Actualité

Interview –

Nobel Boungou-Colo (Limoges) : « Conscient d’avoir réalisé un exploit »

Le Limoges CSP est en pleine renaissance, à l’image du double succès contre Valence, à la grande satisfaction de son ailier, Nobel Boungou-Colo.

Vous venez de battre deux fois de suite Valence en Eurocup, une équipe jusque-là invaincue tant en coupe d’Europe qu’en championnat espagnol. Avez-vous l’impression d’avoir réalisé un exploit ?

Oui, on est tout à fait conscient d’avoir réalisé un exploit puisqu’on connaît tous le parcours de Valence en championnat et en Eurocup. Gagner le premier match là-bas, c’était plus qu’un exploit mais il y avait plusieurs explications à cela : Valence venait de jouer contre Barcelone, ils n’étaient peut-être pas prêts, nous avaient sous-estimés. Mais on a réussi à reproduire cela et c’est un exploit qui nous redonne le moral et la confiance pour la fin de saison.

Cette double victoire vous relance aussi totalement dans ce Last 32 d’Eurocup pourtant bien mal débuté. Aujourd’hui, êtes-vous confiant pour la qualification ?

On est confiant sur le fait qu’on est capable de tout puisqu’on a battu la meilleure équipe européenne du moment deux fois. Ces deux belles victoires nous relancent mais on sait que ça va être très dur parce que là on va aller en Allemagne, chez Oldenburg qui est premier du groupe. Il va nous falloir un nouvel exploit pour obtenir la qualification.

Fin décembre, on avait laissé Limoges dans une situation un peu compliquée : défaite à domicile contre Strasbourg, le club était déjà quasiment éliminé de la Leaders Cup… Et depuis, vous avez battu le leader Gravelines-Dunkerque puis venez de réaliser un double exploit face à Valence. Que s’est-il passé en aussi peu de temps ?

Déjà, il y a eu l’arrivée de Bo McCalebb, un plus à la mène pour nous et un joueur super expérimenté. Et puis il y a aussi l’arrivée d’un nouveau coach (Dusko Vujosevic), avec ses nouvelles méthodes. Ces changements portent leurs fruits. Limoges c’est ça : on connaît la crise et on remet tout en question assez vite après quelques défaites. C’est vrai qu’on était très mal embarqué, on commençait vraiment à rentrer dans le doute. Mais ces deux belles victoires contre Valence, une équipe super forte, nous redonne le moral, et nous dit qu’on a toutes nos chances pour remonter en Pro A et se qualifier en Eurocup.

Avais-tu le sentiment qu’il y avait un vrai besoin de changement, de sang neuf dans ce groupe ?

On était dans le doute et on voyait que ça n’avançait pas, ça régressait même. Dans ces conditions, il n’y a que du changement qui peut rebooster tout le monde donc oui, on en avait besoin. Là, on revit.

L’arrivée de McCalebb est effectivement un sacré coup : très gros CV, l’un des meilleurs meneurs européens de ces dernières années. Que représentait-il pour toi avant de devenir ton coéquipier ?

L’image forte que j’ai de lui, c’est l’année où Orléans était en Euroleague et avait joué contre lui quand il était au Partizan Belgrade (en 2009-10) et que mon ami Aldo Curti (à l’époque meneur d’Orléans) qui est pourtant un très bon défenseur s’était pris la foudre, McCalebb lui avait mis la misère. C’est un très gros CV, dès que j’ai entendu son nom à Limoges, je me suis dit que ce n’était pas possible pour Limoges mais il est bien là. Un joueur avec cette envergure, il est assez serein, apporte beaucoup, il met tout le monde en confiance. Et puis il est inarrêtable sur son drive, c’est vraiment un plus de l’avoir avec nous jusqu’à la fin de la saison.

