Actualité

Alexis Ajinça (ASVEL) : « Je n’arrive pas comme le messie »

L’ASVEL a frappé fort pendant la trêve en ajoutant les 2,16 m d’Alexis Ajinça à un roster déjà rutilant. Le champion d’Europe 2013 revient sur son arrivée dans le Rhône.

Un Stéphanois affublé du numéro 42 de son département d’origine (la Loire) dans un club de la métropole lyonnaise ? On aurait du mal à imaginer pareil scénario à l’Olympique Lyonnais. D’ailleurs, le Stéphanois en question, Alexis Ajinça (2,16 m, 30 ans) ne cache que le 20 janvier, il assistera au derby OL-ASSE à Geoffroy-Guichard et supportera son club de cœur. 


Cependant, il est peu probable que les supporters de l’ASVEL, même les plus acharnés, en tiennent rigueur à leur nouveau protégé. Oui l’ex-pivot international portera le numéro 42, « mais ce n’est pas un pique que j’envoie aux supporters de l’OL. Ce n’est pas ordinaire, c’est vrai. Mais je porte ce numéro depuis huit ans. Dès que je suis arrivé à Toronto, j’ai pris le 42 et je ne l’ai pas lâché. Je voulais absolument l’avoir pour représenter ma région, ma ville. Je pense que je suis le seul de ma région qui a réussi à percer à ce niveau-là, en NBA ou en Europe. » 


Rabiboché avec TP

Alexis Ajinça, c’est une carte de visite bien fournie. Des trophées avec la génération 88-89 où il faisait équipe avec un certain Nicolas Batum (champion d’Europe U16, U18, médaillé de bronze au mondial U19), près de 300 matches en NBA, et notamment trois saisons comme doublure efficace d’Anthony Davis à New Orleans. Et bien sûr ce titre de champion d’Europe en 2013 aux côtés de Batum et Tony Parker. 


Entre le président de l’ASVEL et le pivot, le ressort était cassé depuis 2015. TP avait peu goûté son départ (blessé au tendon d’Achille) à neuf jours de disputer l’Euro en France et s’en était ému dans les médias. L’année suivante, Ajinça, un peu isolé chez les Bleus, n’avait pas été retenu pour disputer le tournoi préolympique de Manille. La fin de son aventure en équipe de France. « L’équipe de France, c’est terminé. C’est mieux comme cela », assure-t-il aujourd’hui. « J’ai deux enfants, je préfère passer mes étés avec eux qu’en équipe de France. » 


Voilà pour la page équipe de France. En revanche, il a suffi d’un message de Tony Parker début décembre pour que les deux hommes renouent le dialogue. « Nicolas et Tony voulaient absolument me rencontrer à Charlotte, où je vis depuis 10 ans, pour me parler du projet de l’ASVEL. J’ai accroché. L’ASVEL est une équipe à côté de chez moi, près de ma famille. Et ils me donnent l’opportunité de revenir à mon rythme après une saison sans jouer. Ils savent d’où je viens. Je n’aurais pas besoin de jouer directement 35 minutes (…) Avec Tony, on s’est tous les deux excusés et on a été capable de passer un cap. On est très bons potes. » 


Un genou tout neuf


L’ASVEL récupère un pivot de niveau Euroleague – il avait tourné à 17 points par match lors de la campagne 2013-14 avec Strasbourg avant de repartir en NBA - mais qui n’a pas joué en match officiel depuis avril 2017. Ajinça a subi deux interventions au tendon rotulien du genou en décembre 2017 et en mars 2018. « J’avais des tendinites aux deux genoux depuis que j’ai l’âge 13-14 ans », révèle-t-il. « J’ai essayé de le traiter, de ne pas faire d’opération, et au bout d’un moment je ne pouvais plus supporter la douleur. Je ne pouvais plus tenir les entraînements et les 82 matches en NBA. J’ai décidé de faire l’opération. Maintenant tout va bien. Mes genoux sont à 100%. »

 
La nouvelle recrue de l’ASVEL ne cache pas que la NBA est toujours dans un coin de sa tête, et que sa vie, sa femme, ses enfants sont aux Etats-Unis. « C’est plutôt encourageant qu’il veuille aller en NBA, qui est juste la meilleure ligue au monde », pointe Gaëtan Muller. « C’est bien d’être ambitieux, de se fixer des objectifs élevés. Mais Alexis n’est pas venu pour se mettre en jambe pour l’année prochain », précise le président délégué. « On sent qu’il a une vraie ambition de gagner des titres. On a déjà un roster qui a bien fonctionné jusqu’à présent. Alexis vient avec une expérience du haut niveau. On sait qu’on aura besoin de taille et de qualité en Jeep ELITE et en coupe d’Europe si on veut aller loin. Et on a envie d’aller le plus loin possible dans toutes les compétitions. » 


 
En tenue dès samedi contre Nanterre ?


