Actualité

Grand Format –

Élie Okobo est sur la bonne voie

À l’image de Pau, Elie Okobo va mieux depuis la prise de fonction de Laurent Vila. Le Palois est un candidat au trophée de la meilleure progression.

Il est le projet numéro un de l’Elan Béarnais. Les Palois ont donné à Elie Okobo (1,87 m, 20 ans) les clés du camion pour prendre la succession du MVP 2017, D.J. Cooper. Le talentueux gaucher justifie plutôt bien cette marque de confiance, même si la saison des Palois est plus agitée que prévue, et globalement en deça des attentes. Dans sa deuxième saison chez les pros, Elie Okobo est le troisième meilleur marqueur français de la Jeep®ÉLITE derrière Louis Labeyrie et Jérémy Nzeulie, et le quatrième meilleur passeur français. Bien sûr, tout n’est pas encore parfait. Le numéro 0 n’est pas à l’abri d’une sortie de route comme ce fut le cas très récemment à Levallois, mais son bon début d’année 2018 et son passage convaincant chez les Bleus laissent augurer une grande fin de saison. Et d’une belle carrière. À bien y regarder, Thomas Heurtel, Rodrigue Beaubois ou Fabien Causeur, trois Français référencés en Euroleague, étaient moins efficaces que lui au même âge en Jeep® ÉLITE…

 

Sa progression : le back-up est devenu all-star

La progression statistique est spectaculaire. Pour sa première saison avec les pros l’an passé – en réalité une demi-saison puisqu’elle s’est arrêtée après 19 matches sur une fracture du pied lors de la Leaders Cup 2017 – Elie Okobo a fini 49e marqueur français de la Jeep® ÉLITE (4,8 points et 2,2 passes en 14 minutes) dans l’ombre de D.J. Cooper. L’été dernier, changement de décor. Les dirigeants et le nouvel entraîneur, Serge Crèvecoeur, ont choisi de ne pas mettre dans les pattes de leur prospect un meneur étranger référencé. De fait, Okobo a vite pris le dessus sur l’Américain Kyan Anderson (1,80 m, 26 ans) et s’est imposé comme le meneur titulaire et la première option de l’équipe en attaque. Il a tourné à 12,1 points et 13,8 d’évaluation sur les sept premières journées. En l’espace de quelques mois, l’ex-meneur remplaçant s’est mué en un All Star français de la Jeep® ÉLITE (17 points et 17 passes décisives lors du All Star Game).  Après un passage à vide au début de l’hiver, Okobo a encore franchi un palier depuis le début de l’année civile. Il assure en moyenne 16,8 points et 5,6 passes pour 17 d’évaluation en 2018.

Elie Okobo : « Je savais qu’il y avait un projet sur moi dans cette équipe et qu’après, c’était à moi de travailler dur et de faire mes preuves pour monter en grade. Je ne pensais pas que ce soit autant mais je me suis qu’en me donnant les moyens, j’allais atteindre cet objectif. »

 

Son changement de poste : à l'école de D.J. Cooper

Elie Okobo est un arrière de formation, un scoreur avant d’être  un organisateur. Avant le début de la saison 2016-17, Didier Gadou le présentait comme un « 2 capable d’aider sur le poste 1 et pas l’inverse. » Mais dans la perspective d’évoluer un jour en NBA – il se présentera à la draft le 22 juin après avoir retiré son nom en 2017 -, le changement de poste était inéluctable. La finition reste sa qualité première, sur jeu de transition ou de loin (40/110 à trois-points, 36,4%) mais le Bordelais a progressé en terme de gestion.

