeTerminé
Rouen95
LilleLille81
17-05-2019 20:30
ProB - 33ème journéeTerminé
Nantes97
Saint-ChamondSaint-Chamond95
17-05-2019 20:30
Espoirs - 34ème journéeTerminé
Boulazac72
CholetCholet93
18-05-2019 17:00
Espoirs - 34ème journéeTerminé
Antibes98
MonacoMonaco108
18-05-2019 17:00
Espoirs - 34ème journéeTerminé
Châlons-Reims73
DijonDijon70
18-05-2019 17:00
Espoirs - 34ème journéeTerminé
Gravelines-Dunkerque68
StrasbourgStrasbourg67
18-05-2019 17:00
Espoirs - 34ème journéeTerminé
Le Mans107
Chalon/SaôneChalon/Saône108
18-05-2019 17:00
Espoirs - 34ème journéeTerminé
Le Portel60
Bourg-en-BresseBourg-en-Bresse94
18-05-2019 17:00
Espoirs - 34ème journéeTerminé
Limoges74
LevalloisLevallois99
18-05-2019 17:00
Espoirs - 34ème journéeTerminé
Nanterre67
Pau-Lacq-OrthezPau-Lacq-Orthez61
18-05-2019 17:00
Espoirs - 34ème journéeTerminé
Fos-sur-Mer67
Lyon-VilleurbanneLyon-Villeurbanne79
18-05-2019 17:00
ProB - 33ème journéeTerminé
Orléans78
CaenCaen70
18-05-2019 20:00
ProB - 33ème journéeTerminé
Quimper71
PoitiersPoitiers76
18-05-2019 20:00
ProB - 33ème journéeTerminé
Blois88
ChartresChartres65
18-05-2019 20:00
Jeep® ÉLITE - 34ème journéeTerminé
Fos-sur-Mer62
Lyon-VilleurbanneLyon-Villeurbanne85
18-05-2019 20:00
Jeep® ÉLITE - 34ème journéeTerminé
Boulazac117
CholetCholet92
18-05-2019 20:00
Jeep® ÉLITE - 34ème journéeTerminé
Antibes60
MonacoMonaco83
18-05-2019 20:00
Jeep® ÉLITE - 34ème journéeTerminé
Gravelines-Dunkerque78
StrasbourgStrasbourg87
18-05-2019 20:00
Jeep® ÉLITE - 34ème journéeTerminé
Le Mans88
Chalon/SaôneChalon/Saône74
18-05-2019 20:00
Jeep® ÉLITE - 34ème journéeTerminé
Le Portel86
Bourg-en-BresseBourg-en-Bresse92
18-05-2019 20:00
Jeep® ÉLITE - 34ème journéeTerminé
Limoges106
LevalloisLevallois78
18-05-2019 20:00
Jeep® ÉLITE - 34ème journéeTerminé
Nanterre74
Pau-Lacq-OrthezPau-Lacq-Orthez82
18-05-2019 20:00
Jeep® ÉLITE - 34ème journéeTerminé
Châlons-Reims81
DijonDijon84
18-05-2019 20:00
Espoirs - Trophée du Futur - 1/4 Finale
Espoirs Châlons-Reims0
Espoirs Chalon/SaôneEspoirs Chalon/Saône0
24-05-2019 13:00
Espoirs - Trophée du Futur - 1/4 Finale
Espoirs Bourg-en-Bresse0
Espoirs NanterreEspoirs Nanterre0
24-05-2019 15:30
Espoirs - Trophée du Futur - 1/4 Finale
Espoirs Cholet0
Espoirs Gravelines-DunkerqueEspoirs Gravelines-Dunkerque0
24-05-2019 18:00
Jeep® ÉLITE - Playoffs - 1/4 Finale Aller
Monaco0
LimogesLimoges0
24-05-2019 19:30
ProB - 34ème journée
Caen0
RoanneRoanne0
24-05-2019 20:00
ProB - 34ème journée
Poitiers0
Gries-OberhoffenGries-Oberhoffen0
24-05-2019 20:00
ProB - 34ème journée
Saint-Chamond0
EvreuxEvreux0
24-05-2019 20:00
ProB - 34ème journée
Chartres0
QuimperQuimper0
24-05-2019 20:00
ProB - 34ème journée
Denain0
NantesNantes0
24-05-2019 20:00
ProB - 34ème journée
Vichy-Clermont0
RouenRouen0
24-05-2019 20:00
ProB - 34ème journée
Paris0
Aix-MaurienneAix-Maurienne0
24-05-2019 20:00
ProB - 34ème journée
Lille0
OrléansOrléans0
24-05-2019 20:00
ProB - 34ème journée
Nancy0
BloisBlois0
24-05-2019 20:00
Espoirs - Trophée du Futur - 1/4 Finale
Espoirs Dijon0
Espoirs Pau-Lacq-OrthezEspoirs Pau-Lacq-Orthez0
24-05-2019 20:30
Jeep® ÉLITE - Playoffs - 1/4 Finale Aller
Nanterre0
Pau-Lacq-OrthezPau-Lacq-Orthez0
24-05-2019 20:45
Jeep® ÉLITE - Playoffs - 1/4 Finale Aller
Lyon-Villeurbanne0
Le MansLe Mans0
25-05-2019 20:00
Jeep® ÉLITE - Playoffs - 1/4 Finale Aller
Dijon0
StrasbourgStrasbourg0
25-05-2019 20:30
Jeep® ÉLITE - Playoffs - 1/4 Finale Retour
Pau-Lacq-Orthez0
NanterreNanterre0
26-05-2019 18:30
Jeep® ÉLITE - Playoffs - 1/4 Finale Retour
Limoges0
MonacoMonaco0
26-05-2019 18:30
Jeep® ÉLITE - Playoffs - 1/4 Finale Retour
Le Mans0
Lyon-VilleurbanneLyon-Villeurbanne0
27-05-2019 20:00
Jeep® ÉLITE - Playoffs - 1/4 Finale Retour
Strasbourg0
DijonDijon0
27-05-2019 20:00

