Actualité

Grand Format –

William Howard, la révélation

Propulsé pour la première fois de sa carrière en tant que joueur majeur d’une équipe, William Howard (2,01 m, 22 ans) cartonne avec Hyères-Toulon.

Le 15 janvier dernier, après une impressionnante série de 10 victoires consécutives, Hyères-Toulon s’inclinait à Poitiers pour le compte de la 13e journée, subissant à l’époque son deuxième revers de la saison. Mais ce qu’il faut souligner quant à cette défaite enregistrée en Poitou, c’est l’absence sur blessure de William Howard. Et cela constitue tout ce que l’on veut, mais certainement pas un hasard. Car dans l’excellente saison que réalise le HTV jusqu’à présent, qui permet au club varois d’occuper seul la première place du classement de Pro B, le jeune homme de 22 ans est l’une des explications majeures, l’un des grands artisans de cette réussite.

« Je suis content, je ne vais pas mentir là-dessus », détaille-t-il. « Sur le plan personnel c’est une réussite. Mais comme je dis souvent, la saison est encore longue. Il reste une vingtaine de match, pour le moment c’est bien mais on fera les comptes à la fin de la saison. »

S’il est en effet sage d’attendre la dernière journée pour faire un bilan définitif, reconnaissons tout de même que le compte de résultat provisoire de cette saison 2015-16 est pour le moment largement positif. Après 14 journées, William Howard cumule le 2e temps de jeu de son équipe (29 minutes), la 2e évaluation (15,2) juste derrière le taulier Chris Dowe ainsi que quelques cartons bien sentis (16 pts et 10 rbds contre Denain, 22 pts et 9 rbds face à Nantes).

« C’est un joueur qui a du talent », résume sn entraîneur, Kyle Milling. « Cette année il est en confiance et semaine après semaine il gagne encore plus de confiance. »

En confiance à Hyères-Toulon, William l’est, assurément. Mais c’est bien là qu’est la surprise car la chose est plutôt nouvelle pour lui. Car en effet, avant d’arriver dans le Var, le numéro 11 du HTV n’a pas souvent eu la chance de montrer ce dont il était capable.

« A Gravelines je n’ai pas l’impression d’avoir eu ma chance »

 

Naguère barré dans l'élite, William rayonne en Pro B (Crédit : Sébastien Grasset)

 

Fils de William « Skip » Howard, basketteur professionnel américain ayant longtemps exercé dans l’élite française, William fils est né dans une famille dédiée à la balle orange. Après avoir débuté à Montbrison, sa ville natale, il intègre le pôle espoir de la région avant de rejoindre l’INSEP, la pépinière des meilleurs jeunes talents français. Passé par toutes les équipes de France durant sa jeunesse, et donc fortement courtisé à l’approche de sa majorité, il choisit de partir aux Etats-Unis, découvrir ce pays qui est aussi le sien via les origines paternelles. Mais l’aventure tournera court.

« Certains comme Léo Westerman et Joffrey Lauvergne sont partis au Partizan, moi aussi j’avais envie de voir autre chose, et j’ai choisi les Etats-Unis », se souvient-il. « Je voulais découvrir mon côté américain et puis aussi découvrir comment se passe le basket là-bas. J’ai d’abord rejoint une prep school mais comme en France j’avais fait un bac professionnel, il n’y avait pas d’équivalent là-bas, donc je ne pouvais pas intégrer une équipe NCAA. Il fallait que je passe par un Junior College, et le niveau n’était pas ouf, donc j’ai préféré revenir en France. »

Il choisit alors Gravelines-Dunkerque. Durant deux ans, il brille avec les Espoirs, remportant le doublé Trophée du Futur/Championnat Espoir en 2014 avec à la clé un titre de MVP. Pourtant, avec l’équipe professionnelle, rien, ou presque. En dépit de matches plutôt convaincants en présaison, Christian Monschau ne lui donnera jamais sa chance. En tout et pour tout, Howard ne rentrera que deux fois en jeu en deux ans, pour un famélique total de six minutes.

