Actualité

#30ansLNB –

Saison 1988-1989 : Limoges, la machine à gagner

Pour célébrer les 30 ans de la LNB, nous vous proposons un retour sur les saisons passées. Cette semaine retour sur le nouveau sacre du Limoges CSP lors de la saison 1988-1989.

(Crédit Photo : Photo Jan)
La photo du titre du Limoges CSP lors de la saison 1988-1989 :
Debout de gauche à droite : Frédéric Sarre (assistant), Frédéric Guinot (15), Michael Brooks (8), Georges Vestris (14), Stéphane Ostrowski (9), Laurent Vinsou (6), Michel Gomez (entraîneur)
Assis : Ken Dancy (10), Don Collins (11), Richard Dacoury (7), Greg Beugnot (4), Frédéric Forte (12), Pascal Julien (5)

Champion de France N1A : Limoges CSP

Finale : Limoges CSP bat Orthez : 108-97, 102-96

Limoges, la machine à gagner

En 1988, tandis que l’équipe de France a échoué à se qualifier pour les Jeux Olympiques de Séoul, le Limoges CSP, champion de France en titre, fait figure de grand favori pour la défense de sa couronne. Trois départs (Jacques Monclar, Hugues Occansey, Clarence Kea) pour quatre arrivées (Pascal Jullien de Berck en N1B, Fred Forte, meneur de 18 ans arrivé de Caen, Ken Dancy, gros scoreur de Tours, et Michael Brooks, MVP de la CBA) : Michel Gomez est à la tête d’une machine à gagner, toujours emmenée par le trio magique Richard Dacoury, Don Collins, Stéphane Ostrowski.

L’équipe a de l’allure, un potentiel offensif effrayant. Cependant, elle attendra trois matches pour commencer à défendre. Le 27 septembre 1988, deuxième journée, le CSP tombe sur un Bill Varner des grands soirs (53 points) et s’incline contre Gravelines… 126 à 125. Quatre jours plus tard, les Limougeauds baissent pavillon au Racing. 324 points encaissés et deux défaites après trois journées, cela fait tache pour les champions de France. Ils enchaineront avec 26 victoires en 27 matches. Le seul revers étant concédé à Cholet le 26 novembre*, match au cours duquel les deux meilleurs Américains du championnat, Graylin Warner (39 points) et Don Collins (34) se livrent un duel  mémorable. Circonstance atténuante, quatre Limougeauds (Beugnot, Dacoury, Ostro et Vestris) revenaient d’un match de l’équipe de France en Pologne.

Parallèlement, l’équipe dispute la plus prestigieuse des Coupes d’Europe, la Coupe d’Europe des Clubs Champions. Elle finira cinquième de la poule finale de huit, échouant à deux victoires du Final Four (6v-8d), derrière le Maccabi, le Barça, Split et l’Aris. Il n’y aura pas nouveau trophée européen au cours de saison 1988-89, ni de doublé au Tournoi des As où Limoges se fait surprendre par Mulhouse en demi-finale. A deux minutes de la fin, Richard Dacoury a eu la mauvaise idée d’allonger Christian Monschau d’un direct du droit, et d’écoper d’une faute technique.

« Il n’y a que Limoges qui puisse battre Limoges »

Quelques semaines plus tard, les Limougeauds ont l’occasion de prendre leur revanche en demi-finale des playoffs, après avoir sorti l’ASVEL en quarts. Cette fois, les Mulhousiens de Jean-Luc Monschau ne font pas le poids. Le top-scoreur du championnat, Ron Davis, est bien muselé. « Il n’y a que Limoges qui puisse battre Limoges », commente Michel Gomez. Sans jamais trembler, le CSP s’est qualifié pour sa septième finale en huit ans. L’occasion de se frotter à son meilleur ennemi, l’Elan Béarnais d’Orthez.

Au match aller à Beaublanc, Don Collins démontre pourquoi il est le MVP étranger pour la deuxième année consécutive. En plus d’éteindre Howard Carter, le « Cobra » claque 21 points en première mi-temps, termine le match avec 40 points à 17 sur 20 aux tirs, 5 rebonds, 5 passes. Injouable. Et puis Collins est loin d’être le seul danger (18 points, 14 rebonds, 7 passes de Michael Brooks, 16 points de Dacoury…).