« Avec Vujosevic, même la veille de match à l’entraînement, tu ne peux pas te dire que ça va être tranquille »

 

Dusko Vujosevic, le nouvel homme fort du CSP

 

Et Vujosevic alors ? Il ne peut pas encore entraîner formellement pour des raisons administratives mais cela reste l’un des monuments du coaching en Europe, connu pour être un apôtre du travail acharné. Y a-t-il un eu choc des cultures avec son arrivée ?

Oui, un gros choc même. C’est une éthique de travail toute autre. Il nous apprend à jouer avec beaucoup d’intensité, à s’entraîner avec énormément d’intensité. Il n’y a pas de jours de repos et même, pas d’entraînement où tu peux te dire que ça va être tranquille, tu vas transpirer quoi qu’il arrive. C’est u très grand manager, il est venu avec sa méthode, sa discipline. Il ne parle pas français ni anglais mais ça ne nous dérange pas, on arrive à être très appliqué, très à l’écoute de ce qu’il nous dit sans chercher à parler d’autre chose. C’est un sorcier, un magicien.

As-tu déjà connu des entraînements aussi durs durant ta carrière ?

Avec Yannakis (coach de Limoges en 2012-13) c’était déjà très dur et exigeant mais à comparer ce n’est pas la même chose. Vujosevic, je ne sais pas comment expliquer sa dureté mais disons que la veille de match à l’entraînement tu ne peux pas te dire que ça va être tranquille, que tu vas faire du shoot. Avec lui, même la révision des systèmes est exigeante, dans l’intensité. Dans tout ce que tu fais tu dois avoir cette exigence et cette intensité.

Limoges montre ainsi sa capacité à rebondir en cours de saison, en faisant venir un coach comme Vujosevic et des joueurs comme McCalebb ou Yakhouba Diawara quelques semaines plus tôt. Un peu comme la saison dernière avec l’arrivée en cours de saison de Pooh Jeter, très précieux en playoffs. Cela montre que le club a de la ressource, y compris financière. Mais on peut aussi se dire que Limoges aurait pu investir ces moyens dès le début de saison histoire d’être plus compétitif plus tôt, notamment en Euroleague. Que penses-tu de cette idée ?

Je ne suis pas trop capable d’avoir un avis sur cette question mais je vais quand même dire mon point de vue. Depuis que je suis à Limoges, c’est la méthode que le président a toujours appliquée puisque chaque année on a eu des joueurs qui sont arrivés en cours de saison. Il y a de l’argent à Limoges mais utilisé d’une certaine façon. Je ne peux pas vraiment expliquer mais o peut se dire que si on utilisait tout cet argent dès le début, on pourrait plus rêver de Top 16 en Euroleague. Mais je pense que pour le club, l’objectif final a toujours été d’être champion de France, et peut-être qu’il laisse les autres compétitions au second plan.

Après votre défaite à domicile contre Strasbourg en décembre, tu avais eu des propos sévères sur le public limougeaud qui vous avait sifflés (au micro de Ma Chaîne Sport après le match, Nobel avait déclaré « ils n’arrivent pas à reconnaître ceux qui se battent pour leur club, ils devraient faire une pétition pour qu'on nous vire tous »). Aujourd’hui, après les deux victoires contre Valence notamment, la situation s’est-elle réchauffée entre toi et les supporters ?

Le public de Limoges, je le connais très bien parce que ça fait longtemps que je suis là. Par le passé, on a fait des très belles saisons en ne perdant que quelques matches mais même là, à chaque fois qu’on perdait à domicile c’était la catastrophe. Mais cette fois on était vraiment dans le dur, je connais ce public qui est super exigeant et qui n’accepte pas la défaite mais là on avait davantage besoin de soutien que de sifflet à ce moment. Mais c’est le public de Limoges, chacun sa façon de supporter son équipe. Nous, notre boulot c’est de jouer et là on remonte la pente, ils sont derrière nous et ne nous lâcheront pas. Déjà après la première victoire à Valence, on avait senti le public reboosté et qui préparait la venue de Valence. Même s’il montre parfois son mécontentement, le public est toujours avec nous.