« A Gravelines je n’ai pas l’impression d’avoir eu ma chance », juge-t-il aujourd’hui. « Alors la première année, c’était compliqué pour faire jouer les jeunes parce que le club était premier mais la deuxième année, quand il n’y avait plus rien à jouer, je pense qu’on aurait pu me faire découvrir ce qu’était le niveau professionnel. Mais le coach ne l’a pas fait. »

Frustré par la situation, il est prêté en Pro B, à Denain la saison dernière. Au sein de la jeune meute couvée par Jean-Christophe Prat, Howard progresse, et débute même dans le 5 majeur à 8 reprises mais sans parvenir toutefois à se rendre indispensable (17 minutes en moyenne par match).

« Il n’y a pas beaucoup de joueurs qui peuvent faire ça. »
Kyle Milling

 

Déjà prêt pour la Pro A ? (Crédit : Sébastien Grasset)

 

« En fin de saison dernière, je pensais resigner à Denain parce qu’on avait fait une bonne saison et je connaissais la maison. Mais Hyères-Toulon m’a appelé et m’a dit qu’ils me voulaient vraiment. Je me suis posé quelques jours, j’ai vraiment réfléchi là-dessus et je me suis dit que le projet d’Hyères-Toulon était mieux pour moi car ils me proposaient plus de temps de jeu, alors qu’à Denain, on me proposait entre 15 et 25 minutes. »

Du côté du HTV, en effet, les progrès du jeune William dans le Nord ne sont pas passés inaperçus et, successeur de Laurent Legname sur le banc varois, Kyle Milling jette son dévolu sur ce jeune ailier long et délié, au physique semblable à celui d’un Nicolas Batum.

« On cherchait des jeunes joueurs, déjà parce que c’est moins cher mais aussi parce que les jeunes ont quelque chose à prouver, ils doivent montrer qu’ils méritent leur place à ce niveau » détaille l’entraîneur. « William avait un temps de jeu limité à Denain et je pensais qu’avec plus de temps de jeu il gagnerait en confiance. Il a un tir, un dribble, de la lecture de jeu, il a un peu de tout et surtout il sent le basket, il sait où doit aller le ballon et je pense que c’est très difficile d’apprendre ça à un joueur. En plus, j’aime beaucoup les joueurs polyvalents, et William est aussi performant pour moi sur le poste 3 que sur le poste 4. Quand il joue 30 minutes, il peut passer 15 minutes en 3 et 15 minutes en 4 et je ne vois pas la différence. En trois, il est plus grand que les adversaires et en 4, il peut finir au cercle et défendre sur les deux positions. Il n’y a pas beaucoup de joueurs qui peuvent faire ça. »

Bien que pas toujours titulaire au coup d’envoi (8 matches débutés sur 13), Howard s’est déjà rendu indispensable à son équipe. Mieux, après 14 journées, il figure dans le Top 20 des meilleures évaluations de Pro B et même à la 4e place parmi les Français de la division. De quoi laisser penser qu’il serait déjà prêt pour la Pro A ?

« J’espère un jour qu’il arrivera en Pro A mais je pense qu’il a encore besoin d’un peu de temps », tempère cependant Kyle Milling. « Il manque encore de confiance en lui et d’impact physique. Regardez Valentin Bigote, il cartonne en Pro B mais l’année dernière il ne jouait pas beaucoup à Nancy. »

« J’aimerais jouer en Pro A un jour », assure quant à lui le joueur. « Je suis jeune mais j’ai de l’ambition, je ne le cache pas donc si c’est possible de jouer en Pro A dès l’année prochaine, pourquoi pas. Et si ça se pouvait se faire avec Hyères-Toulon, ce serait vraiment beau. »