Elie Okobo : « C’était l’objectif de me faire jouer meneur pour que je continue à apprendre et à progresser sur ce poste-là. Car si je veux jouer au plus haut niveau, je suis un peu petit et pas assez costaud pour jouer extérieur. La saison dernière, j’ai beaucoup appris aux côtés de D.J. Cooper, à la fois dans le jeu de pick and roll, le jeu de passes pour trouver les intérieurs ou les extérieurs. J’essaie de mettre en place le plus possible ce que j’ai appris. Je me sens beaucoup plus à l’aise. Il y a encore des mauvais choix ou des problèmes de gestion mais dans l’ensemble, c’est correct. Je travaille dur là-dessus pour être l’un des meilleurs »

 

Les Bleus : timide puis déterminé

A l’instar Nando De Colo à l’époque, Elie Okobo a fait ses premiers pas en bleu avec les U20. Il s’y est imposé immédiatement comme le leader avec le Villeurbannais Amine Noua. En novembre dernier, les deux « 97 » ont été appelés chez les A pour disputer les matches de qualification pour la Coupe du Monde 2019. S’il est apparu un peu timide lors de la première fenêtre, le Palois a fait preuve de culot en février lors des deux victoires contre la Russie et la Belgique.

E.O : « En novembre, je ne m’étais pas senti bien. Je n’avais pas trop confiance en moi. Cela s’est vu. Je n’ai pas été pris sur le premier match contre la Belgique. Et puis j’ai joué très peu face à la Bosnie. En février, je suis arrivé vraiment déterminé, avec l’envie d’apporter, de montrer que j’étais capable. Je pense que je l’ai bien fait et que ça a plu. J’ai découvert un super groupe. Tout le monde était sur la même longueur d’onde et s’est donné à fond. On voulait tous se qualifier pour cette Coupe du Monde. Côtoyer Boris Diaw, un Bordelais comme moi ? C’est énorme de pouvoir jouer avec lui. Je me souviens quand j’étais petit, je lui demandais des autographes et là je me retrouve à jouer avec lui en équipe de France. On voit vraiment son côté leader sur et en dehors du terrain. Il est toujours de bonne humeur, ne se prend pas la tête. Ca met pas mal de gens en confiance. »

 

« Boris Diaw ? Quand j’étais petit, je lui demandais des autographes et là je me retrouve à jouer avec lui en équipe de France. »

 

La série noire de l’Élan

Les Palois ont passé un sale hiver. Bien partie en championnat (5v-2d), l’équipe s’est effondrée après sa victoire à Beaublanc le 29 octobre. Elle a enchaîné neuf revers en onze matches. Après 18 journées et la… cinquième défaite au Palais, contre Antibes, l’Elan comptait presqu’autant de défaites (7v-11d) que sur l’exercice précédent (22v-12d). L’entraîneur, Serge Crèvecoeur, qui avait pointé l’absence d’un patron dans l’équipe, a jeté l’éponge fin janvier et laissé sa place à son assistant, Laurent Vila.

E.O. : « Au bout d’un moment, les équipes adverses ont réussi à s’adapter, à trouver quelques solutions face à notre défense. Et nous, on n’a pas réussi à s’adapter à notre tour. On courrait derrière la balle tout le temps. On subissait l’attaque de l’adversaire. C’est ce que je ressentais sur le terrain. C’était hyper dur. Cela a été très frustrant d’enchaîner les défaites, que ce soit à domicile ou à l’extérieur. A chaque fois pendant la semaine, on pensait avoir trouvé la solution. Et ça ne fonctionnait pas. Sur le plan personnel, cette frustration m’a donné de l’expérience. J’ai pu voir les hauts et les bas d’une saison, et puis la nécessité de s’adapter comme on a pu le faire depuis l’arrivée de Laurent. »

 

Les playoffs à nouveau dans le viseur

Pour la deuxième fois de sa carrière, Laurent Vila a repris en main l’équipe paloise en cours de championnat (4v-8d lors de la saison 2011-12). Ses deux premiers matches se sont soldés par une victoire à l’Astroballe et une autre à domicile contre Chalon, avec deux cartons d’Elie Okobo (24 points, 5 passes, 29 d’évaluation puis 30 points, 8 passes, 35 d’évaluation). Ensuite, les Palois ont été impuissants à Levallois (-26) à l’image de leur meneur (8 points, 4 d’évaluation) et sont allés chercher une troisième victoire en quatre matches chez la lanterne rouge, Hyères-Toulon. L’Elan est revenu au contact du peloton d’équipes qui vont se disputer les dernières places en playoffs. Le plus dur reste à faire pour décrocher une troisième qualification d’affilée en playoffs.  Mais la chance des Palois est de disputer sept des douze derniers matches au Palais.

