Actualité

Interview grand Format –

Olivier Bourgain (Limoges) : « Quatrième, ce serait la saison parfaite »

Parcours sportif, évolution du club, coupe d’Europe..., Olivier Bourgain a répondu à nos questions avant le déplacement du CSP à Antibes ce vendredi.

À deux semaines des playoffs, le Limoges CSP a envoyé un message en pulvérisant l’ASVEL à Beaublanc. Il reste cependant à reproduire ce type de performance à l’extérieur, et ce dès vendredi à Antibes, pour espérer faire mieux qu’une simple apparition en playoffs. Quoi qu’il en soit, la première année du plan CSP 3.0 aura été une réussite, après deux dernières saisons bien mornes (10e en 2016 et en 2017). L’équipe 2017-18, constituée autour de son ossature de joueurs français (Axel Bouteille, William Howard, Jean-Frédéric Morency, Mam’ Jaiteh…), aura séduit l’exigeant, connaisseur et passionné public limougeaud. Cela valait bien l'occasion de s'entretenir avec le directeur sportif, Olivier Bourgain, arrivé de Boulogne-sur-Mer il y a un an.

Rassurez-nous Olivier, l'équipe du CSP qui a écrasé l'ASVEL dimanche (78-52) est bien la même que celle qui a pris 30 points à Strasbourg le 24 avril (70-100) ?

Sur le papier, c’est la même équipe. Dans les attitudes, dans la volonté, le caractère, à Strasbourg c’était juste une pâle copie. Mais on sait depuis quelque temps qu’on a un visage différent à Beaublanc qu’à l’extérieur. Pourquoi ? Déjà, derrière le trio Monaco, Strasbourg, Le Mans, les équipes du Top 10 sont très proches. Il n’y a pas de grande différence entre nous et Levallois ou Bourg-en-Bresse. Le niveau est très homogène. Et c’est vrai que jouer à Beaublanc nous aide. Quand Beaublanc se met à chanter, c’est quelque chose que tu ne vois pas ailleurs en France.

Après Strasbourg, vous aviez posté un tweet corrosif (« Bravo à l’équipe espoir du CSP qui a joué à la SIG ce soir »). Etes-vous intervenu auprès des joueurs ?

Il n’y a pas eu de réunion extraordinaire. Simplement, il y a eu la paie. Tous les joueurs sont venus prendre leur chèque devant moi, comme chaque mois. Des mots ont été dits et ils resteront dans mon bureau. Mais il n’y a pas besoin de grands discours pour voir un mécontentement. Les joueurs sont des grands garçons. Ils savaient après Strasbourg qu’ils étaient fautifs. Ce n’était pas Limoges contre Strasbourg. Ce soir-là, on a été débordé à tous les niveaux.

Aviez-vous déjà connu une ambiance aussi chaude que dimanche cette saison ?

Très clairement non. C’était la première fois depuis le début de saison que je voyais une salle aussi chaude. D’ailleurs les ultras étaient venus chanter pour les espoirs avant le match. Ils étaient très remontés. Avoir une telle communion avec les clubs de supporters était admirable. Le public limougeaud est un public de connaisseurs. Ils savent qu’on est rentré dans une phase décisive. Ils sont déjà en mode guerrier. Tout le monde savait l’importance de ce match, mais à Limoges, le match qui vient est toujours le plus important. Il faut tout gagner.

L’équipe s’est bien relevée depuis la mi-mars après le passage très difficile qu’elle a connu au début de l’année, suite à la disparition de Fred Forte (3v-11d pour commencer 2018). Quelle a été l’importance de Samardo Samuels dans ce regain de forme ?

Ce n’est pas l’élément catalyseur. L’équipe est bonne, avec lui et sans lui. Samardo permet d’avoir un deuxième point de fixation intérieur en plus de Mam’ Jaiteh. Peu de joueurs peuvent jouer dos au panier en France. On a l’avantage d’en avoir toujours un sur le terrain. Après, Samardo Samuels est évidemment un joueur de très haut niveau. On a joué de cette force contre l’ASVEL, sur ce match.