Actualité

Andrew Albicy, retour vers le futur

Après avoir connu une période difficile ces dernières années, Andrew Albicy (1,78 m, 23 ans) est en plein boom depuis le début de la saison.

Et de trois. Avec la victoire obtenue le week-end dernier contre Dijon, le Paris-Levallois en est maintenant à 3 succès consécutifs. Si le club de la capitale avait bien mal démarré son championnat (trois défaites lors des trois premières journées), il est en train de remonter sérieusement la pente. Un retour en grâce qui doit beaucoup à son meneur de jeu, Andrew Albicy qui, à l’image de son équipe, connaît une réussite totale ces dernières semaines après un début de saison poussif. « On a eu du mal à démarrer mais on commence à se mettre en place », se félicite le meneur du PL. « Au début on était un peu dispersé mais maintenant chacun connaît son rôle et le tient. Moi aussi je prends ma place dans l’équipe. » Et visiblement, ce rôle dont il est question, c’est celui du patron.

« Je pense qu’il est comme un poisson dans l’eau. » Gregor Beugnot

 

Andrew joue le meilleur basket de sa carrière cette saison

 

Evoluant au poste de meneur de jeu, un poste qui par essence même entraîne de lourdes responsabilités, Andrew Albicy fait plus que dicter le tempo de son équipe. Après huit journées, il produit la meilleure évaluation moyenne du PL (16,3), domine la ligue au niveau des passes décisives (meilleur passeur de Pro A avec 7,4 pds) et n’a jamais autant marqué de points (11,5). Mais l’essentiel est ailleurs. « Les stats, je m’en fous », lâche Gregor Beugnot, l’entraîneur parisien. « Là où on doit se focaliser concernant Andrew, c’est sa place dans l’équipe. Aujourd’hui il commence à être un bon meneur de jeu par rapport au timing, à l’organisation…Il est dans un groupe sain qui lui renvoie les ballons importants, il comprend son rôle et n’est plus dans l’optique de jouer pour ses stats. Or, curieusement, il fait des stats.Je pense qu’il est comme un poisson dans l’eau aujourd’hui. » Cela n’a pas toujours été le cas ces derniers temps.

« J’avais l’impression que tout me réussissait »

 

A l'été 2010, avec le trophée de champion d'Europe des moins de 20 ans

 

Formé au Paris Basket Racing, sous la houlette de Christophe Denis, qu’il a ensuite connu en tant que coach principal avec les pros du PL, Albicy se fait rapidement remarquer. En 2006-07, juste avant la fusion avec Levallois, il participe même à deux matches de Pro A, alors qu’il n’a que 16 ans. Deux ans plus tard, quand le club est relégué en Pro B, il intègre pleinement l’effectif de Jean-Marc Dupraz, en qualité de doublure de Jimmal Ball. Ensemble, les deux meneurs dragsters dominent la Pro B et retrouvent l’élite un an à peine après l’avoir quittée. Le jeune meneur s'émancipe et, à l’été 2010, c’est la consécration. Il remporte la médaille d’or au championnat d’Europe des moins de 20 ans, la première de la catégorie pour une équipe de France masculine et termine MVP de la compétition. L’Europe le découvre et bientôt le monde, puisque Vincent Collet décide dans la foulée de l’emmener avec lui au mondial turc, où Tony Parker est absent.