E.O. : « Pour le premier match de Laurent à l’ASVEL, on a eu ce déclic et cette motivation de bien faire. On a plus de liberté dans le jeu et on arrive à mieux se trouver. On a retrouvé cet esprit et cette complicité qu’on avait au tout début de saison. Les séances d’entraînement n’ont pas changé fondamentalement avec Laurent. Mais c’est peut-être différent dans la manière de faire, de parler (…)  Maintenant, il faut prendre tous les matches sérieusement. Il faut continuer à se battre pour ne pas être en vacances le 15 mai. On commence par Bourg (vendredi). C’est une équipe de très haut niveau. Je les ai encore vus contre Limoges. Ils jouent très bien ensemble, avec des éléments majeurs comme Sim et Peacock. C’est le genre d’équipe contre qui cela devient très compliqué si on la laisse développer son jeu. Ensuite, ce sera Limoges. C’est le clasico c’est la guerre, un match pas comme les autres… »

 

La soirée de Jeep®ÉLITE

Si l’Elan Béarnais n’a pas perdu tout espoir de qualification en playoffs, la JL Bourg a toujours le Top 4 en ligne de mire. Les Bressans ont montré leur capacité à bien voyager (victoires à Dijon, Chalon, Villeurbanne, Châlons-Reims et Levallois) et ont ajouté une arme intéressante à leur arsenal avec le meneur-arrière Trey Lewis (1,88 m, 25 ans). L’ancien joueur de Bayreuth et Ulm en Allemagne tourne à 10,5 points et 5 passes décisives après deux matches.

Les Sharks d’Antibes pourront compter sur leur renfort, l’ailier suédois Viktor Gaddefors (2,01 m, 25 ans) lors du derby azuréen contre Monaco.  La Roca Team, qui a gagné cette semaine son billet pour les quarts de finale de la BCL, s’était imposée à l’aller sur le Rocher (84-76).

Deux jours après avoir créé l’exploit en FIBA Europe Cup contre les Italiens de Sassari (-17 à l’aller, +19 au retour),  Le Portel va lancer sa dernière recrue, le Croate Marko Lukovic (2,06 m, 25 ans) contre Boulazac. Le remplaçant de Jakim Donaldson s’est engagé jusqu’au 25 avril. Il a beaucoup voyagé depuis son départ du club serbe de Mega Leks en 2014. Lukovic a réalisé sa meilleure saison en 2016-17 avec Novo Mesto (16,8 points et 7,4 rebonds en ligue adriatique). Il vient au Portel pour rebondir après un passage en demi-teinte à Murcia en Espagne (5,5 points à 32%, 2,8 rebonds en Liga Endesa et 7 points à 35,4%, 2,9 rebonds en BCL).

Le programme de la 23e journée

Vendredi 16 mars

Le Portel – Boulazac (20h)

Antibes – Monaco (20h30)

Pau-Lacq-Orthez - Bourg-en-Bresse (20h30)

Samedi 17 mars

Levallois – Gravelines-Dunkerque (18h30, SFR Sport 3)

Chalon-sur-Saône – Châlons-Reims (20h)

Dijon – Lyon-Villeurbanne (20h)

Le Mans – Hyères-Toulon (20h)

Limoges – Cholet (20h)

Dimanche 18 mars

Strasbourg – Nanterre (18h30, SFR Sport 2)

 

 

 