Samardo Samuels dunke sur la raquette de Châlons-Reims (Photo : Limoges CSP)

Samardo Samuels avait eu quelques problèmes dans ses clubs précédents. Comment sentez-vous ce garçon à Limoges ?

Epanoui, extrêmement gentil, compétent, bosseur. Je vais manquer de superlatifs. Il se sent aimé aussi. C’est comme quelqu’un qui a un casier judiciaire assez lourd et qui vient dans une maison où on ne le juge pas. Je lui ai dit qu’à partir du moment où on lui faisait confiance, on n’allait pas le juger sur son passé mais sur ce qu’il produit en tant que sportif, mais aussi en tant qu’humain. Sur ces deux niveaux, il est irréprochable.

"Une victoire à l'extérieur avant les playoffs, ça peut débrider les têtes"

 

Y a-t-il une chance de le voir rempiler la saison prochaine, ou est-il tout bonnement trop cher sur une saison complète ?

On n’en est pas encore là. On n’a pas parlé de chiffres avec son agent mais c’est un agent qui était à 1 million de dollars au Barça. Même avec tout l’amour que j’ai pour Samardo, je n’aurai pas 800 000 euros à mettre sur un joueur l’année prochaine. Mais s’il veut casser ses prix, je suis capable de lui trouver un bel appartement avec une belle voiture (rires).

L’équipe est-elle capable de changer de visage à l’extérieur, à commencer par vendredi à Antibes ?

Oui, parce qu’on a quand même fait des matches. On a gagné à Cholet, à Nanterre, à Levallois… Il y a deux choses. Il y a un problème de niveau de jeu, mais il y a aussi un problème mental. Peut-être que les joueurs font un complexe dès qu’ils s’éloignent de Beaublanc. On n’a pas gagné à l’extérieur depuis le 2 décembre à Nanterre. Ca remonte maintenant.  Le déplacement à Antibes est important au niveau comptable mais surtout au niveau psychologique parce qu’avoir une victoire à l’extérieur avant les playoffs, cela peut débrider les têtes.

La quatrième place est encore jouable. Compte-tenu du drame ayant frappé le club, ce serait une belle réussite pour cette première année du plan CSP 3.0…

Oui, ce serait même une saison parfaite. Il ne faut pas oublier que Monaco, Strasbourg, l’ASVEL ont des budgets 40% supérieur à celui de Limoges. Mais la ferveur est toujours là. Quand Fred me demande de venir l’année dernière, il fallait repartir d’une feuille blanche, renouveler l’effectif quasiment à 100% (avec Fréjus Zerbo). L’objectif était de faire les playoffs et le Top 16 de l’EuroCup. Le Top 16, c’est fait. Maintenant, je ne suis pas en train de dire que les playoffs sont acquis parce qu’il manque encore une victoire. Mais quatrième, ce serait la saison parfaite. Je suis hyper content de mon staff et évidemment des joueurs.

Fred Forte avait une expertise dans le domaine sportif que n’a pas son successeur, Youri Vériéras. Est-ce que, par la force des choses, votre rôle s’est élargi depuis la disparition de Fred ?

Je suis directeur sportif, je ne suis pas président mais évidemment, on me pose plus de questions sur les autres affaires. Fred m’avait fait venir pour ne plus s’occuper du sportif et s’occuper de la gestion extra-sportive de son club. Il n’était même pas au courant, ou quasiment, des joueurs qu’on allait recruter. On échangeait mais il n’était pas décisionnaire. Aujourd’hui, Fred n’est plus là. Personne ne peut le remplacer, mais une personne est venue aider en tant que conseiller du président, c’est Manuel Diaz. Il ne connait rien au sportif mais il a une grande réussite dans ses affaires. Youri Vériéras connait bien la boutique et est doté d’un cerveau extrêmement rapide. Avec en plus Jean-Léonard Picot, le club est très bien géré. Au niveau sportif, évidemment je suis le dernier maillon. Mais l’avis de mon staff est hyper important.