« On vient de battre deux fois une grosse équipe de Valence, si avec ça on ne peut pas rêver de bien terminer la saison c’est quand même fou ! »

 

A l'image de son équipe, Nobel revient fort sur ce début 2016

 

Statistiquement, tu es en légère régression par rapport à la saison dernière…

J’ai très bien commencé la saison avec Limoges et puis on a eu une période creuse vers la fin de l’année et j’ai un peu subi, je n’ai pas réussi à garder le cap du début de saison. Mais depuis quelques matches, le nouveau coach, les nouveaux systèmes, ça va beaucoup mieux.

Avec le départ d’Adrien Moerman l’été dernier, on aurait pu penser que tu prennes encore plus d’importance dans cette équipe, que tu en deviennes le véritable leader, le patron. Etait-ce ton objectif ?

Sans vouloir paraître orgueilleux, ça fait plusieurs années que je suis un des leaders du Limoges CSP. Les deux dernières saisons, on a toujours été deux Français à pousser l’équipe vers le haut avec Adrien, c’était une belle concurrence au sein de l’équipe et on élevait notre niveau de jeu. Cette année, on a perdu beaucoup de joueurs et dans cette période creuse, mentalement j’ai pris un coup aussi. Mon objectif premier c’est de gagner et j’ai eu du mal à supporter ces défaites. Mais je suis un leader du CSP et je continuerais de me battre pour rester l’un des leaders du CSP et je pense que je l’ai montré ces dernières années.

Philippe Hervé, le duo Bertrand Parvaud/Jim Bilba, Dusko Vujosevic… Tous ces changements de coach ont-ils affecté ton jeu ?

On ne me demande pas vraiment de faire des choses différentes, on attend de moi que je sois un leader. Mais cette année, je pense que j’ai évolué dans mon jeu, on me retrouve plus sur les pick and roll, à jouer les écrans et aussi à jouer pour les autres. J’ai plus de responsabilités et je fais plus de chose qu’avant, je ne suis pas qu’un poste 3 qui coupe et qui finit, je suis plus à la création.

Limoges ne participera pas à la Leaders Cup en février. A quel point est-ce une déception ?

C’est dommage qu’on ne la fasse pas même si les années précédentes, on n’a pas fait grand-chose en Leaders Cup. Ca aurait été bien qu’on puisse se rattraper mais on n’a pas réussi à décrocher la qualification. Avec le nouvel entraîneur, je pense que ça va nous donner le temps de bien travailler parce qu’il ne faut pas oublier qu’on n’a pas eu énormément d’entraînement avec les deux compétitions. La Leaders Cup, ça va peut-être être le moment de travailler collectivement pour être au point pour la fin de saison.

Forcément, ce qui est en train de se passer à Limoges fait penser à la saison dernière : résultats en baisse, nouveaux joueurs, changement de coach et au final nouveau titre de champion. Alors bis repetita ?

C’est notre objectif, on ne s’en cache pas, quand tu es champion de France tu ne peux jouer que le titre. On a eu des moments de doute, où les résultats n’étaient pas ceux attendus et là, les derniers nous redonnent espoir. On vient de battre deux fois une grosse équipe de Valence, si avec ça on ne peut pas rêver de bien terminer la saison c’est quand même fou ! On est plus que motivés avec ces résultats, on sent un élan de fraîcheur et on va se battre, on sait que c’est possible. A nous de remonter au classement pour prendre une bonne place pour se qualifier en playoffs.

Pour la prochaine journée, vous recevez Le Havre, la lanterne rouge. On se souvient que l’année dernière en fin de saison, vous aviez perdu à domicile face à Boulogne-sur-Mer qui était dernier au classement à l’époque. Y a-t-il un risque de suffisance à jouer ces matches-là ?

