Saison 2013-2014 : Le CSP est éternel

Pour célébrer les 30 ans de la LNB, nous vous proposons un retour sur les saisons passées. La saison 2013-2014 est marquée par le retour d'un club historique au sommet du basket français : le Limoges CSP remporte le titre en battant sèchement Strasbourg en finale.

La photo du titre du Limoges CSP, champion de France 2014

Pro A

 

 

Champion de France : Limoges CSP
Finale : Limoges bat Strasbourg : 3-0 (77-65, 74-68, 73-70)

Le CSP est éternel

Dix ans plus tôt, le CSP frôlait le dépôt de bilan, repêché in extremis en Nationale 1 par la bonne volonté du président de la Fédération, Yvan Mainini, qui avait cru au projet de reprise porté par Frédéric Forte. La reconstruction du club aux neuf titres de champion ne fut pas un long fleuve tranquille. Deux années en N1, quatre en Pro B, le grand retour en Pro A en 2010… pour redescendre aussitôt. Et puis encore une dernière saison loin des attentes qu’avaient fait naître l’arrivée d’une sommité du coaching européen, le Grec Panagiotis Yannakis (13e en 2012-13).

Au cours de l’été 2013, le CSP procède à un grand remue-ménage. Tout est à reconstruire autour de Joseph Gomis, Nobel Boungou-Colo et Fréjus Zerbo. Fred Forte se charge du recrutement. Le président fait revenir Adrien Moerman de Bilbao, recrute quelques valeurs sûres (J.R. Reynolds, Alex Acker, J.K. Edwards), fait des paris sur son axe meneur-pivot (Taurean Green et le rookie Alex Oriakhi). Il confie à un ancien de la maison, Jean-Marc Dupraz, le soin de faire cohabiter tout ce beau monde. La tâche est loin d’être évidente pour le nouveau coach tant les nouvelles recrues ont du caractère. « Si tu  veux des résultats, il faut s’appuyer sur des bons joueurs. Le critère du gendre idéal n’était pas le premier recherché », justifie alors le président. De fait, la saison sera marquée par quelques prises de becs mémorables.

Mais malgré ces remous en interne et l’incapacité du CSP à dénicher un pivot digne de ce nom (Oriakhi puis Eric Williams puis Johan Petro se succèderont), les résultats sont au rendez-vous : 10 victoires pour 5 défaites à mi-parcours. 20 victoires pour 10 défaites à l’arrivée et une progression de onze places au classement d’une année à l’autre (13e en 2013, 2e en 2014).

Les Limougeauds ne sont pas rassasiés. En playoffs, une nouvelle saison commence. Les forts caractères du CSP sont avant tout des compétiteurs et se mettent en ordre de bataille au meilleur moment. L’ASVEL est proprement écrabouillée en quart de finale : +36 à Beaublanc, +22 à l’Astroballe. En demi-finale il faut sortir le grand jeu pour écarter l’équipe de Dijon (3-2). Le tournant de la série est la victoire au Palais des Sports de Dijon, une place inviolée jusqu’alors, au match 3 (63-60). Elle témoigne de la force de caractère de cette équipe et de sa capacité à bien voyager.

Les deux premiers matches de la finale au Rhénus de Strasbourg vont le démontrer. Ces hommes en vert n’ont peur de rien. Les impétueux Limougeauds s’en vont cueillir la SIG d’entrée, emmenés par leur doublette française Nobel Boungou-Colo (15 points à 4/8 de loin) -  Adrien Moerman (16 points).  48 heures plus tard, stupeur à Strasbourg, le CSP a refait le coup ! Cette fois, les deux joueurs les plus en vue ont été Alex Acker (15 points) et J.R. Reynolds (15 points). Jamais pendant la saison, les Limougeauds n’avaient défendu aussi fort.