Allez-vous préserver une bonne partie de l’effectif la saison prochaine ?

On va essayer de faire le maximum pour garder les joueurs. A un moment donné, il y aura des choix économiques. Les joueurs qui font une très bonne saison, et il y en a au CSP, vont être très sollicités. Notre budget ne sera pas en augmentation. On essaiera de faire les choix les plus judicieux possible.

Des joueurs comme Axel Bouteille et William Howard qui sont sous contrat la saison prochaine peuvent être convoités par d’autres clubs ?

Ils le sont, mais il y a un problème contractuel. S’ils partent demain, il faudra l’aval du Limoges CSP. Après, cela va tellement vite dans le sport que tout est ouvert.

Axel Bouteille, dimanche dernier contre l'ASVEL (Photo : Limoges CSP)

Savez-vous dans quelle direction vous voulez aller à la rentrée ?

Je sais exactement où je veux aller mais il est trop tôt pour en parler. On ne va pas dévoiler notre stratégie.

Dans l’émission Buzzer sur SFR Sport, Stephen Brun a évoqué votre intérêt pour Jérémy Nzeulie, et indiqué que le CSP ne pouvait pas lutter financièrement contre Strasbourg et l’ASVEL, deux clubs également intéressés par le meilleur marqueur français de la Jeep® ÉLITE ?

C’est la vérité. Jérémy est un joueur que j’aime profondément. Je voulais déjà le faire venir en son temps au SOM Boulogne. Economiquement, on ne peut pas s’aligner contre Strasbourg, ni l’ASVEL.

 

"Quand l’Euroleague vient te chercher et te donne une wild-card, il ne faut pas l’oublier."

 

Cela indique que vous voulez continuer dans cette voie, en continuant à recruter de forts JFL…

J’ai dit en arrivant il y a un an qu’on ferait des efforts sur les JFL et sur notre formation. On a une stratégie avec un coach qui aime les jeunes fondamentalement. On a fait venir le préparateur physique de l’équipe de France, Frank Kuhn. Dans les mois et les années à venir, on aura aussi des développeurs individuels. C’est tout nouveau en France. Je veux que Limoges ait ce type d’entraîneur spécialisé dans le développement individuel, et ce dès la rentrée prochaine. Tout cela pour pouvoir accueillir et développer les meilleurs jeunes Français. Avec du temps de jeu et un entraînement spécifique.

Le CSP est bien parti pour se qualifier pour une coupe d’Europe. Si vous avez le choix, est-ce que vous disputerez la BCL ou l’EuroCup ?

L’EuroCup. Déjà parce qu’historiquement, Limoges a toujours été proche de l’Euroleague. Et l’Euroleague nous a tendu la main cet été alors qu’elle n’avait pas forcément de raisons sportives de le faire*. Elle l’a fait eu égard à nos excellentes relations avec Jordi Bertomeu et l’Euroleague, et avec le passé de Limoges. Quand l’Euroleague vient te chercher et te donne une wild-card, il ne faut pas l’oublier. Si on nous propose de repartir en EuroCup, je ne vois pas comment c’est possible de le refuser. Et puis je prétends que le niveau de l’EuroCup est supérieur à celui de la BCL, tout simplement. Il y a des équipes très proches du niveau Euroleague, comme Krasnodar, Kazan, le Bayern… C’est une compétition bien organisée. La BCL reste une compétition importante, quand on voit la finale entre Monaco et l’AEK, c’est aussi d’un bon niveau. Mais à choisir, on prendra l’EuroCup, sans aucun doute.

*10e de la saison 2016-17, le CSP avait obtenu une wild-card pour disputer l’EuroCup.