Le week-end suivant, dans l’étuve de la Moutète, Richard Dacoury et Stéphane Ostrowski prennent le relais du MVP au scoring. Sous les yeux de Lionel Jospin, ministre de l’éducation nationale et de la jeunesse et des sports, les Béarnais s’accrochent une mi-temps avant de prendre l’eau après la pause. Ils trouvent néanmoins les ressources pour revenir à trois points dans la dernière minute (93-96) avant que Richard Dacoury ne tue le match d’un tir à trois-points à 30 secondes de la fin. Pour la cinquième fois en sept ans, Limoges est champion de France. Quelques instants plus tard, Pierre Seillant prend les micros et s’adresse à ses supporters : « Devant vous je fais le serment que d’ici deux ou trois ans, nous irons reprendre ce titre national. » Effectivement, il faudra attendre trois ans pour que la promesse du président palois soit tenue. Entre-temps, le CSP aura réalisé le deuxième triplé de son histoire.

*Le match Racing-Limoges sera donné perdu par pénalité aux Parisiens, ce qui explique le bilan de 28v-2d du CSP.

CLASSEMENT FINAL : Cliquez ici pour afficher le classement

PLAYOFFS : Cliquez ici pour afficher les résultats des playoffs

Les faits marquants de la saison

Le 29 octobre 1988, Ron Davis (Mulhouse) inscrit 61 points contre le Racing Paris dont 44 points en première mi-temps ! C’est le record de points depuis la création de la LNB, à 10 unités de la marque historique de Jean-Pierre Staelens : 71 points le 4 mars 1967. Ron Davis finira top-scoreur de la N1A avec 31,1 points soit la meilleure moyenne « all-time » en LNB. L’Américain sera également l’auteur du panier de la victoire en finale du Tournoi des As contre Cholet.

Le 4 mars 1989, Hervé Dubuisson (Racing) plante 55 points contre Tours. En playoffs, Dub franchit la barre des 10 000 points inscrits en championnat de France.

Le meneur du Racing, Pierre Bressant, boucle la saison à la moyenne sidérante de 14,7 passes décisives. Bressant a atteint ou dépassé à sept reprises la barre des 20 passes !

Antibes sauve sa peau lors des barrages après un invraisemblable come-back. Battus de 38 points à Toulouse en quart de finale aller (111-73), les Antibois changent de coach – le meneur Jacques Monclar prend les rênes de l’équipe – et gagnent de 39 points au retour (127-88) !

Les récompenses individuelles :

Les autres compétitions

Tournoi des As : Mulhouse bat Cholet : 82-80

Champion de France N1B : Reims CB

Deux ans plus tôt, le Reims Champagne Basket avait profité de l’élargissement de l’élite pour gagner sa place en N1A. Une saison bouclée par une redescente (7 victoires, 23 défaites). A l’été 1988, le club profite de l’arrivée d’un sponsor d’envergure, la maison de champagne Jacquart, pour booster son budget et opérer un recrutement haut de gamme pour la division. Des joueurs de N1A débarquent dans l’antichambre : Ernie Signars (Racing Paris), Jean-Louis Hersin (Antibes), Benkaly Kaba (Orthez), Archie Johnson (Vichy) pour accompagner John Douglas et Jean-François Evert.

Le parcours en N1B n’est pas une formalité mais presque. Sur la ligne d’arrivée, les hommes de Francis Charneux devancent Roanne de deux victoires (23v-7d). Le RCB retrouve la N1A. Sa saison de promue sera ponctuée par une neuvième place et une qualification en coupe d’Europe. Mais l’aventure en N1A va tourner court. En 1992, le club est liquidé et repart en Nationale 4 sous l’appellation Reims Champagne Basket Amateur (RCBA).