S’il confesse ne pas avoir vu un seul match de sa nouvelle équipe, mais seulement consulté les statistiques, Ajinça n’a pas tardé à prendre ses marques à l’entraînement. Alors qu’un retour était évoqué au moment de la Disneyland Leaders Cup courant février, il pourrait fouler les parquets plus vite que prévu, « peut-être dès samedi contre Nanterre s’il est qualifié », glisse Gaëtan Muller. 

 
Alexis Ajinça n’a pas fait de son retour en Jeep® ÉLITE une question d’argent. « J’avais d’autres options qui auraient pu m’apporter plus », assure l’ex-pivot des New Orleans Pelicans, qui, rien que sur ses quatre dernières saisons en NBA a touché 20 M$. « Je ne voulais pas jouer 30 minutes d’entrée. Je n’arrive pas comme le messie. L’équipe tourne déjà très, très bien et s’entraîne dur. »

Avec sa nouvelle recrue XXL, le leader du championnat s’affirme très clairement comme l’épouvantail de la deuxième partie de championnat, et un outsider à considérer en EuroCup. Et ensuite ? Si Alexis Ajinça n’a été engagé que jusqu’à la fin de la saison en cours, il est évident que Tony Parker et Nicolas Batum voient plus loin. La future « French Team » de l’ASVEL en Euroleague aurait fière allure avec Amine Noua, Livio Jean-Charles, Alpha Kaba et Alexis Ajinça dans la peinture. « On serait très heureux pour lui qu’il retrouve une place en NBA. Mais si pour x ou y raisons, il n’y va pas, ce sera peut-être l’opportunité pour de continuer la route ensemble », glisse Gaëtan Muller. Et Alexis Ajinça de conclure dans un sourire : « On verra si tout se passe bien, s’ils contents de moi. » 



Les autres mouvements survenus pendant la trêve


Taurean Green (1,83 m, 33 ans) sera antibois jusqu’à juin 2020. Après six matches, l’ex-champion de France avec Limoges en 2014 tourne à 12,2 points, 3 rebonds, 5,3 passes décisives et 13 d’évaluation en 32 minutes en moyenne. Surtout, les Sharks ont gagné trois de leurs six matches depuis son arrivée, contre 0-9 auparavant. Antibes a également réussi à prolonger le Nigérian Chris Otule (2,11 m, 29 ans) jusqu’à la fin de la saison régulière (11,1 points et 3,4 rebonds après 7 matches). Otule était arrivé en novembre pour suppléer Trevor Thompson, blessé. 


L’ex-meneur d’Antibes, Jerel Blassingame ne portera plus les couleurs de Pau-Lacq-Orthez. L’Élan Béarnais, surprenant seul deuxième de la Jeep® ÉLITE à la trêve, a réussi à conserver son « pigiste » Mickey McConnell (1,82 m, 29 ans). L’Américain, qui avait découvert le championnat de France avec Châlons-Reims en 2014-15, a transformé l’équipe paloise en une machine à gagner depuis son arrivée en octobre : 9 victoires pour seulement 2 défaites. Et des stats individuelles de top niveau : 12,9 points à 51,6%, 3,9 rebonds, 5,9 passes, pour 18,3 d’évaluation. McConnell possède la 7e meilleure note à l’évaluation de la Jeep® ÉLITE. 

 
Cholet Basket, qui a opéré un redressement au classement depuis l’arrivée d’Erman Kunter aux commandes (2v-2d) et quitté sa position de relégable, pourra compter sur son point d’ancrage intérieur, Frank Hassell (2,05 m, 30 ans) jusqu’au terme du championnat. L’ancien Portélois disposait d’une clause de départ jusqu’au 31 décembre qu’il n’a pas activé. Il vaut 14,9 points et 8,3 rebonds pour 17,4 d’évaluation cette saison. 


La JL Bourg a libéré sans surprise Kerem Kanter. L’intérieur turc était surnuméraire depuis la signature de Mike Moser (2,01 m, 29 ans). En revanche, Fréjus Zerbo (2,08 m, 29 ans) finira bien la saison dans l’Ain, en qualité de rotation de Youssou Ndoye. 

 

Enfin, pour pallier les blessures de Benjamin Sene et Edgar Sosa, le BCM Gravelines-Dunkerque a recruté le meneur US, Kendall Anthony (1,73 m, 25 ans) en provenance du Valur Reykjavik en Islande (30,6 points, 9 passes cette saison). Le nouveau meneur du BCM pourrait faire ses débuts lors du derby contre Le Portel lundi prochain.