Actuel leader du championnat, Hyères-Toulon est bien parti pour décrocher son accessit direct vers l’élite dès la fin de la saison régulière. Surtout si William Howard continue comme cela.

par LNB

Betclic Game Center

Calendrier Pro A

Équipe domicile Score Équipe extérieur
23 mai (PROA-Playoffs)
80 – 77 Le Mans
LNB TV
24 mai (PROA-Playoffs)
67 – 61 Lyon-Villeurbanne
LNB TV
26 mai (PROA-Playoffs)
80 – 87 Strasbourg
LNB TV
27 mai (PROA-Playoffs)
65 – 58 Monaco
LNB TV
29 mai (PROA-Playoffs)
80 – 59 Monaco
LNB TV
04 juin (PROA-Playoffs)
80 – 73 Lyon-Villeurbanne
LNB TV
06 juin (PROA-Playoffs)
73 – 61 Lyon-Villeurbanne
LNB TV
09 juin (PROA-Playoffs)
90 – 69 Strasbourg
LNB TV
11 juin (PROA-Playoffs)
60 – 59 Strasbourg
LNB TV
14 juin (PROA-Playoffs)
77 – 80 Lyon-Villeurbanne
LNB TV

Classement Pro A

PROA – Classement à la 34eme journée
Pos Équipe % Victoire Résultats
1 Monaco 80 27v - 7d
2 Strasbourg 74 25v - 9d
3 Le Mans 68 23v - 11d
4 Chalon/Saône 65 22v - 12d
5 Lyon-Villeurbanne 62 21v - 13d
6 Gravelines-Dunkerque 62 21v - 13d
7 Pau-Lacq-Orthez 62 21v - 13d
8 Nanterre 62 21v - 13d
9 Dijon 56 19v - 15d
10 Limoges 53 18v - 16d
11 Orléans 50 17v - 17d
12 Antibes 42 14v - 20d
13 Châlons-Reims 42 14v - 20d
14 Paris-Levallois 36 12v - 22d
15 Cholet 30 10v - 24d
16 Nancy 30 10v - 24d
17 Rouen 18 6v - 28d
18 Le Havre 12 4v - 30d

Calendrier Pro B

Équipe domicile Score Équipe extérieur
28 mai (PROB-Playoffs Accession)
58 – 77 Le Portel
LNB TV
81 – 65 Poitiers
31 mai (PROB-Playoffs Accession)
83 – 66 Le Portel
LNB TV
93 – 99 Boulazac
LNB TV
02 juin (PROB-Playoffs Accession)
75 – 83 Evreux
LNB TV
65 – 54 Fos-sur-Mer
LNB TV
04 juin (PROB-Playoffs Accession)
61 – 65 Le Portel
LNB TV
114 – 107 Boulazac
LNB TV
07 juin (PROB-Playoffs Accession)
83 – 92 Le Portel
LNB TV
10 juin (PROB-Playoffs Accession)
67 – 52 Evreux
LNB TV

Classement Pro B

PROB – Classement à la 34eme journée
Pos Équipe % Victoire Résultats
1 Hyères-Toulon 77 26v - 8d
2 Fos-sur-Mer 62 21v - 13d
3 Evreux 62 21v - 13d
4 Boulazac 59 20v - 14d
5 Bourg-en-Bresse 59 20v - 14d
6 Le Portel 56 19v - 15d
7 Nantes 53 18v - 16d
8 Poitiers 53 18v - 16d
9 Lille 53 18v - 16d
10 Vichy-Clermont 50 17v - 17d
11 Saint-Quentin 50 17v - 17d
12 Boulogne-sur-Mer 48 16v - 18d
13 Denain 45 15v - 19d
14 Saint-Chamond 42 14v - 20d
15 Charleville-Mézières 42 14v - 20d
16 Roanne 39 13v - 21d
17 Souffelweyersheim 33 11v - 23d
18 Orchies 24 8v - 26d

Matches TV

BILLETTERIE