Dès le premier match, il crève l’écran face à Ricky Rubio, la merveille du basket espagnol qu’Albicy domine de la tête aux pieds. Cerise sur le gâteau, la France bat l’Espagne à la surprise générale. L’exploit est retentissant et le petit monde du basket découvre stupéfait un lutin de tout juste 20 ans, à qui tout le monde prédit un avenir des plus brillants. « Sportivement, 2010 a été mon meilleur été, ça c’est clair ! », se souvient l’intéressé quand on évoque cette période dorée. « J’avais l’impression que tout me réussissait. » La suite ne sera cependant pas du même acabit.

 

« Il avait un potentiel fantastique mais depuis, qu’est-ce qu’il y a eu ? Rien. » Gregor Beugnot

 

Avec Gravelines-Dunkerque, quand le BCM a dominé la saison avant de s'effondrer en playoffs

 

Propulsé meneur numéro 1 du PL l’année suivante, ses stats sont en progression mais l’équipe rate les playoffs à la fin de la saison. L’année suivante, il prend la direction de Gravelines-Dunkerque pour prendre son envol en dehors du cocon parisien. Une expérience mi-figue mi-raisin puisque si le BCM écrase la saison régulière, les Nordistes échouent au premier tour des playoffs face à Cholet. Frustré, Andrew décide de revenir à Paris, pour une saison en tout point cauchemardesque. L’équipe s’effondre en championnat et les stats d’Andrew font de même. Le jeune homme qui rêvait tout haut de NBA est en pleine régression et sa carrière est au point mort.

« Quand on va en Espagne, tout le monde se rappelle d’Andrew Albicy », assure Gregor Beugnot. « Pourquoi ce gamin n’a pas fait carrière ?, c’est ce qu’ils disent en Espagne quand on leur en parle, parce qu’ils se rappellent de son match contre les Espagnols. Sur un match, l’Europe entière a vu qu’Andrew Albicy avait un potentiel fantastique mais depuis, qu’est-ce qu’il y a eu ? Rien. » Un constat que l’intéressé reconnaît sans peine. « J’ai pris du retard sur mon cheminement », admet-il. « Quand je vois Sloukas ou Papanikolaou qui ont déjà gagné deux titres en Euroleague, ça donne envie. Ils étaient au même niveau que moi à l’époque à l’Euro des moins de 20 ans en 2010 mais ils ont continué à progresser. C’est vrai que c’est une frustration, je me dis que je devrais être à leur niveau. »

« C’est une des grandes leçons que j’ai apprises, tout peut basculer d’un coup »

 

L'année dernière au PL, la pire saison de sa carrière dixit Andrew

 

L’homme a pris du retard mais il en est conscient. Bien décidé à reprendre son destin en main, il bosse tout l’été pour arriver fin prêt à l’entraînement, où un nouveau coach l’attend. « Quand je suis arrivé Andrew m’a dit : c’est ma dernière chance », livre Gregor Beugnot, pour qui le jeune homme a été mal conseillé durant ces dernières années. « Andrew on l’a tué dans l’œuf. On a de très bons gamins ici mais ils sont souvent tués par les agents, les médias. Ils font une bonne saison et derrière on leur dit qu’ils vont faire ci, faire ça. Mais je pense que ça lui fera le plus grand bien et Andrew n’en sortira que plus fort. »

Si on pouvait être sceptiques avant le début de saison, les récentes prestations d’Albicy semblent indiquer que le constat de coach Beugnot était le bon. Actuellement 4e meilleure évaluation du championnat, toute nationalité confondue, Albicy a déjà été sélectionné 4 fois dans l’équipe type de la journée depuis le début de saison. Seul Alexis Ajinça a fait mieux pour le moment. Mais pas question de prendre la grosse tête pour autant. « C’est une des grandes leçons que j’ai apprise, tout peut basculer d’un coup. La saison est très longue donc il ne faut surtout pas se croire arrivé, toujours rester focus. » Pas sûr cette fois-ci qu’Albicy ne retombe dans l’oubli.