Avant le match 3, on assiste à une effervescence rarement vue sur le sol français pour un match de basket. 5 500 spectateurs dans l’enceinte de Beaublanc, entre 7 et 8 000 dans le stade extérieur venue assister au match sur un écran géant, plusieurs milliers refoulés à l’entrée. Au total, près de 20 000 personnes ont voulu assister à l’événement ! Sur le terrain, les Strasbourgeois offrent une belle résistance. Jérémy Leloup, David Andersen, Bootsy Thornton sont dans un bon soir. Cela ne suffira pas. Des paniers venus d’ailleurs de Nobel Bougou-Colo et Taurean Green vont faire basculer le match. Taurean Green et Adrien Moerman ne tremblent pas sur la ligne. Antoine Diot rate sa dernière tentative. Jean-Marc Dupraz peut lever les bras au ciel, et Beaublanc chavirer. Quatorze ans après, Limoges est de nouveau champion. Frédéric Forte, l’homme de la reconstruction, voit déjà plus loin : « Ce titre ne peut absolument pas être un aboutissement. 20 000 personnes sur un même lieu, il n’y a pas dix clubs en Europe qui peuvent le faire. Notre force, c’est cet engouement. »

CLASSEMENT FINAL : Cliquez ici pour voir le classement

PLAYOFFS : Cliquez ici pour afficher les résultats des playoffs


Les faits marquants de la saison

Edwin Jackson a annoncé haut et fort son intention de terminer meilleur marqueur du championnat. Avant la dernière journée, l’arrière de l’ASVEL compte 11 points de retard sur le Chalonnais A.J. Slaughter. Jackson plante 44 points à la Halle Vacheresse de Roanne tandis que Slaughter reste bloqué à 13 points à Nanterre. Jackson devient ainsi le premier Français meilleur marqueur de Pro A depuis Jacques Cachemire en 1975.

Le Suisse Clint Capela (2,04 m, 19 ans) explose à Chalon sous les ordres de Jean-Denys Choulet. Installé dans le cinq de départ à partir de la 9e journée, il enchaîne les bonnes prestations. Le 1er février, il signe une copie à 21 points, 9 rebonds, 7 passes et 41 d’évaluation contre Roanne. Les recruteurs de la NBA ne s’y trompent pas. En juin, Capela est drafté en 25e position par les Houston Rockets.

En demi-finale des playoffs, le SLUC Nancy est à deux doigts d’éliminer la SIG. Les Cougars mènent 2 manches à 1, 56-42 après 35 minutes dans le match 4…  et puis la panne sèche. Incapables de marquer un panier en cinq minutes, les Cougars encaissent un 20-1 dans les 5 dernières minutes et s’inclinent 62-57. K.O. debouts, ils s’inclineront au match 5 au Rhénus (70-58).

 

Les récompenses individuelles :

Les autres compétitions

Leaders Cup : Le Mans bat Nanterre : 64-59

Coupe de France : Nanterre bat Nancy : 55-50

 

Pro B

Champion de France : Boulogne-sur-Mer

Champagne sur la côte d’Opale. Pour sa quatrième saison en Pro B, le Stade Olympique Maritime Boulonnais décroche la première place de la saison régulière, avec une victoire d’avance sur Bourg-en-Bresse, et décroche son billet pour la Pro A. C’est la deuxième accession à titre personnel pour Germain Castano, le coach arrivé aux commandes en 2009. L’ascension fulgurante du SOMB, encore en excellence départementale en 1998, n’est pas sans rappeler celle de la JSF Nanterre.

Sans disposer d’un budget faramineux, le staff a multiplié les bonnes pioches avant cet exercice 2013-14. La greffe a pris rapidement et le groupe, étrangers compris, a su se mettre au service de son leader, Zachery Peacock (2,05 m, 27 ans) élu logiquement MVP après une saison cinq étoiles (20,0 points à 58,1%, 8 rebonds, 23 d’éval sur la saison). La cerise sur le gâteau est l’arrivée de Stephen Brun début janvier (17v-5d avec lui). « Je suis venu au départ pour voir mon pote Germain et rester en forme et, en définitive, me voilà de retour en Pro A ! », commentera l’ex-champion de France avec Nancy et Nanterre. Les Boulonnais valident leur montée lors de l’avant-dernière grâce à un succès 50-48 sur le parquet d’Evreux, sans Peacock, blessé. La preuve que cette équipe très joueuse sait aussi défendre. A l’issue de cette saison, Boulogne a pris l’ascendant sur son voisin du Portel. Seulement sa courte histoire en Pro A sera ponctuée par une redescente immédiate. Quatre ans après cette saison mémorable, la dynamique s’est inversée. Le SOMB est retombé en Nationale 1 tandis que l’ESSM Le Portel aborde sa deuxième saison parmi l’élite.