 

Montpellier

 

La photo de Reims, Champion de France N1B 1989

Debout : Jean-louis Coche (Médecin), Ernie Signars (12), Jean-Louis Hersin (15), Archie Johnson (14), Benkaly Kaba (7), Philippe Gouvion (13), John Douglas (4), Laurent Gaudré (assistant)
Accroupis : François Charneux (entraîneur), Joël Honoré (10), Thierry Perriot (8), Laurent Sénéchal (6), Jean-François Evert (9), Olivier Perrin (5), Michel Wachowiak (11), M. Maignier (Dirigeant)

CLASSEMENT FINAL : Cliquez ici pour afficher le classement

BARRAGES N1A/N1B: Cliquez ici pour afficher les résultats des barrages N1A/N1B

par LNB
Source: LNB

Betclic Game Center

Classement Pro A

Jeep® ÉLITE – Classement à la 29ème journée
Pos Équipe % Victoire Résultats
1 Monaco 76 22v - 7d
2 Le Mans 66 19v - 10d
3 Strasbourg 66 19v - 10d
4 Pau-Lacq-Orthez 56 16v - 13d
5 Dijon 56 16v - 13d
6 Lyon-Villeurbanne 56 16v - 13d
7 Limoges 56 16v - 13d
8 Nanterre 56 16v - 13d
9 Bourg-en-Bresse 54 15v - 13d
10 Levallois 52 15v - 14d
11 Chalon/Saône 49 14v - 15d
12 Gravelines-Dunkerque 49 14v - 15d
13 Le Portel 45 13v - 16d
14 Châlons-Reims 42 12v - 17d
15 Cholet 38 11v - 18d
16 Antibes 38 11v - 18d
17 Boulazac 29 8v - 20d
18 Hyères-Toulon 21 6v - 23d

Calendrier Pro B

Équipe domicile Score Équipe extérieur
17 avril (29ème journée)
87 – 71 Poitiers
LNB TV
19 avril (29ème journée)
105 – 107 Saint-Chamond
22 avril (29ème journée)Pariez
17:00 Nancy
24 avril (29ème journée)Pariez
20:00 Le Havre
20:00 Quimper
20:00 Caen
20:00 Aix-Maurienne
20:00 Rouen
20:00 Evreux
27 avril (30ème journée)Pariez
20:00 Charleville-Mézières

Classement Pro B

PROB – Classement à la 28ème journée
Pos Équipe % Victoire Résultats
1 Blois 83 23v - 5d
2 Orléans 79 22v - 6d
3 Roanne 75 21v - 7d
4 Lille 65 18v - 10d
5 Fos-sur-Mer 65 18v - 10d
6 Saint-Chamond 65 18v - 10d
7 Nancy 61 17v - 11d
8 Denain 50 14v - 14d
9 Rouen 50 14v - 14d
10 Vichy-Clermont 47 13v - 15d
11 Evreux 43 12v - 16d
12 Aix-Maurienne 43 12v - 16d
13 Caen 36 10v - 18d
14 Poitiers 33 9v - 19d
15 Le Havre 33 9v - 19d
16 Nantes 29 8v - 20d
17 Quimper 29 8v - 20d
18 Charleville-Mézières 22 6v - 22d

Matches TV

BILLETTERIE

  • Chalon/Saône
    Monaco

    Jeep® ÉLITE, 31ème journée

    Le 28 avril 2018 à 18h30

    A partir de 7€

    Achetez votre place
  • Pau-Lacq-Orthez
    Strasbourg

    Jeep® ÉLITE, 31ème journée

    Le 29 avril 2018 à 18h30

    A partir de 8€

    Achetez votre place
  • Gravelines-Dunkerque
    Le Mans

    Jeep® ÉLITE, 30ème journée

    Le 24 avril 2018 à 20h00

    A partir de 7€

    Achetez votre place
  • Dijon
    Le Portel

    Jeep® ÉLITE, 31ème journée

    Le 27 avril 2018 à 20h30

    A partir de 10€

    Achetez votre place
  • Roanne
    Nancy

    PROB, 29ème journée

    Le 22 avril 2018 à 17h00

    A partir de 7€

    Achetez votre place
  • Poitiers
    Blois

    PROB, 30ème journée

    Le 28 avril 2018 à 20h00

    A partir de 6,50€

    Achetez votre place
  • Saint-Chamond
    Rouen

    PROB, 30ème journée

    Le 27 avril 2018 à 20h00

    A partir de 0€

    Achetez votre place