 


par LNB
Source: LNB

Betclic Game Center

Calendrier Pro A

Équipe domicile Score Équipe extérieur
05 juin (Jeep ÉLITE - Playoffs)
80 – 60 Strasbourg
LNB TV
06 juin (Jeep ÉLITE - Playoffs)
76 – 71 Monaco
LNB TV
07 juin (Jeep ÉLITE - Playoffs)
82 – 89 Strasbourg
LNB TV
08 juin (Jeep ÉLITE - Playoffs)
83 – 94 Monaco
LNB TV
09 juin (Jeep ÉLITE - Playoffs)
79 – 85 Le Mans
LNB TV
13 juin (Jeep ÉLITE - Playoffs)
81 – 77 Le Mans
LNB TV
15 juin (Jeep ÉLITE - Playoffs)
77 – 87 Le Mans
LNB TV
18 juin (Jeep ÉLITE - Playoffs)
84 – 72 Monaco
LNB TV
20 juin (Jeep ÉLITE - Playoffs)
69 – 78 Monaco
LNB TV
24 juin (Jeep ÉLITE - Playoffs)
74 – 76 Le Mans
LNB TV

Classement Pro A

Jeep® ÉLITE – Classement à la 34ème journée
Pos Équipe % Victoire Résultats
1 Monaco 74 25v - 9d
2 Strasbourg 71 24v - 10d
3 Le Mans 62 21v - 13d
4 Limoges 59 20v - 14d
5 Dijon 59 20v - 14d
6 Lyon-Villeurbanne 56 19v - 15d
7 Nanterre 56 19v - 15d
8 Pau-Lacq-Orthez 53 18v - 16d
9 Bourg-en-Bresse 50 17v - 17d
10 Levallois 48 16v - 18d
11 Le Portel 48 16v - 18d
12 Chalon/Saône 45 15v - 19d
13 Gravelines-Dunkerque 45 15v - 19d
14 Châlons-Reims 45 15v - 19d
15 Cholet 42 14v - 20d
16 Antibes 39 13v - 21d
17 Boulazac 36 12v - 22d
18 Hyères-Toulon 18 6v - 28d

Calendrier Pro B

Équipe domicile Score Équipe extérieur
27 mai (PROB-Playoffs Accession)
60 – 73 Fos-sur-Mer
LNB TV
28 mai (PROB-Playoffs Accession)
77 – 76 Orléans
LNB TV
30 mai (PROB-Playoffs Accession)
85 – 86 Rouen
LNB TV
02 juin (PROB-Playoffs Accession)
83 – 36 Lille
LNB TV
79 – 75 Rouen
LNB TV
04 juin (PROB-Playoffs Accession)
70 – 92 Fos-sur-Mer
LNB TV
77 – 52 Roanne
LNB TV
07 juin (PROB-Playoffs Accession)
71 – 55 Lille
LNB TV
11 juin (PROB-Playoffs Accession)
68 – 72 Fos-sur-Mer
LNB TV
14 juin (PROB-Playoffs Accession)
76 – 70 Roanne
LNB TV

Classement Pro B

PROB – Classement à la 34ème journée
Pos Équipe % Victoire Résultats
1 Blois 80 27v - 7d
2 Roanne 77 26v - 8d
3 Orléans 74 25v - 9d
4 Fos-sur-Mer 71 24v - 10d
5 Lille 68 23v - 11d
6 Saint-Chamond 65 22v - 12d
7 Nancy 56 19v - 15d
8 Rouen 50 17v - 17d
9 Evreux 48 16v - 18d
10 Denain 48 16v - 18d
11 Aix-Maurienne 45 15v - 19d
12 Vichy-Clermont 42 14v - 20d
13 Nantes 36 12v - 22d
14 Caen 36 12v - 22d
15 Quimper 33 11v - 23d
16 Poitiers 33 11v - 23d
17 Le Havre 30 10v - 24d
18 Charleville-Mézières 18 6v - 28d

Matches TV

  • BILLETTERIE