 


par LNB
Source: LNB

Betclic Game Center

Calendrier Pro A

Équipe domicile Score Équipe extérieur
03 juin (Jeep ÉLITE - Playoffs)
78 – 71 Limoges
LNB TV
05 juin (Jeep ÉLITE - Playoffs)
80 – 60 Strasbourg
LNB TV
06 juin (Jeep ÉLITE - Playoffs)
76 – 71 Monaco
LNB TV
07 juin (Jeep ÉLITE - Playoffs)
82 – 89 Strasbourg
LNB TV
08 juin (Jeep ÉLITE - Playoffs)
83 – 94 Monaco
LNB TV
09 juin (Jeep ÉLITE - Playoffs)
79 – 85 Le Mans
LNB TV
13 juin (Jeep ÉLITE - Playoffs)
81 – 77 Le Mans
LNB TV
15 juin (Jeep ÉLITE - Playoffs)
77 – 87 Le Mans
LNB TV
18 juin (Jeep ÉLITE - Playoffs)Pariez
20:45 Monaco
20 juin (Jeep ÉLITE - Playoffs)Pariez
20:45 Monaco

Classement Pro A

Jeep® ÉLITE – Classement à la 34ème journée
Pos Équipe % Victoire Résultats
1 Monaco 74 25v - 9d
2 Strasbourg 71 24v - 10d
3 Le Mans 62 21v - 13d
4 Limoges 59 20v - 14d
5 Dijon 59 20v - 14d
6 Lyon-Villeurbanne 56 19v - 15d
7 Nanterre 56 19v - 15d
8 Pau-Lacq-Orthez 53 18v - 16d
9 Bourg-en-Bresse 50 17v - 17d
10 Levallois 48 16v - 18d
11 Le Portel 48 16v - 18d
12 Chalon/Saône 45 15v - 19d
13 Gravelines-Dunkerque 45 15v - 19d
14 Châlons-Reims 45 15v - 19d
15 Cholet 42 14v - 20d
16 Antibes 39 13v - 21d
17 Boulazac 36 12v - 22d
18 Hyères-Toulon 18 6v - 28d

Calendrier Pro B

Équipe domicile Score Équipe extérieur
27 mai (PROB-Playoffs Accession)
60 – 73 Fos-sur-Mer
LNB TV
28 mai (PROB-Playoffs Accession)
77 – 76 Orléans
LNB TV
30 mai (PROB-Playoffs Accession)
85 – 86 Rouen
LNB TV
02 juin (PROB-Playoffs Accession)
83 – 36 Lille
LNB TV
79 – 75 Rouen
LNB TV
04 juin (PROB-Playoffs Accession)
70 – 92 Fos-sur-Mer
LNB TV
77 – 52 Roanne
LNB TV
07 juin (PROB-Playoffs Accession)
71 – 55 Lille
LNB TV
11 juin (PROB-Playoffs Accession)
68 – 72 Fos-sur-Mer
LNB TV
14 juin (PROB-Playoffs Accession)
76 – 70 Roanne
LNB TV

Classement Pro B

PROB – Classement à la 34ème journée
Pos Équipe % Victoire Résultats
1 Blois 80 27v - 7d
2 Roanne 77 26v - 8d
3 Orléans 74 25v - 9d
4 Fos-sur-Mer 71 24v - 10d
5 Lille 68 23v - 11d
6 Saint-Chamond 65 22v - 12d
7 Nancy 56 19v - 15d
8 Rouen 50 17v - 17d
9 Evreux 48 16v - 18d
10 Denain 48 16v - 18d
11 Aix-Maurienne 45 15v - 19d
12 Vichy-Clermont 42 14v - 20d
13 Nantes 36 12v - 22d
14 Caen 36 12v - 22d
15 Quimper 33 11v - 23d
16 Poitiers 33 11v - 23d
17 Le Havre 30 10v - 24d
18 Charleville-Mézières 18 6v - 28d

Matches TV

BILLETTERIE