Ce sont des matches piège comme on aurait pu en avoir un à Bourg-en-Bresse en Coupe de France le week-end dernier. Mais on a besoin de prendre énormément de points et de faire une très bonne phase retour, ce n’est pas le même scénario que l’an dernier donc je pense qu’on sera motivé et appliqué pour prendre ce match. Et puis surtout, on a soif de victoires d’affilée pour accumuler de la confiance.

par LNB

Betclic Game Center

Calendrier Pro A

Équipe domicile Score Équipe extérieur
25 avril (29ème journée)
71 – 76 Cholet
LNB TV
66 – 77 Le Portel
LNB TV
77 – 85 Lyon-Villeurbanne
LNB TV
94 – 83 Gravelines-Dunkerque
LNB TV
58 – 78 Paris-Levallois
LNB TV
68 – 78 Strasbourg
LNB TV
28 avril (29ème journée)
32-40 Chalon/Saône
29 avril (29ème journée)Pariez
20:00 Antibes
30 avril (30ème journée)Pariez
18:30 Pau-Lacq-Orthez
01 mai (30ème journée)Pariez
20:30 Gravelines-Dunkerque

Classement Pro A

PROA – Classement à la 29ème journée
Pos Équipe % Victoire Résultats
1 Monaco 90 26v - 3d
2 Chalon/Saône 75 21v - 7d
3 Strasbourg 69 20v - 9d
4 Pau-Lacq-Orthez 69 20v - 9d
5 Nanterre 68 19v - 9d
6 Paris-Levallois 66 19v - 10d
7 Gravelines-Dunkerque 52 15v - 14d
8 Lyon-Villeurbanne 52 15v - 14d
9 Le Portel 52 15v - 14d
10 Limoges 49 14v - 15d
11 Cholet 38 11v - 18d
12 Le Mans 38 11v - 18d
13 Dijon 36 10v - 18d
14 Hyères-Toulon 35 10v - 19d
15 Antibes 33 9v - 19d
16 Châlons-Reims 32 9v - 20d
17 Orléans 28 8v - 21d
18 Nancy 25 7v - 22d

Classement Pro B

PROB – Classement à la 30ème journée
Pos Équipe % Victoire Résultats
1 Bourg-en-Bresse 73 21v - 8d
2 Fos-sur-Mer 66 19v - 10d
3 Blois 56 16v - 13d
4 Charleville-Mézières 56 16v - 13d
5 Lille 56 16v - 13d
6 Boulazac 56 16v - 13d
7 Poitiers 56 16v - 13d
8 Evreux 56 16v - 13d
9 Nantes 49 14v - 15d
10 Rouen 49 14v - 15d
11 Denain 49 14v - 15d
12 Le Havre 49 14v - 15d
13 Roanne 45 13v - 16d
14 Saint-Quentin 42 12v - 17d
15 Boulogne-sur-Mer 38 11v - 18d
16 Saint-Chamond 38 11v - 18d
17 Aix-Maurienne 38 11v - 18d
18 Vichy-Clermont 38 11v - 18d

Matches TV

BILLETTERIE

  • Strasbourg
    Nanterre

    PROA, 30ème journée

    Le 02 mai 2017 à 20h00

    A partir de 8€

    Achetez votre place
  • Nanterre
    Limoges

    PROA, 31ème journée

    Le 06 mai 2017 à 18h30

    A partir de 7€

    Achetez votre place
  • Chalon/Saône
    Hyères-Toulon

    PROA, 30ème journée

    Le 02 mai 2017 à 20h00

    A partir de 5€

    Achetez votre place
  • Orléans
    Chalon/Saône

    PROA, 31ème journée

    Le 06 mai 2017 à 20h00

    A partir de 18,70€

    Achetez votre place
  • Bourg-en-Bresse
    Poitiers

    PROB, 30ème journée

    Le 29 avril 2017 à 20h00

    A partir de 9€

    Achetez votre place
  • Bourg-en-Bresse
    Denain

    PROB, 32ème journée

    Le 09 mai 2017 à 20h00

    A partir de 9€

    Achetez votre place
  • Roanne
    Fos-sur-Mer

    PROB, 31ème journée

    Le 05 mai 2017 à 20h00

    A partir de 4,50€

    Achetez votre place