Deuxième de la saison régulière, la JL Bourg décroche son billet au terme des Playoffs d’accession. Le club bressan a échangé son « Hangar » de la rue Charles-Robin contre l’ultramoderne Ekinox (3 600 places) où l’équipe de Poitiers, invaincue depuis 13 matches, vient se casser les dents lors de la finale aller (81-72). Au match retour, la JL récidive à Poitiers, portée par les 21 points de Devin Booker. Personne n’imagine que le rookie américain sera élu MVP de Pro A deux ans plus tard…

 

Boulogne sur Mer

Boulogne-sur-Mer, Champion de France PRO B 2014

CLASSEMENT FINAL : Cliquez ici pour voir le classement

PLAYOFFS : Cliquez ici pour afficher les résultats des playoffs

Les récompenses individuelles :

Betclic Game Center

Calendrier Pro A

Équipe domicile Score Équipe extérieur
04 juin (PROA-Playoffs)
64 – 67 Strasbourg
LNB TV
05 juin (PROA-Playoffs)
86 – 69 Chalon/Saône
LNB TV
06 juin (PROA-Playoffs)
64 – 68 Strasbourg
LNB TV
07 juin (PROA-Playoffs)
55 – 82 Chalon/Saône
LNB TV
09 juin (PROA-Playoffs)
70 – 69 Lyon-Villeurbanne
LNB TV
13 juin (PROA-Playoffs)
89 – 75 Strasbourg
LNB TV
15 juin (PROA-Playoffs)
72 – 74 Strasbourg
LNB TV
17 juin (PROA-Playoffs)
70 – 71 Chalon/Saône
LNB TV
19 juin (PROA-Playoffs)
84 – 78 Chalon/Saône
LNB TV
23 juin (PROA-Playoffs)Pariez
20:30 Strasbourg

Classement Pro A

PROA – Classement à la 34ème journée
Pos Équipe % Victoire Résultats
1 Monaco 89 30v - 4d
2 Chalon/Saône 80 27v - 7d
3 Nanterre 74 25v - 9d
4 Strasbourg 68 23v - 11d
5 Pau-Lacq-Orthez 65 22v - 12d
6 Paris-Levallois 59 20v - 14d
7 Le Portel 56 19v - 15d
8 Lyon-Villeurbanne 56 19v - 15d
9 Gravelines-Dunkerque 48 16v - 18d
10 Limoges 45 15v - 19d
11 Cholet 42 14v - 20d
12 Le Mans 42 14v - 20d
13 Dijon 36 12v - 22d
14 Antibes 36 12v - 22d
15 Hyères-Toulon 33 11v - 23d
16 Châlons-Reims 30 10v - 24d
17 Orléans 27 9v - 25d
18 Nancy 24 8v - 26d

Calendrier Pro B

Équipe domicile Score Équipe extérieur
31 mai (PROB-Playoffs Accession)
51 – 56 Evreux
LNB TV
70 – 59 Le Havre
LNB TV
03 juin (PROB-Playoffs Accession)
66 – 75 Nantes
LNB TV
87 – 76 Evreux
LNB TV
05 juin (PROB-Playoffs Accession)
67 – 82 Boulazac
LNB TV
66 – 67 Fos-sur-Mer
LNB TV
08 juin (PROB-Playoffs Accession)
74 – 85 Nantes
LNB TV
12 juin (PROB-Playoffs Accession)
79 – 64 Nantes
LNB TV
15 juin (PROB-Playoffs Accession)
66 – 65 Boulazac
LNB TV
18 juin (PROB-Playoffs Accession)
63 – 60 Nantes
LNB TV

Classement Pro B

PROB – Classement à la 34ème journée
Pos Équipe % Victoire Résultats
1 Bourg-en-Bresse 74 25v - 9d
2 Fos-sur-Mer 65 22v - 12d
3 Lille 62 21v - 13d
4 Boulazac 56 19v - 15d
5 Charleville-Mézières 56 19v - 15d
6 Nantes 53 18v - 16d
7 Le Havre 53 18v - 16d
8 Evreux 53 18v - 16d
9 Blois 50 17v - 17d
10 Poitiers 50 17v - 17d
11 Rouen 48 16v - 18d
12 Denain 45 15v - 19d
13 Saint-Chamond 42 14v - 20d
14 Vichy-Clermont 42 14v - 20d
15 Roanne 42 14v - 20d
16 Aix-Maurienne 39 13v - 21d
17 Saint-Quentin 39 13v - 21d
18 Boulogne-sur-Mer 39 13v - 21d